Quand un pouvoir politique enferme l’art , c’est la liberté qui est menacée

La pandémie est un révélateur, un élément du bouleversement complexe qui nous fait face. La politique est ce Machiavel se jouant de tout, de l’absurde , de la peur, de la mort. Servant ses intérêts, il se sépare de la vie, donc de l’art .

L’art est cette fleur , la nature, un sourire, l’art en langage, mouvement de l’âme, il est indéfini et il ne faut jamais chercher à le définir, car la liberté ne se limite pas. Nous avons ainsi tout ce qui est possible pour fonder notre survie, par uniquement ce don d’exprimer notre imagination , notre émerveillement, l’amour qui est en nous, nos émotions, et être cet indéfinassable , ce pourquoi qui ne se pose pas. Cette confiance pour vivre, ce doute qui se tait un instant, juste pour que nous puissions respirer, trouver une paix profonde et dessiner sur notre visage, son sourire.

Papillon 

 
 Un jour de chance
 Papillon, une journée
 Pour vivre à la lumière
 De bleu et de ciel
 Un jour éphèmère
 Le rêve , un matin
 
  Au flou   
 Je regarde à travers le rideau blanc  
 Le dehors, le jardin et la cour
 Et de pierres aux fleurs et tintent
 En sons charmants en ruisseaux
 File le chant imaginaire
 
 Un jour de chance
 Papillon, une journée
 Pour vivre à la lumière
 De bleu et de ciel
 Un jour éphémère
 Le rêve, un matin
 
 Les rouages de l'horloge
 Immense sous le toit
 À la charpente de bois
 Tourne lentement  
 Cran à cran le destin  
 Du temps inachevé  
 Jusqu'au fil  
 Les aiguilles tournent trop vite
 S'échappent les minutes et les heures
 Pauvre rêve voilà la fin
 Mais
 Un jour, un matin  
 
 Un jour de chance
 Papillon, une journée
 Pour vivre à la lumière
 De bleu et de ciel
 Un jour éphémère
 Le rêve, un matin
 
 L'amour tend la main  
 Un baiser s'envole  
 Et, tes ailes
 Papillion à la poudre  
 Miraculeuse sème  
 Le temps éternel
 Des passions
 Danse, danse  
 Au grès des caresses
 Ton corps ondulant
 Au voile soyeux
 Le rideau blanc à l'or  
 D'un fil de tes cheveux
 Tisse le rayon du jour
 
 Sur la fleur posée  
 Tu reposes une seconde
 Le sable de ta vie
 Voilà l'aube qui vient
 Sonne le soir
 Papillon ne meurt pas
 Conte les étoiles  
 En point du temps
 
 L'horloge file à l'envers
 Voilà le jour d'hier, le matin
 Sous le toit, les poutres de bois
 Marquent les siècles
 
 Tu poses en fée sur l'une d'elles
 Attires le sort et le jour se lève
 Entre l'or du soleil  
 Et, vogue le rideau blanc  
 À l'air , la fenêtre entrouverte
 Chante le vent en brise légère
 Le passé s'efface, le présent séduit
 Ton sourire et tu vis
 
 Un jour de chance
 Papillon, une journée
 Pour vivre à la lumière
 De bleu et de ciel
 Un jour éphémère
 Le rêve, un matin
 
 S'endort à la nuit le rêve réalisé
 Près du berceau un voile blanc
 Protège le sommeil d'un enfant
 L'amour tient dans sa main l'éternité
 Vole, vole étincelle du monde nouveau
 À l'immense horloge bat doucement
 Le cœur de la vie et demain  
 Ce toujours uni au fil d'une aiguille
 Brode mon rêve, mon secret   
 
 Un jour de chance
 Papillon, une journée
 Pour vivre à la lumière
 De bleu et de ciel
 Un jour éphémère
 Le rêve, un matin
 
 ©Fédora Hélène  

Copyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés, Tous droits de reproduction et de diffusion réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s