Alerte – Lundi 23 novembre au soir – Des exilés chassés place de la République et dans le centre de Paris !

La place de la République à Paris viendrait-elle de perdre son nom ?

Des exilés sont venus pacifiquement en une action symbolique en présence de Utopia 56, d’avocats et de députés, installer des tentes pour signifier qu’il était près de 500 réfugiés, dont des hommes et jeunes originaires d’Afghanistan et d’Afrique subsaharienne, sans refuge en pleine pandémie car oubliés suite à l’évacuation mardi dernier d’un campement à Saint-Denis, précise Utopia 56.

Brut et Libération informent que l’action symbolique posant des tentes bleues place de la République a été évacuée brutalement, violemment par les forces de l’ordre environ une heure après, ainsi que l’indique Libération, laissant les réfugiés vivre une nouvelle nuit d’errance à subir des violences policières tel que cela c’était produit à Aubervilliers dans la nuit du mercredi 18 novembre.

Les réfugiés ne demandent qu’un refuge pour pouvoir dormir en sécurité ce qui est un droit humain primordial. Pourchasser en pleine nuit des personnes en situation de grande vulnérabilité, c’est de la maltraitance.

Ian Brossat « a affirmé dans Libération vouloir mettre à disposition le parc des expositions de la porte de Versailles et l’espace Champerret » pour un hébergement en urgence , indique le journal .

Libération souligne dans l’attente de cette solution présentée par Ian Brossat, les exilés ainsi que les bénévoles présents place de la République à Paris, ont reçu des gaz lacrymogènes avant d’être poursuivis dans le centre de paris « dans des scènes d’une rare violence » .

Libération souligne également le fait que « Des journalistes ont été aussi pris à partie »

Remy Buisine poste sur Twitter le fait qu’il aurait été victime de violences de la part de policiers «  Troisième fois de la soirée par le même policier. Pris à la gorge la première fois, violemment projeté la seconde fois »

Libération et les images de Brut témoignent de violences policières et l’on peut voir les forces de l’ordre lancer des gaz lacrymogènes sur les réfugiés abandonnés en plein Paris par l’absurde de la violence et de l’inhumanité.

Nous ne pouvons qu’être très choqué et constaté dans quel pouvoir politique notre pays bascule et ce que signifie pour les pouvoirs le nouveau monde qui ne revêt pas là le respect des droits humains fondamentaux pour lesquels l’ONU demande d’observer le respect d’autant pour protéger les plus vulnérables d’entre nous.

Le Rapporteur spécial de l’ONU rappelle en août 2020 à Genève que les expulsions forcées en pleine pandémie sont « Une violation scandaleuse des droits de l’homme » et il souligne que « Perdre sa maison pendant cette pandémie pourrait signifier perdre la vie ».

Ce soir en France , nous sommes une nouvelle fois dans l’inhumanité de mettre à la rue avec brutalité , des êtres humains à la rue, car sans toit et ne possédant rien !

L’ONU pourra apprécier les actes violents se déroulant en France, les choix politiques qui sont faits, les politques en matière d’accueil des réfugiés et migrants, ainsi que les ordres donnés et leur application sans conscience de l’humain, de notre solidarité universelle qui ce soir est profondément blessée par tant d’inhumanité. 

©LiberTerra ©Fédora hélène

Pour rappel Emmanuel Macron !

Copyright ©LiberTerra 2020, Tous droits réservés, tous droits à la reproduction et à la diffusion réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s