Suicide de Guillaume  – Une profonde peine qui se nomme solidarité

Guillaume, un étudiant âgé de 20 ans, a mis fin à ses jours mardi 9 fevrier dans sa chambre d’étudiant à Nanterre .

Mercredi 10 février, des étudiants, des amis de Guillaume se sont rassemblés devant le siège du PCF à Paris pour lui rendre hommage.

Le jeune étudiant avait accusé de viol une personnalité politique du mouvement communiste  .

Guillaume,  c’est lui qui avait initié #MeTooGay

Témoigner, révéler avoir été victime d’un viol   –  Un immense courage

Ténir le coup face à la pression que l’on reçoit lorsque l’on témoigne,  lorsque l’on révèle un tel drame, c’ est extrêmement difficile.

En réalité, la victime vit état de choc sur état de choc après avoir subi un tel crime .  La mémoire traumatique rend le drame toujours présent, et  s’effaçant et revenant soudainement .

Une image,un mot, une odeur , le fait surgir . Le corps ressent toujours la douleur et l’exprime de différentes manières.  C’est épuisant et il faut avancer, dépasser pour vivre . Mais, la liberté est entravée,  il faut dépasser chaque jour pour survivre.

Il  est alors essentiel de se rattacher à tout l’amour que l’on a en nous, pour nos proches, et à l’envie de réaliser nos rêves pour tenir le coup, résister,  dépasser l’immense chagrin , les larmes brûlantes  qui sont la blessure toujours ouverte que laisse le drame d’avoir subi un viol.

La vie est si vraie, et l’on voit toutes les merveilleuses petites choses qu’elle offre et se sont ces instants simples , qui sont les plus vrais,  qui permettent de vivre, de sourire et de se donner le droit de vivre car un viol est un crime cruel qui impose une douloureuse angoisse ,  inflige une angoisse de mort,  car le viol tue. Il tue.

La peur de mourir, ne pouvant plus tenir le coup, la souffrance étant trop intense, cette crainte épuise la victime de manière psychologique et physique. Le désespoir met la victime en état de funambule au-dessus du vide alors que celle-ci a une incroyable envie de vivre .

Un viol brise, coupe les ailes, met les rêves à terre et il faut absolument refondre profondément la justice,  la police,  notre société pour comprendre , prendre conscience qu’un viol est un acte de guerre contre un être humain et qu’il saccage la paix . 

Le viol doit être compris comme un crime contre l’humanité.  Cet acte qui est utilisé en arme de guerre lors de conflit et que des agresseurs utilisent en temps de paix, bouleverse gravement celle-ci car la justice ne peut qu’être universelle et tant que ce crime se perpétue avec une telle rage à travers le monde,  nous ne pouvons pas considérer notre humanité en paix.

La paix n’ accepte pas la cruauté et un viol est un crime cruel .

Ne recevoir aucune reconnaissance,  c’est amplifier le crime qu’est un viol.  Pire, lorsque celui qui a commis cet acte, injurie, diffame, menace, fait du chantage, accuse sa proie en disant qu’elle délire,   continue à agresser sa proie,  à commettre de nouveau ce crime comme dans les cas d’inceste, de viols conjugaux. 

Comment vivre, comment y survivre ?

Cette énergie de vivre est un miracle, le miracle de la force d’aimer , puis parfois cette force est à bout de souffle car un viol anéanti un être humain.

Un être humain ne peut subir une telle violence,  une telle brutalité et la justice est en dessous de tout quand elle continue à propager la culture du viol, le patriarcat,  car il faut qu’elle soit bien consciente alors qu’elle détruit une victime, que sa vie ne tient qu’à un fil qui peut se rompre à tout moment .

Je pense à #JusticePourJulie, aux milliers de victimes de violences sexuelles qui en France sont interdites de recevoir le droit à la reconnaissance,  à la résilience et ont un courage,  un courage pour survivre que les agresseurs qui leur  font subir un tel drame,  n’auront  jamais , tant il faut être lâche pour blesser , humilier un être humain en commettant un viol.

Une lumière pour Guillaume

La paix, paix à son âme,  paix pour chacun d’entre nous, et la paix s’écrit Justice.  Celle véritable en rayon de bonté,  de cœur,  de ce soleil d’aimer qui est en chacun de nous.

Les agresseurs ne reconnaissent jamais le mal qu’ils font, car la justice quitte nos sociétés et son absence est cet abandon de notre humanité. 

La paix tisse toujours le symbole de la justice même si des pouvoirs tentent de l’effacer,  de qualifier en délit, un crime, de ne pas répondre à l’essentiel, sauver une vie,  sauver une victime.

Ce soir, ce sera ces cœurs unis pour dire que la paix est toujours la victoire . La colère,  le chagrin sont présents,  et la paix les portera car les larmes sont justes, et ce sont les victimes qui vont tout révolutionner avec le soutien de ceux merveilleux de cœur. 

©️ Fédora Hélène

Copyright ©️ LiberTerra 2021, Tous droits réservés , Tous droits de reproduction et de diffusion réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s