#DoublePeine – Quand internet est la seule page où les femmes et les enfants victimes de prédateurs peuvent s’exprimer tant l’ injustice et son système d’impunité brise la paix !

L’hashtag #DoublePeine apparaît sur les réseaux sociaux pour que les victimes de violences conjugales et / ou sexuelles puissent témoigner de la manière dont elles ont été reçues par les services de police alors qu’elles venaient déposer plainte par suite de violences subies.

Pendant qu’il y a des # comme #DoublePeine des femmes et des enfants victimes de prédateurs sont en souffrance car la société cultive la violence et traumatise les plus vulnérables par sa volonté de n’être que marchande où tout est marketing, rentabilité, profits, cupidité. Des hashtag dont la justice se fiche éperdument, des victimes témoignant sur les réseaux sociaux par cette souffrance de la mémoire traumatique qui pense ainsi se libérer, que les choses vont changer pendant que des personnalités seront dans les médias et les milliers de victimes oubliées. Si peu change , mais les victimes servent des campagnes politiques à l’extrême perversité de voler l’espérance au coeur de ceux souffrants et de leur faire croire qu’ils auront leur humanité reconnue dans un pays qui a passé son temps depuis des décennies à nier les droits des femmes et des enfants victimes de prédateurs . Des victimes qui ne doivent compter que sur elles-mêmes . Une solidarité inexistante et à défaut de justice, il est offert l’heure du psychologue que des associations proposent pour solution où ces quelques mesures de protection prises pendant que l’agresseur n’est jamais face à ses actes de violences. Pendant que la justice n’existe pas et que l’on tente de combler son vide. 

Puis, c’est le foyer , où un hébergement de fortune où la vie de nombreuses femmes se brise encore pendant que le « mari », l’agresseur ne sera nullement inquiété par la justice pour qui les violences faites aux femmes n’intérresent pas pour faire carrière et qu’agresser une femme est une normalité, un jeu !

Un foyer, un refuge de fortune mais pas de logement tant il est difficile pour une mère isolée de pouvoir louer quand elle subit la précarité tant un prédateur isole, détruit  et cette société bourgeoise de droite régnant en France, où il faut être héritier, avoir le nom de famille et l’argent pour avoir le droit de vivre décemment. Une France qui  place l’extrême droite au 2 ème tour des élections présidentielles et où les livres de Zemmour se vendent comme des petits pains. Le tout avec une administration sclérosante en pouvoir immuable des politiques, de gouvernements aux privilèges insensés  à l’absurde jusqu’au bout dans un capitalisme dévastateur pour la nature et notre humanité. Mais, ce seront tous ceux valorisant un système volontairement bloquant pour que les plus fragiles ne s’en sortent pas qui priment car il faut garder l’argent pour les quelques familles dominantes dans cette culture patriarcale et bourgeoise misogyne d’un 19ème qui perdure.  Et, l’on pense que la France est une véritable démocratie alors qu’il s’y grave de fortes inégalités, discriminations, une pauvreté grandissante et l’indifférence laissant les plus vulnérables de côté. 

Je pose les mots, les laisse filer libres comme un rayon de lumière cognant à ta fenêtre. Je lâche la souffrance, devenant ce ballon volant libre dans l’air. À une justice qui blesse le corps meurtri des victimes de violences, viol. Il tue. Tu ne vois pas la plaie, toi juge à la robe noire en traîne comme certains avocats si pressés en marchand de justice à faire fortune qu’ils ne protègent pas une victime démunie, nue. Pourtant, elle tombe, elle plonge dans la douleur. Attends, je compte la monnaie tombant en chute sur vos bureaux et la véritable justice, elle est au cœur de la paix, celui des femmes brisées qui survivent à leurs forces d’aimer la vie.

Attends, je compte les milliers de larmes qui ont inondé mon visage. « Il m’a violée enceinte ». Elle était belle, son ventre si rond, si vivant, il lui infligeait la mort. Attends, je déchire mes yeux pour les poser devant toi, injustice. Injustice, tu blesses la paix. Colombe, une goutte de mon sang coule dans ses veines. Colombe à terre en souffrance, elle agonise sur le sol des tribunaux vides de toi, liberté.

J’ai connu la guerre entre les quatre murs d’un pays en paix  aux richesses d’argent et ventes d’armes. France, tu perds tes valeurs, quand une femme pleure. Je fais des hashtag pour parole libérée, le silence m’a déjà tué, je n’ai plus que ma parole pour vivre. Tes tribunaux, je ne les reconnais pas. C’est fini de croire en toi. Un prédateur à la ressemblance du système par sa méchanceté, sa cruauté, ses mensonges qui imprègnent tout son être a brisé ma vie. Justice, l’absente. Je dessine un autre avenir pour survivre. La lutte féministe est internationale et des femmes d’Asie, d’Afghanistan, d’Afrique, de tous les continents – justice, tu as trahi la paix.

Une société violente qui traumatise en permanence les plus fragiles, une société qui te rappelle sans cesse que tes droits humains ont le cœur qui saigne. Une société où la liberté tente de transpercer sur internet par des témoignages de victimes, pendant que la justice abandonne des femmes et des enfants en souffrance durant des années sans aucun respect pour la vie et qui ensuite se permet de poser des questions encore et encore, « raconte », « raconte », les violences subies, dit-elle. En toute impunité, la justice recommence son cercle infernal dans la perversité de ses lois.

Une main rouge peinte sur mon visage, je marque les blessures. Je suis un produit pas rentable pour une économie de profits qui détruit l’humain et la nature et la justice tient par ce pouvoir qui l’a conçu et sans lequel, elle n’a plus d’existence. Déclamant les procès politiques, ceux protégés et ceux qu’ils tiennent dans leur fer. Puis, les réseaux d’influence et d’intérêts cupides jouent avec les pauvres en pion des ombres de leur violence qu’ils défoulent sur les murs de leurs indifférences. La politique intelligence du pouvoir qui s’arme et oublie la paix. Opacité, il ne faut pas dire les secrets des puissants, la réalité de la politique qu’ils  ne comprennent pas eux-mêmes car elle n’est constituée de rien d’autres  que des manipulations pour prendre le pouvoir sur la vie ! La politique qui gouverne tout depuis l’antique civilisation faisant des rois et des empires régnant par la guerre, le marchand en instaurant sous diverses formes , l’esclavage. 

Humanité séparée, la réconciliation est la patience de l’espérance. Ce soir, une femme sera seule à lutter pour vivre face à un prédateur. Les enfants verront souffrir leur mère sous leurs yeux et la justice sera l’absente. Une justice si traumatisante pour les victimes de prédateurs et ce depuis des décennies  que leurs palais devraient être fermés, ainsi que  leur école de la magistrature et leur faculté  où ils apprennent si bien l’ordre rangé, et par cœur sans cœur la perversité des lois en juges triomphants posant leur verdict sur toute une vie dont ils ignorent tout.

Tout de l’injustice reste immuable, les politiques  n’investissent pas pour la liberté, mais pour la guerre. On arme les armées, on désarme les pauvres jusqu’à leur imposer la faim, à compter pour manger. La justice n’a jamais condamné la pauvreté, mais elle juge l’humain. Qu’elle commence à donner à tous du pain. Mais ce n’est pas sa vocation. Il faut garder le pouvoir de l’État et celui des cabales, compromis entre puissants. Ils ne lâchent pas leur monde d’obscurité où l’humanité est au bord de la falaise.

Le climat, il ne soucie pas leurs affaires d’argent quand l’écologie  leur sert de nouveau profit, au service des cupidités et orgueil à gagner sur la nature et plus de 3 milliards d’êtres humains ne mangent pas à leur faim. Elle est où la justice ?

Elle qui a le droit de vie et de mort sur un être humain et il est plusieurs manières d’anéantir une vie , ce que les prédateurs savent et appliquent.  Presque rien n’a changé des livres fondant ses lois issues du pouvoir politique absolu et des richesses de ceux établissant un ordre inventé et les servant en clé de leur succès. Une bourgeoisie de droite flânant avec les parades d’une gauche caviar en piège. Tous piégés par la politique, les institutions faisant d’êtres humains des numéros dans une case. Les fortes inégalités, les discriminations, le racisme, les violences faites aux femmes, la justice n’a rien combattu. Le système construit la misère et un enfant a faim d’amour, comme j’ai faim de vivre sans plus souffrir de ce système qui laisse des prédateurs détruire des vies et la justice le sait.

Leurs beaux costumes aux tissus luxueux, certains avocats ayant fait fortune avec la souffrance de notre humanité, cachés sous leur drap noir à plaider le verbe fort pour obtenir un non-lieu pour un bourreau, pour expliquer dans leur langage obscur aux racines latines dans l’incompréhensible d’une caste qui raisonne par le bruit et l’écoute de la liberté, qui résonne dans les larmes des victimes qui se réveillent en sursaut par trop de douleurs. Double peine pour des femmes, pour des enfants, victimes innocentes Ce sont eux si fragiles qui ont le courage de vivre, eux magnifiques, ce ciel bleu dans leurs yeux. Leurs regards de paix se tournent vers une justice et lui demandent, où est ta conscience ?

Il faudrait ces jours où il y aurait une chaîne humaine de paix devant leurs commissariats, devant leurs tribunaux et leur montrer la force d’aimer, de la réconciliation d’un peuple épris de liberté. Il faudrait que tous les enfants devenus grands et victimes de prédateurs soient à cette alliance de paix pour la vie et regarder cette justice de pouvoir, leur système d’impunité qui blesse tant notre humanité.

Plus occupé à arrêter un jeune pour un joint, mais pas un prédateur qui descendit une bouteille de whisky d’une traite devant les forces de l’ordre appelées en urgence alors qu’il commettait des violences conjugales.  Il est tellement certain de son impunité ! Il ne sera rien contre ce prédateur, aucune possibilité pour les victimes de porter plainte. Et, elles devront ne compter que sur elles -mêmes et fuir en perdant tout de leurs affaires, tout de leurs souvenirs. Encore les victimes qui paient, double peine. Le prédateur restera au comptoir de ses ivresses à boire dans son bar tenue par une pocharde de ses amies où tous savaient, où tous le voyaient errer dans la ville où il volait entre ses manipulations approchant et flattant les notables dans cette culture féroce du patriarcat et des indifférences. Puis, c’est sur la victime qu’il se venge, tellement facile sur un être humain en grande vulnérabilité dont la justice nie l’humanité dans son absurde à ne pas voir la souffrance qu’exprime un regard humain.

Les associations féministes absentes comme les assistantes sociales qui n’ont pas levé le petit doigt ! Quant aux avocats, qu’ils restent à discourir avec celui se faisant passer pour un des leurs et  escroquant, manipulant en sortant ivre de ses bars où certains trinquaient avec lui jour après jour, nuit après nuit ! Les plaidoiries au champagne dans les beaux immeubles cossus, tout ce milieu de mensonges ! Un système perdure et rien ne l’arrêtera si ce n’est la nature qui un jour brisera l’injustice qui la tue !

Puis, une espérance comme l’oiseau chantant au matin et il est d’unir, d’être le lien pour la liberté, pour plus qu’une femme, un enfant ne vivent la violence d’une telle société où par des titres et privilèges des notables,  des femmes misogynes adoptant les codes de prédateurs et des hommes violents se donnent le droit de dominer la vie de femmes, d’enfants démunis.  

La résistance est silencieuse, elle est de survivre, d’être vivante quand un homme a voulu vous tuer, a détruit le merveilleux de la vie par sa cruauté. Une lumière, juste pour vivre. Les victimes de violences conjugales et /où sexuelles ne peuvent pas se reconstruire en France. Lorsqu’elles portent plainte, elles vivent une autre souffrance dans les méandres d’une justice qui peut faire durer des plaintes durant des années sans que les gens de justice en soient choqués ! Pendant ce temps , un prédateur continue à détruire des vies  n’ayant que  son atroce violence et lâcheté pour existence et se sentant si puissant dans un système destructeur à son image. 

 25 mois d’une plainte pour viols et violences dans cet intitulé donné par la justice – quand des menaces de mort avec un couteau y sont noyées, comme lorsqu’il jetait de l’alcool dans mes yeux et devant les enfants, comme lorsque me jetait des cigarettes allumées sur mon corps alors que j’étais enceinte. Cet homme cruel est la définition de l’horrible injustice qui domine en France et il n’est pour les victimes de ce tyran plus aucune confiance en elle. Elle ne provoquera que plus de douleurs pour les victimes qui ne sont pas ces objets à qui on remonte le mécanisme comme pour une boîte à musique pour qu’elles racontent encore et encore ce que la justice sait depuis des années concernant cet homme de haines.

Que la justice demande à l’ancien ministre ayant embauché ce prédateur, combien il se comporte sans aucune indignité et faisant des scandales en public, conduisant ivre ! Puis, il hurlait des injures obscènes en pleine rue comme il le faisait en pleine nuit m’empêchant de dormir en hurlant de plus en plus fort des injures obscènes entre autres violences comme il a abandonné sa famille en état de choc dont un jeune enfant opéré à cœur ouvert.

Puis, toutes ses manipulations en fabriquant de faux diplômes, en s’inventant « journaliste », citant des noms de commissaires, de RG, de politiques, d’avocats, de journalistes et mentant sans vergogne à sa propre famille se riant de mal terrifiant qu’il nous a fait sans relâche tellement certain de son impunité. Lui, si fier d’avoir des articles parlant de lui dans une presse qu’il courtise et qui a dénoncé dans des articles publiés l’ampleur des escroqueries , faux et usage de faux qu’il a fait. Mais, il demeure à ses monstrueuses manipulations dans sa déchéance n’ayant que cette colonne vertébrale pour déambuler ivre en flattant l’ignoble de gens dangereux soutenant l’atroce et mettant alors constamment votre vie en danger ,tant ils vous crient que votre vie n’est pas, tant ils nient la mémoire des victimes dans l’obscurantisme de leur méchanceté. 

Toutes les forces données avec abnégation pour protéger mon enfant dont il mettait la vie en danger et qu’il était cette grossesse en peine, une naissance en urgence et ce prédateur venant m’agresser à la maternité moins de 24 heures après une césarienne en urgence. Ce qu’il fera chaque jour en arrivant ivre. Et, ce sont des femmes notables ou patronnes de bar qui majoritairement soutiennent cet être répugnant qu’elles voyaient ivre , violent détruire des vies innocentes. Tous ceux le félicitant pour sa cruauté dont une journaliste auteure de droite catholique dans leurs  manipulations avec la religion ne seront jamais face à leur médiocrité qui met une vie en danger en valorisant un tel prédateur qui a été jusqu’à abandonner sa propre mère ! Il n’est jamais venu lui dire au revoir alors qu’elle était mourante, comme il ne viendra pas à son enterrement. C’était son fils unique ! Il est alors l’insupportable, l’inacceptable de celle soutenant ce prédateur qui en marionnettiste flatte toujours l’horrible méchanceté. Celle qui nie les victimes en journaliste d’apparence !

C’était cette individu qui donnait toute sa force d’aimer pour survivre , qui était enceinte aux urgences à plus de minuit suite aux violences commises par ce prédateur et qui donnait toute sa douceur pour protéger ses enfants ? Elle est celle qui méprise les victimes en qualifiant ce prédateur dont elle ignore tout, « d’âme pure » dans sa méchanceté, et ses inepties religieuses se croyant tellement supérieure dans son indécence lamentable !

Ils seront en verrues pendant des années comme en sulfureux , il s’accroche à celles et ceux valorisant sa cruauté, son ivrognerie et tuant ainsi à petit feu les victimes .

Elle était où la grande catholique quand son cher prédateur était à Lourdes à saccager des vies et qu’il était les pardons donnés pour survivre pendant qu’il détruisait chaque jour des vies et qu’il volait , manipulant sans cesse et jouant avec ses proies en leur faisant croire qu’il se soignait alors qu’il riait au bar en se moquant de sa propre famille dont il détruisait l’humanité ! Elle ne vaut pas plus que ceux au comptoir qui s’amusaient avec lui dissertant pendant des heures de politiques entre ses verres d’alcool à se croire si puissant !

Ce sont eux qui sont valorisés dans ce pays ! Et, les victimes oubliées, humiliées, abandonnées pendant que ce prédateur rencontrait tous ces politiques dont ceux lui donnant quelques argent pour lui payer une nuit d’hôtel quand ivre il mendie ! Pendant ce temps là, ils ne prendront pas une seule fois des nouvelles des victimes ! Alors cette horrible auteur avec son argent ne correspond qu’à cette société de violences comme ce violeur sera toujours son reflet .

Ce prédateur oublie ses proies qu’il jette au fond d’une tombe et part ailleurs recommencer son mode opératoire ! Comme il a oublié sa propre mère !

Mais , il est au taquet pour manipuler, faire du mal, voler et flatter cette autre notable de province hôtelière héritière en faillite qui lui confie toutes ses affaires et pour qui il se vante de « plaider » devant le tribunal de commerce. Lui, un escroc manipulant sa propre famille durant des années en fabriquant de faux diplômes dont un de la falculté de droit de Toulouse ! C’est cette ex-représentante d’un sysndicat hôtelier qui l’accompagne en voiture un matin où il nous a encore agressé devant l’école ! Cela avant de partir s’occuper des affaires en faillite de l’hôtelière en l’accompagnant au tribunal où il aime jouer les grands avocats ! Pendant ce temps là , les seuls que la justice saura traumatiser, ce sont les victimes ! Combien de bières, de bouteilles de vin et d’argent cette hôtelière lui a-t-elle versée , elle qui injurie les victimes et envoie au père du prédateur, âgés de plus de 80 ans, des messages sous fond de jugement contre une famille qu’elle ne connait pas et demandant de l’argent à un homme malade pour servir son ignoble escroc en ne jurant que par lui depuis plus de dix ans ! Voilà , ceux encourageant la violence de ce prédateur à l’égard d’enfants et de leur mère ! Ils ne seront jamais inquiétés et toujours à servir leurs minables intérêts d’argent, de faillite, de cupidité en bon notable en col blanc.

Mais, ce manipualteur se victimise , joue et manipule , se pense si puissant par son impunité dans son atroce lâcheté en donnant du « gente dame » à celles haineuses se gavant de la perversité de ce violeur. Ce même prédateur agressant dans la rue, devant et dans l’école de ses enfants et allant jusqu’à menacer l’école qui alors sera mise sous surveillance policière. Ce loup enragé sera condamné à une simple amende pour ces faits en sachant que le long témoignage fait et dénonçant les violences conjugales et menaces de mort qu’il fait, sera oublié par ceux qui représentent la justice. C’est comme si la justice avait dit aux victimes « vous n’existez pas, vous n’êtes pas des êtres humains » dans toute sa puissance comme celle donnée à cet agresseur par l’impunité qui le protège.  Ce ne sont pas les gens de justice qui ont eu leur vie brisée par cet homme, manipulateur cruel passant ses journées à escroquer, à boire, à vivre dans des hôtels où il part sans payer et toujours fier de son impunité, accusant ces proies dans l’horreur de ses manipulations et maîtrisant la justice dont il connaît si bien les rouages destructeurs !  Mais est-ce cela qui est valorisé dans la culture française du moment que l’apparence flatte une bourgeoisie du 19 -ème siècle !

Le froid de l’indifférence qui règne pour des êtres humains car ils sont une femme, des enfants et que la force de leur témoignage n’est que rarement écoutée par ces robes noires errant dans leur palais pour tribunal où nombreuses victimes se sont effondrées de douleur. Un prédateur terrorise, inflige une peur incommensurable et la justice fait de même. Elle n’est pas consolatrice et elle appartient à un pouvoir politique ancestral contrairement à ce qu’elle prône.  La justice, on y fait carrière et parfois fortune. C’est la seule chose qui est à retenir tant la paix y a été profondément blessée. Nombreux ont oublié leur conscience dans ces milieux de justice et politique – comme ils oublient qu’ils sont des êtres humains. La justice aurait dû, comme la société française, profondément changer après l’affaire dramatique du petit Grégory.

On ne choisit pas son métier par hasard et combien de ces gens de justice font ce métier car ils possèdent un pouvoir démesuré sur la vie d’autrui ? Comme ce n’est pas un hasard si le prédateur cité a toujours évolué dans un milieu politique, de justice et médiatique, qui est cet ensemble de pouvoirs, d’art de la manipulation qui ne peut représenter une démocratie véritable respectueuse des plus fragiles. 

Aujourd’hui, cet homme qui a violé sa femme enceinte, une grossesse à risque du fait des violences subies, se balade et parade dans sa déchéance qu’il prend pour habit prestigieux, et voit combien il a détruit une vie et combien ses mensonges lâches sont toute sa préméditation, sa stratégie pour détruire en toute impunité dans sa violence flattant toujours sa cruauté. Il restera impuni car si la justice avait dû l’arrêter cela aurait été depuis longtemps où elle sait très bien qui il est, le mal qu’il fait et qu’il fera toujours par sa seule réussite, sa cruauté.

Les violences sexuelles – ce sont 641 millions de femmes qui subissent des violences sexuelles de la part de leur partenaire intime , selon un rapport de l’OMS et de l’ONU. Mais , en France, il est normal qu’un homme malintentioné possède un être humain, une femme qui lui appartient comme un objet par le mariage. Ce violeur légal qui a détruit une femme enceinte se balade dans vos rues en étant ivre et les mains dans les poches. Douce France, cher pays de mon enfance, comment chanter cela !

Le cœur d’une victime est celui qui résiste pour survivre. C’est cela la résistance. Elle n’est pas avec les armes, elle est par la paix pour la liberté pour vivre ! 

©Fédora Hélène

Copyright © LiberTerra 2021 – Tous droits réservés – Tous droits de production et de diffusion réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s