Castex – L’annonce du durcicement des mesures sanitaires , de leur prolongation, c’est ce jeudi à 18 heures

Le premier ministre Jean Castex doit s’exprimer ce jeudi à 18 heures lors d’une conférence de presse pour certainement annoncer un durcissement des mesures sanitaires. Il serait à prévoir l’étendue du couvre-feu de 6 heures à 18 heures  dans toute la France .

Il pourrait être également établi un couvre-feu spécifique pendant le week-end. Pas moins de six ministres seront présents à ses côtés, comme Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation, pour annoncer certainement aux côtés d’Olivier Véran, ministre de la santé, une campagne de dépistage de grande envergure dans les écoles.

Il serait envisagé de tester près d’ un million d’enfants  à partir de 6 ans et d’enseignants pour établir la propagation du variant britannique en France. Des tests qui seraient réalisés par les médecins et infirmières scolaires qui, s’ils venaient à être  dépassés par l’ampleur de la tâche, pourraient être aidés par les pompiers, pharmaciens, personnels de santé, coordonnés par l’ARS. Olivier Véran, en déplacement à Metz, vient d’annoncer ce protocole de tests. Pas de fermetures d’écoles semble donc être l’option envisagée par le gouvernement. 

Roselyne Bachelot, ministre de la Culture , viendra quant à elle, annoncer la poursuite de la fermeture des lieux culturels pour éviter la propagation du virus, qui devrait continuer à circuler dans les transports en commun, supermarchés et autres puisqu’un virus ne suit aucun protocole, ni aucunes courbes du PIB , mais sait être un argumentaire de choix pour les politiques qui imposent sans jamais émettre l’annonce d’un débat démocratique sur « Pandémie et liberté » alors que les mesures sanitaires qui seraient envisagées jusqu’en septembre 2021, les politiques reculant à chaque fois la date qu’ils annoncent comme celle marquant la fin de la pandémie, concernent chacun d’entre nous et modifie considérablement la vie de chacun , impactant également la santé physique et psychologique de la population.  

D’autre part, Jean Castex exprimait lundi matin 11 janvier lors d’une réunion de suivi parlementaire, selon BFMTV,  « Il ne faut pas exclure un troisième confinement en dernier recours« . Puis, il ajoutait selon le Parisien, « Nous faisons tout pour l’éviter mais toutes les options sont sur la table ». 

Des options dont celle qui depuis le 12 janvier 2021, étend le couvre-feu à 18 h dans  25 départements pour lutter contre, selon  Stanislas Guérin secrétaire général d’En Marche, »l’effet apéro » et qui pourrait s’étendre à toute la France.

Une réflexion qui permet de mesurer la pertinence des mesures sanitaires qui ne semblent décidément pas aller vers le respect des citoyennes et des citoyens.

Une expression lamentable qui démontre que nombre de politiques n’ont pas conscience de la gravité que les mesures sanitaires engendrent pour nombre de personnes. Les populations les plus vulnérables, les sans-abri, mais également les petits  commerçants en grande difficulté, les petits entrepreneurs de moins d’un an se trouvant dans une situation économique parfois critique, les chômeurs,  les étudiants subissant de plein fouet la détresse psychologique qu’imposent les mesures sanitaires, la perte de petits boulots pourtant essentiels pour s’en sortir, et nombreux étudiants ont entre 5 et 10 euros par jour en poche à la fin du mois.

Un jeune étudiant en master de droit à Lyon s’est jeté par la fenêtre du 4ème étage de sa résidence universitaire dans la nuit de vendredi à samedi 9 janvier. Il se trouvait dimanche entre la vie et la mort. Puis il est cette jeune femme étudiante qui a tenté de se jeté par la fenêtre depuis sa résidence universitaire située dans cette même ville. Deux tentatives de suicide étudiant en une semaine, à Lyon.

Solidaires étudiant-e-s publie sur twitter, « Nous avons appris lors d’une réunion avec le rectorat et d’autres organisations le 9 décembre, que deux étudiants s’étaient suicidés. Malgré nos demandes d’éclaircissement, le rectorat ne nous a fourni aucun détail. » Répondre à la demande des étudiants est tout simplement faire preuve de respect à leur égard et leur apporter un apaisement en répondant à leurs interrogations légitimes. 

Le président de l’université Lyon 3 s’est exprimé par un mail envoyé aux étudiants et aux enseignants de l’université, soulignant que «  La fermeture des universités, les cours à distance, l’arrêt des activités sportives, culturelles et festives ont favorisé l’isolement et la détresse psychologique. La situation économique a précipité les plus fragiles dans la précarité. Un drame humain se joue que nous ne devons pas occulter« . 

Les mesures sanitaires provoquent un épuisement psychologique qui peut se révéler grave. Donc peut-être que dans les cercles politiques, des affaires et lobbies les dîners se poursuivent et autres apéritifs, mais pour une grande partie de la population, il est une souffrance, un isolement qui pourraient provoquer une vague de stress post-traumatique en nouvelle épidémie plutôt qu’une kyriade d’apéros. 

Les plus vulnérables subiront en première ligne  les nouvelles restrictions de liberté qui seront annoncées ce jeudi 14 janvier à 18 heures et qui impactent directement les associations humanitaires qui ne peuvent œuvrer du fait des contraintes sanitaires avec toute l’amplitude nécessaire pour répondre à l’urgence des sans-abri, à l’urgence des + de 9 millions de personnes en insécurité alimentaire, en France.

Ainsi que l’ont confié plusieurs associations humanitaires et l’ONG La Cimade , à LiberTerra , l’accompagnement des personnes vulnérables, affrontant un quotidien éprouvant et qui ont besoin de soutien dans différents domaines comme celui du droit, de la santé ou de la sécurité alimentaire, des personnes en détresse qui ont besoin d’un soutien  psychologique,  se trouvent malgré l’engagement total des membres des ONG et de leurs partenaires, à ne pouvoir bénéficier de toutes les actions menées habituellement et dont certaines ont été provisoirement suspendues du fait des mesures sanitaires. 

Des mesures de confinement par palier qui durent depuis 10 mois et on peut saluer tout l’engagement essentiel, vertueux des membres des associations humanitaires. Sans eux, sans leur dévouement , la situation de milliers de personnes à travers la France serait à subir des situations dramatiques d’autant que les expulsions forcées ont perduré malgré les recommandations faites par l’ONU aux gouvernements pour interdire ce procédé durant la pandémie. 

Il est urgent que le gouvernement fasse preuve de respect à l’égard des droits humains,  que des solutions efficaces et inédites soient prises pour garantir la sécurité,  la santé,  le droit au bien-être de la population et des plus vulnérables,  des plus pauvres,  car les  droits  humains fondamentaux sont seuls capables de lutter contre une pandémie. On ne sauve pas ceux qu’on accable. 

Les sans-abri, les familles pauvres, les mères isolées,  les étudiants souffrants de se sentir abandonnés , les petits retraités aux faibles revenus, tous celles  et ceux sautant des repas faute de moyens financiers,  les enfants souffrant de la pauvreté,  les femmes victimes de violences et l’OnuFemmes alerte sur l’inquiétante augmentation des violences faites aux femmes durant la pandémie,  les femmes et les enfants en première ligne face à une grande pauvreté qui pourrait être la pandémie de 2021, selon l’ONU et leurs partenaires, ont un besoin urgent de reconnaissance , de mesures prises pour éviter des traumatismes, les tentatives de suicide en conséquences des évènements, de la dureté des mesures sans prise en compte de la grande souffrance de personnes déjà éprouvées par le système et qui vivent brutalement une aggravation de leurs conditions de vie. Laisser un seul de nous en souffrance de côté est inhumain et chacun d’entre nous doit en avoir conscience et les décideurs en porter la future et potentielle responsabilité. 

Une pandémie de souffrances,  une nouvelle vague, mais de stress post-traumatique et de pauvreté pourraient être en 2021 , alertent les psychothérapeutes, ainsi que l’ONU et ses partenaires. 

La violence semble dominer dans le système économique et politique qui impose à des millions d’êtres humains son implacable besoin de profits, de production, de l’homme outil, prenant des ressources de la Terre donc de l’humain,  tant notre humanité est unie à notre Terre mère, tant le déséquilibre grave qu’instaure l’économie en guerre perpétuelle, met notre monde en péril.  

La solidarité, se soutenir mutuellement , s’entraider, le verbe partager sont les mesures essentielles que ne doivent pas être oubliées, la résilience se construit par le respect des droits humains fondamentaux et universels.

©Fédora Hélène

Copyright © LiberTerra 2021, Tous droits réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s