Yémen – 2,3 millions d’enfants de moins de 5 ans pourraient être victimes de la famine aiguë en 2021 si la solidarité n’est pas le cœur de cette année

2020 était marquée par l’arrivée de la pandémie de covid engageant des confinements et mesures sanitaires à travers le monde. Ce sont plus de 4 milliards d’êtres humains dans 110 pays et territoires qui sont confinés à partir de janvier 2020, marquant le fort de cette mesure en mars et avril .

Des mesures qui laissent de lourdes séquelles pour les populations les plus vulnérables d’autant que perdurent celles-ci de manière plus ou moins stricte suivant la propagation du virus à travers les différents pays, d’autant par les variants multiples qui se développent, outre celui surnommé le variant britannique.

Une pandémie qui marque le Yémen, très fragilisé depuis 2005 par un conflit plongeant les habitants dans une crise humanitaire sans précédent , selon l’ONU. Une famine aiguë touche le Yémen et principalement dans les gouvernorats Aden, Ad Dali, Sanaa, Hodeïda, Hajjah, Lahej et Taëz, indique l’ONU, où pourraient être plus de la moitié des cas de malnutrition aiguë en 2021.

Une extrême pauvreté multidimensionnelle sévit au Yémen puisqu’une famine aussi grave signifie également l’absence d’infrastructures de santé adaptées pour répondre à une tel drame humain, et l’accès aux médicaments est particulièrement difficile. La pandémie de Covid a aggravé les possibilités d’acheminement de ceux-ci pour répondre aux besoins de la population

Il s’y ajoute par la pauvreté une dégradation des systèmes d’assainissements, d’accès à l’eau potable, à l’hygiène et les épidémies se développent alors, comme celle du choléra. Des maladies transmissibles, diarrhées ainsi que des maladies respiratoires sévissent également et touchent les enfants.

Les enfants et nourrissons ne peuvent dans ces conditions catastrophiques grandir en sécurité et l’ONU estime que le Yémen est l’un des endroits au monde le plus dangereux pour les enfants.

Le dernier rapport sur la malnutrition aigüe de l’ONU et ses partenaires, dont l’UNICEF, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Programme alimentaire mondial (PAM) prix Nobel de la paix 2020 et l’OMS, démontre une aggravation de la malnutrition aiguë pour les enfants de moins de cinq ans par rapport à 2020, soit passant de 16 % à 22 %.

Ainsi , ce sont près de 2,3 millions d’enfants de moins de cinq ans qui pourraient souffrir d’une malnutrition aiguë en 2021 au Yémen. Ce chiffre glaçant révèle l’absence d’une solidarité internationale véritable luttant pour la paix, pour protéger la vie première des enfants ainsi que de leur mère.

En 2020, il était nécessaire que soit débloqué 3,4 milliards pour lutter contre l’extrême pauvreté, hors il ne fut pour le Plan d’intervention humanitaire que 1,9 milliard de dollars reçu.

2020, où la pandémie n’a pas empêché à l’argent de gravir un nouveau sommet et de placer des milliardaires en premier plan, puisque leur fortune a augmenté durant cette période. Selon l’index de l’agence Bloomberg, les 100 plus riches du monde ont vu leur fortune augmenter de plus de 1 000 milliards de dollars. Le capitalisme vert marche à grande vitesse, puisque Elon Musk, voitures électriques Tesla, voit sa richesse passer de 140 milliards de dollars à 167 milliards de dollars en 2020, l’action du groupe Tesla ayant fait un bond de 700 % cette même année.

Un confinement catastrophique pour les plus vulnérables et nombreuses populations avec une augmentation des suicides, y compris en France où un mal être profond et grave sévit, pendant que les entreprises numériques profitent aisément de celui-ci et Mark Zuckerberg (Facebook) enregistre 25 milliards. Le secteur de la santé sort également son épingle du jeu, pendant que de nombreux pays pauvres manquent cruellement de médicaments et de matériel médical.

David Beasley a déclaré à l’ONU lors de la remise du prix Nobel de la paix 2020 au Programme Alimentaire Mondial « Au plus fort de la pandémie de Covid, en seulement 90 jours, 2 700 milliards de dollars de richesses supplémentaires ont été créés ». Puis il soulignait que « Nous n’avons besoin que de 5 milliards de dollars pour sauver 30 millions de vies de la famine ». (Voir article LiberTerra -Prix Nobel de la paix – PAM)

Pendant que les milliardaires augmentent leur fortune, que les gouvernements investissent dans l’armement, les armes autonomes destructrices et nucléaires, la paix s’épuise au prix de la faim qui ne cesse d’augmenter de manière exponentielle au fur et à mesure que le sommet de l’argent d’une économie suicidaire gravit chaque des échelons supplémentaires.

Au Yémen, les enfants ont également besoin que l’on sauve leur mère. Ce sont près de 1,2 millions de femmes enceinte ou allaitantes qui subiront une malnutrition aiguë en 2021, alors qu’une bonne santé maternelle est essentielle pour garantir la santé des enfants dans toute sa dimension. Des enfants qui ont faim d’amour, de bons soins, d’une alimentation équilibrée ainsi que leur mère.

Par ailleurs, l’ONU rappelle que la malnutrition nuit au développement physique et cognitif des enfants, particulièrement durant les deux premières années de l’enfant. Cette souffrance peut entraîner des dommages irréversibles et faire perdurer ainsi l’injuste de la pauvreté , des inégalités durant toute la vie des enfants touchés par la catastrophe de la famine et des conflits.

Le Directeur exécutif du PAM, David Beasley souligne que « Si nous agissons maintenant, il sera encore possible de mettre un terme aux souffrances des enfants yéménites ».

Une solidarité internationale est nécessaire. En 2021, il doit être une volonté de paix , de lutte réelle contre la pauvreté, les conflits et le bouleversement climatique qui provoque au Yémen une longue sécheresse touchant l’agriculture et les animaux qui souffrent également de conditions de vie dramatiques.

La pandémie a permis de concevoir  par les pouvoirs et leurs réseaux d’intérêts un enfermement de notre humanité et une progression du langage numérique, de la robotique IA, qui pense-t-on peut être seule à acquérir un sauvetage de notre planète soumise à une pollution intensive depuis des décennies, alors que plus de 10 tonnes de biens et de marchandises produits chaque année , soit plus d’une tonne par habitant, perpétuent un déséquilibre pour notre Terre et donc notre humanité.

Chaque jour où nous faisons gagner une marche aux profits enrichissant une minorité, nous mettons des millions d’enfants en danger. Une souffrance par la famine, une souffrance psychique, une souffrance dans l’intensité de sa dimension , y compris en France où des enfants à partir de 6 ans sont de plus en plus hospitalisés en psychiatrie tant notre système est destructeur. Et, là encore la pandémie est révélatrice d’une peine, d’une douleur qui étaient déjà et qui jaillissent.

© Fédora Hélène

Copyright © LiberTerra 2021, Tous droits réservés, Tous droits de reproduction et de diffusion réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s