100 ans – Le droit de vivre libre pour les femmes sera dans 100 ans avec la persistance du patriarcat , alerte ONUFemmes – Violences sexuelles – Olivier Duhamel dans la tourmente

L’ONUFemmes a posté sur Twitter un message évaluant le temps qu’il faudra si les gouvernements laissent une justice abandonner les femmes victimes de violences conjugales et sexuelles, les femmes victimes de mutilations génitales, des fillettes mariées de force, si la justice reste identique à ses graves lacunes, reste à abandonner, à humilier les victimes de violences conjugales et sexuelles, à minimiser les faits, reste à préférer protéger des hommes qui violent, traumatisent ,saccagent des vies , à la vie de femmes fortes et magnifiques de courage, de volonté , qui dépassent des violences que les prédateurs qui leur font subir, n’auraient jamais la force de dépasser.

100 ans pour qu’une femme puisse avoir le droit de vivre libre, en paix et en sécurité, pour qu’elle est accès au droit à la santé, le droit au bien-être, à ne pas souffrir de discriminations, de violences, de toute la cruauté dont des hommes sont capables, qu’ un système patriarcal est capable d’accepter.

Le patriarcat tue des vies, blesse, mutile des fillettes, des femmes et au 21ème siècle, il demeure puissant.

En France, en 2019, 1 % des violeurs sont condamnés et il faut des années de procédures, épuisant les victimes pour arriver à ce triste , glaçant résultat. Une justice détruit la vie de nombreuses victimes depuis des décennies et cela persiste.

Olivier Duhamel accusé d’inceste sur son beau-fils

Lorsqu’un homme est une personnalité politique son nom sort dans la presse et un livre peut être édité et c’est le cas pour Olivier Duhamel accusé d’inceste sur un de ses beaux-fils . Le Figaro nous apprend que « La victime avait déjà été entendue en 2011 à la suite de révélations familiales, mais pas Olivier Duhamel. L’affaire avait été classée sans suite, vraisemblablement pour prescription ».

Une enquête préliminaire est actuellement ouverte et un livre est à paraître le 7 janvier concernant l’affaire Duhamel, fait que Olivier Duhamel a démissionné de ses fonctions, annonce Le Figaro. Le politologue a annoncé quitter sa fonction de président de la Fondation nationale des sciences politiques. Il quitte également LCI, Europe 1.

Le communiqué du procureur indique « À la suite de la publication des différents articles de presse le 4 janvier mettant en cause Olivier Duhamel, le parquet de Paris a ouvert ce jour une enquête des chefs de viols et agressions sexuelles par personne ayant autorité sur mineur de 15 ans »

En France, chaque année ce sont 165 000 enfants victimes de violences sexuelles dont 130 000 filles et 35 000 garçons.

De nombreuses femmes vivront plusieurs violences sexuelles au cours de leur vie sans jamais recevoir de droit à la justice, à la reconnaissance, à la résilience et aux réparations.

On dit à la victime d’oublier et on lui conseille de voir un psychologue, à défaut de respecter les droits humains, le droit à la justice, car on accepte que la justice s’effondre, on accepte cette inhumanité, on accepte de briser la vie de victimes et sans honte on lui propose à la place des droits humains, d’oublier !

La justice n’existe pas , et ce qu’il en est s’effondre sous le poids des souffrances des milliers de femmes et d’enfants qu’elle a oubliés , abandonnés.

Pour ne pas attendre 100 ans , et voir d’autres générations perdues par la violence, la cruauté, il faut refondre profondément la justice, que les délais de prescription en matière de violences sexuelles et conjugales tombent, car en réalité cette loi protège les prédateurs.

Les victimes de violences ont souvent une mémoire traumatique, une blessure grave qui met d’ailleurs leur vie en danger car on oublie qu’une violence sexuelle est un crime et que les violeurs sont des meurtriers, l’horreur, laissant leur proie souffrir de traumatismes, n’ayant plus jamais leur liberté pleine et entière, et qui doivent chaque jour dépasser une souffrance intense pour survivre.

Une mémoire brisée, une souffrance intense qui fait que la parole peut se libérer des années après dans de nombreux cas. Ainsi , le violeur, l’agresseur est garanti de son impunité. Un système grave, indigne, qu’il est urgent d’abolir.

La culture du viol et le patriarcat sont puissants en France et il n’est que le combat des féministes, les témoignanges des victimes qui permettent aujourd’hui de libérer la parole, de pouvoir dire, écrire, et lutter contre l’inhumanité avec laquelle les victimes sont traitées, l’indifférence qui signifie « abattre » un être humain, la lâcheté qui préfère regarder ailleurs, et c’est à chacun de nous , de faire preuve d’humanité, de dignité en luttant contre la démence du patriarcat qui traite un être humain pire qu’un animal derrière les beaux costumes, les titres, les pouvoirs, le bien comme il faut, qui est lorsque sans conscience, la cruauté incarnée.

Les prédateurs calculent en premier leur impunité et évoluent dans un environnement qui leur est favorable. Ce qui révèle que notre système qui dirige notre société est pourri et conçoit l’homme en barbare, en psychopathe, en manipulateur, en loup tuant sa femme, violant, martyrisant et étant au sommet du pouvoir, dans une impunité garantie, dans l’horreur de faire de sa vie, un crime, un cauchemard et de dire par cela, que c’est la vie qui est ainsi !

L’horreur absolue d’accuser la vie alors que celle-ci est victime et non coupable puisque c’est la vie des victimes qui est blessée, meurtrie.

L’oubli, nier une femme, des enfants traumatisés, c’est l’atroce , c’est dire qu’ils n’ont jamais existé, que les victimes n’ont pas le droit au respect de leur mémoire, que l’on efface ce qui dérange , ce qui permet de rester dans son confort, dans son petit pouvoir, dans un culte du patriarcat.

Nous sommes à vivre un choc civilisationnel, et ce n’est pas la société qui va changer, c’est une nouvelle civilisation qui va naître et cela mettra peut-être cent ans ! Nous ne sommes qu’au début et la justice reste à son archaïsme, pouvoir absolu, et sa séparation avec la politique qui n’a jamais existé.

Les mariages forcés, les mutilations, les violences conjugales et sexuelles en arme de guerre et des hommes usent de cette arme en temps de paix et profitent d’une impunité qui les légitimise, et les laisse recommencer sans cesse leurs atrocités. Des prédateurs qui méprisent leurs victimes et même s’il est de nombreux témoignages confirmant leur criminalité, c’est le mensonge de prédateurs qui triomphe ! Notre système est destructeur et ment, trompe sur la réalité de la vie. Ce n’est pas la vie qui est comme ça, ce sont des hommes qui se nourrissent au grain d’une civilistaion qui s’est bâtie sur la guerre, le marchand, la richesse, la puissance, fondant l’esclavage, et mettant la femme dans cet esclavage permanent.

Nous supportons depuis des décennies l’horreur , nous acceptons la barbarie, et nous pensons bâtir un empire du Futur au sommet de la technologie, de la science manipulant la vie, l’ADN, nous ne construisons que notre anéantissement et la nature sera la première à mettre fin à une humanité qui met en péril sa vie. Nous ne bâtirons rien à l’ombre de la folie d’hommes violents, narcissiques et menant le monde par le bout du nez par leur violences, leurs manipulations, apparences trompeuses, en tricheurs qu’ils sont !

100 ans , car la justice n’est pas pour toutes les victimes. Une minorité y accède car la justice doit se donner bonne conscience , tout comme les gouvernements, mais en réalité  les enfants et les femmes ne sont pas respectés. L’égalité n’existe pas dans cette république ! 

Puis, il est des femmes tellement endoctrinées qu’elles en deviennent misogynes et insultent les féministes, trouvent normal les actes criminels d’agresseurs et accusent la victime ! On est dans la médiocrité, le sordide de la face que l’on veut cacher de notre civilisation.

Camille Kouchner , le courage de témoigner 

Camille Kouchner écrit, relate le Figaro «  Mon livre raconte à quel point beaucoup de gens étaient au courant ». « J’avais 14 ans ». Son livre à paraître le 7 janvier « La Familla grande ». L’enfant victime est de la famille Kouchner. 

« Beaucoup de gens étaient au courant », cela est une réalité dans la majorité des cas, car la souffrance intense de l’enfant, de la femme agressée se lit dans le regard, les mots, le comportement, le courage, la tristesse et le sourire qui appelle au secours.

Écrire, que les victimes témoignent , écrivent, parlent, dessinent , expriment pour ne plus jamais être invisibles, que les violeurs aient honte, car c’est à eux d’avoir honte et peur et non pas aux victimes qui ont tant souffert de la peur, terrorisées par des agresseurs pervers, manipulateurs.

Et que ceux et celles qui crachent sur les victimes, qui accusent les victimes gardent leur lâcheté au silence, à jamais. Des prédateurs qui font pression, exercent des violences psychologiques, tuent leur proie à petit feu, et ne cessent jamais. Des plaintes oubliées, des avocats ne protégeant pas des victimes et laissant faire les dysfonctionnements graves de la justice. C’est tout un mécanisme et c’est à chacun de nous de changer, d’avoir la volonté de mettre fin aux violences faites aux enfants et aux femmes.

Pourquoi alors que des faits sont dénoncés , que les femmes , que des enfants ont le courage de témoigner, la justice ne les entend pas ?

Pourquoi le nom de personnalités politiques est médiatisé et le silence pour les autres ?

L’ONU fonde la liste de la Honte pour y inscrire le noms des hommes ayant commis des violences sexuelles en arme de guerre, mais des hommes usent de cette arme en temps de paix et dans un pays déclarant que le viol est un crime ! C’est à eux d’avoir honte. C’est aux violeurs, aux agresseurs d’avoir peur !

Refondre profondément la justice est primordial, urgent pour ne pas vivre 100 ans de calvaire sous le poids des souffrances de millions d’enfants et de femmes à travers le monde que nos sociétés oublient devenant le symbole de l’inhumanité et donc de la destruction de l’humanité.

Ni oubli ni pardon – Plus jamais ça

© Fédora Hélène 

Copyright © LiberTerra 2021, Tous droits réservés , tous droits de reproduction et de diffusion réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s