LA HAINE – L’ incompréhensible cruauté à l’égard des femmes

Témoigner pour force de vivre – Violences conjugales, tuer une femme au silence des murs d’une société patriarcale

La haine – Un homme machine de violences

La haine celle qui déferle, rase les murs, attaque et toi que fais -tu ?

Que fais-tu quand tu te la prends de face, qu’elle laisse des traces, des cicatrices et ces blessures qui durent ?

J’entends ces cris dans la nuit, la haine surgit. Une femme , seule et la haine qui la bat . Plus de souffle, tu vas mourir. C’est cela l’angoisse qui frappe. Ton corps qui tremble, c’est un fait divers. Faits divers, c’est la haine. Pas de chance. Il n’y a pas de mots pour parler d’elle, la haine. Juste, la souffrance. Dis douleur, peine, dis tes mots. Couche-toi sur le papier.

Verse tes larmes, un couteau contre les veines, combien de victimes de violences conjugales se sont suicidées ? On tait le drame et on passe à autre chose. Faits divers , on est dans un monde de violences. Pas de chance.

Une sirène de police, une femme a appelé. Elle tremble, elle est victime. Le bourreau dans l’ombre. C’est la rengaine.

Tourne la tête. Un cri. C’est la nuit, il fait noir, rien de plus normal, il faut s’effondrer. Un prédateur dans l’ombre, il viole. C’est un crime mais la justice oubliera et là pas de loi que la haine.

Quel monde, une espérance est-elle ? Le chagrin tue.

La haine, et que fais-tu contre elle ? Tu pleures et quelle arme ? Que cette eau qui tombe de notre humanité.

Haine, il rentre le soir ivre et il se couche près de toi. Stop, arrête les mots. Arrêt sur image, c’est un viol. Elle est enceinte, fragile, une grossesse à risque. Mais la haine approche. Il la viole. Puis, sans un mot quand il a fini, il se retourne et s’endort . La victime est paralysée, n’ose plus bouger, en état choc. Le violeur est toujours là près d’elle. Il a fait ça. Ta vie bascule . T’es vivante mais il t’a tué comment exister ?

Ce violeur empeste le bistrot, l’acool comme à son habitude. Il est violent quotidiennement. Il prend tout l’argent de la famille et disparait , puis revient. Il laisse de temps en temps un sac avec de maigres courses sur le paillasson . Il reviendra plus tard, violent, pourri par sa haine. Il détruit psychiquement un être humain, lui vole toute sa liberté, sa vie, ses rêves. Il détruit, anéantit en y prennant plaisir. Il a sa cour dans ses bars, dans des cabinets d’avocats, auprès de politiques, journalistes, RG . Puis, il est ces femmes qu’il courtise, manipule et qui expriment une haine sans faille, gratuite à l’égard des victimes de ce prédateur, une mère et ses enfants. Comme le définit une victime « C’est un pourri qui a toujours été attiré par des pourris, il adore les pourris« .

Tous savaient les violences qu’il commettait à l’égard de sa conjointe et de ses enfants. Ils l’ont laissé faire , riaient, buvaient avec ce bourreau qui amusait leurs soirées et après-midi au bar par ses discours politiques qu’il répètent en boucle depuis plus de 20 ans, ses imitations d’hommes politiques, parlant haut et fort pour que tout le monde l’entende, que tous soient son public.

Philippe Palat,  » Je suis le clown triste« , disait-il plaintif, se victimisant après avoir brise sa conjointe par toutes les violences qu’il a pris plaisir à commettre .

Le bourreau en clown triste qui a laissé en grande souffrance sa conjointe enceinte qu’il a maltraité, violé, abandonné aux urgences où elle arrivait en pleine nuit , amenée par les pompiers. Enceinte de 8 mois, une grossesse à risque et devant rester alitée. Philippe Palat, cette nuit là arrive ivre à plus de minuit comme à son habitude, saccage le salon pour se défouler. Les cadres brisés au sol, du verre éclaté dans toute la pièce et une femme enceinte inconsciente au milieu du désastre. Philippe Palat, froid, si froid, laissa entièrement seule sa conjointe transportée aux urgences et il ne lui rendit jamais visite, ni appels téléphoniques, ni rien durant les jours de son hospitalisation qui suivirent .

Il était occupé à ses barbouzeries et les alertes faites par sa conjointe qui gardait tout le calme de la paix pour s’exprimer et protéger son enfant, furent jamais entendues, respectées. Philippe Palat, ce bourreau se sentant si puissant par son impunité. Il peut maltraiter sa conjointe enceinte et partir parader auprès de son public de notables , des milieux politiques, journalistiques, de personnes liées au riche sport automobile, et autres. Des spectateurs légitimant la lâcheté du patriarcat, l’horreur des violences conjugales et sexuelles.

Violences faites aux femmes, la justice s’en moque !

Faits divers, la justice s’en moque. Les plaintes sont mais tout le monde s’en fout. On dit aux victimes d’oublier et que l’impunité du prédateur sera toujours. Des millions de femmes victimes à travers le monde depuis des décennies et la pandémie de coronavirus laissera d’autant toutes ces femmes en détresse, grande vulnérabilité. L’Onu s’en inquiète mais l’argent à d’autres chats à fouetter et il est le temps de ne penser qu’à l’argent, la dette et les milliards. la vie passera après.

La Haine s’est abattue puissante.

Redeviens animal . Trouve-toi face à l’horreur, perds ta vie une bonne fois pour toute. Redeviens animal, oublie ta mémoire, oublie des viols, un prédateur impuni. La presse parle de haine, tout échappe à tout, une loi anti haine et la haine.

Que fais-tu ? Tu te perds ? Reviennent les faits divers. La presse parle, elle est connue, députée LREM, elle propose des lois mais les femmes victimes, silence.

Oublie le prédateur , il est passé. Un dément, fou de haine qui viole, détruit. Il n’y a pas une once d’amour dans la haine, il n’y a pas une once d’amour en lui.

Toutes ces femmes coupables d’avoir été violées et qui chaque jour se disent, je suis encore en vie. Mais la vie où est-elle sans reconnaissance, sans justice ? Il faut oublier, c’est le passé.

Culture des maltraitances, de la violence. Elle est partout. Un prédateur manipule, glacé, froid et la justice s’en fout.

Il peut tout faire et se prélasser dans sa haine. Il peut envoyer tous les messages haineux qu’il veut, il y a une plainte mais ce n’est qu’une femme qu’il a violée, qu’il a mal traitée, qu’il insulte encore et toujours, une parmi des milliers d’autres comme elle.

Pas de chance, la victime n’est qu’un fait divers. Il ne fallait pas naître dans cette société où est l’indifférence. Les prédateurs sont légitimes et ont le droit de détruire. La loi contre la cyberhaine sera contre la liberté car si on avait voulu arrêtrer la haine, la justice aurait été pour les victimes de manipulateurs. Un prédateur fier d’avoir violé, qui en plus est dans sa suprématie en insultant et en continuant à manipuler avec le nom de ses victimes . Elles lui servent jusqu’au bout , jusqu’à la corde.

Indifférent, froid, il se vante de sa cruauté et ça fait rire autour de lui. La haine est bien présente et si la victime meurt de souffrance cela sera la joie de sa copine qui s’alcoolise avec ce violeur, et de tous ceux qui s’amusent avec un prédateur des messages odieux qu’il envoie, des actes de viols qu’il a commis. Notamment, un commerçant à Bordeaux qui était satisfait des rendez-vous que ce prédateur prenait auprès d’institutions pour régler ses affaires.

Un prédateur conscient et responsable de tous les actes atroces qu’il a commis. Pas de chance, c’est la haine qui triomphe et cela est depuis des années. Un vrai refrain. La haine quand ce violeur agressait encore et encore et ses hurlements déchaînés.

Quels mots pour décrire son regard empli de haine ? Son teint devenant rouge, tout son visage prenait les traits de la haine. Il a volé des vies, détruit, manipulé, brisé le cœur, la sincérité de vies humaines. Cela ne fera pas à la Une des journeaux, c’est un fait divers et tout le monde s’en fout.

Il y en a des milliers comme lui en france et des milliers comme sa copine qui boivent et rient à pleine gorge de la souffrance des victimes, en commençant leur confinement avec un prédateur.

La femme violée, elle peut crever de chagrin. Pas grave, pas de chance. Il faut lever le coude à la santé de Philippe Palat et ses copains, copines qui rient tellement des victimes. Tellement drôle pour un prédateur de savoir sa victime en souffrance, de l’avoir laissée sur le carreau , d’avoir détruit des grossesses à coup de viols, de lit renversé à trois heures du matin avec une femme enceinte qui y dormait et qui s’est retrouvée jetée à terre.

C’était amusant de lui tirer les cheveux, de cracher, de renverser le repas des enfants et de leur mère par terre ou dans l’évier en le recouvrant de la litière souillée du chat, en fonction de l’humeur du prédateur.

La Haine, le sordide, un fait divers, une femme que le prédateur balançait en la poussant avec son ventre, en lui hurlant les pires insultes et en la mençant de mort. Qu’importe, le viol est un crime, détruire un être humain, sa liberté, ses rêves, son identité mais pas en France où on préfère casser la liberté d’expression et affaiblir un peu plus la liberté.

La haine debout, prend de la valeur et les victimes seront toujours ce rien humilié.

On parle de sms qu’auraient envoyé Laetitia Avia, on parle également d’harcèlement. Il figure des sms du prédateur et ils ne sont rien en comparaison avec ses hurlements d’insultes dont il accablait sa victime en prenant plaisir à la voir souffrir.

Il recommençait sans cesse et devenait de plus en plus violent, cruel, froid, calculant toute sa violence, c’était sa puissance, il existait enfin ! Il n’aime que ceux qui rient de son sordide, qui s’alcoolisent avec lui et ceux qui légitimisent toute sa haine. Il a su jouer des masques, du faux de tout ce système où il suffit de revêtir une apparence, de jouer un personnage.

À 16 ans, il comprend comment manipuler et qu’il n’a pas besoin de faire des études, d’avoir un diplôme et qu’il suffit de tricher. Il y prend goût et méprise ses proies. Il les juge stupides, les appellent des « grenouilles décérébrées » car prises à son piège. Il jubile quand il gagne et amène là où il veut ses victimes.

Il commence tôt car il sera présenté dès l’âge de 16 ans chez un juge pour enfants pour des faits de vols entre autres. Il sera l’omerta.

« Rien ne me sera dit. Quand il parle de sa jeunesse, il se fait passer pour un jeune incompris qui aimait l’art, l’orchestration, les musées et qu’il était maltraité. »

Puis, on apprend que dès ces 16 ans , il s’introduit dans la politique, joue son rôle, se fait l’ami, et il manipule . Une fois la confiance acquise, vicieusement, il vole. Commenceront alors une longue série d’esroqueries qui ne cessseront jamais. Les tampons d’une mairie, du papier à en tête, de l’argent et il recommencera sans cesse. Il vole dans la boite aux lettres de journalistes et cela sera inclu au dossier des plaintes portées contre lui. Mais, cela ne l’empêchera pas de jouer le personnage du journaliste et il s’introduira dans des rédactions. Il s’en donne à coeur joie d’être une barbouze, un super manipulateur. Il apparait dans les réceptions, en photo aux côtés de politiques, un témoin qui l’a connu à Toulouse confie « Il était toujours là. On le voyait dans tous les salons »

Puis, il serait de demander à une ex journaliste du Figaro, ce qui s’est passé avec Philippe Palat au sujet d’un problème avec un chèque dont elle aurait été victime.

« Elle s’appelle C* . Elle appelait très régulièrement au domicile et elle s’était plainte à la personne qui lui répondait, qu’elle avait eu un problème sur un chèque avec Philippe Palat. »

Philippe Palat s’est vengé de tous les appels qu’elle a passé pour faire part de son problème avec lui. Philippe Palat, l’escroc – Il avait fait comme toujours, son vicieux à escroquer avec des chèques. Des escroqueries qu’il a commises à l’égard de sa propre famille, contre sa conjointe. Il prenait le dernier chèque et l’enlevait soigneusement pour que cela ne se remarque pas.

Il s’est vengé des appels de cette journaliste sur sa jeune compagne. La haine de philippe Palat s’est repporté sur la proie qu’il avait sous la main. Une jeune femme de 24 ans qui venait d’avoir un enfant de ce prédateur.

«Après un des appels de la journaliste du Figaro, il a hurlé, il m’a insultée de tous les noms, il m’a poussée et il s’est dirigé vers la chambre où était mon enfant , petit nourrisson, qui dormait dans son berceau. Philippe palat a alors continué ses hurlements puis il a dévasté la chambre du bébé.

J’ai pris en catastrophe mon enfant dans les bras, une seconde plus tard il balançait de toutes ses forces le berceau à travers la pièce. De rage de voir l’enfant dans mes bras, il s’est dirigé vers moi, m’a poussée avec l’enfant dans les bras et il m’a hurlée « Chienne, chienne, rentre dans la chambre ! Va , dans la chambre chienne ! » . Il m’a attrapée brutalement et m’a fait rentrée de force dans la chambre qu’il venait de détruire et il referma la porte et sortit de l’appartement. Je suis restée en état de choc. je ne pouvais plus parler. Il est rentré dans la soirée et il a fait comme si de rien n’était. »

Son extrême méchanceté, toutes ses manipulations étaient quotidiennes.

« À cette époque, il se disait journaliste dont à Paris Match, mais tout était à sa violence et je ne savais que les mensonges qu’il me disait. Il a été pigiste à Paris Match, à VSD. Il a quitté rapidement ces rédactions et il se disait toujours victime d’autres journalistes. C’est un milieu particulier entre les politiques, la justice, les RG, les journalistes entre eux. »

« Puis, des années et des années après, j’ai compris qu’il avait été un vecteur de haine dans le trouble et l’opacité des manipulations et des articles qu’il signera sur l’affaire Yann Piat. »

Il serait qu’il explique sans ses manipulations, mensonges : ses déclarations, articles et les documents qui sont dans son lamentable livre sur une députée victime, Yann Piat. Son livre qu’il signe sous un faux nom qu’il usurpe sans autorisation, sans aucun droit. Il salit le nom d’une famille qu’il manipule et met en souffrance. Une famille pour qui il n’a aucun respect et qu’il diffame, insulte honteusement .

Il manipule toujours avec ses frasques et turpitudes, saloperies de son époque journalistique pendant que dans ce même temps , il a été d’une extrême violence avec sa compagne.

C’était facile de tromper, de manipuler, d’imiter des émotions humaines qu’il est incapable de ressentir. Sa grande spécialité mettre en état de choc. Tout faire pour casser un être humain. Puis, il joue son rôle du « malade », de la « victime » Il demande pardon, se met à pleurer, menace de se suicider. Il joue la comédie à merveille et sans scrupule. Il fait mine d’avoir un malaise, joue les victimes, diffame celui qui est réellement la victime.

Il verra naître « ses » enfants mais ne ressent aucun amour, aucune compassion et sera à manipuler en jouant les « pères », le « mari ».

La police a été avertie, les assistances sociales, le médecin de famille, la famille , les voisins l’entendaient hurler, et les victimes se retrouvaient seules face à ce bourreau.

Tout est faux, hypocrisies , tout n’est que mensonge jusqu’au bout du sordide chez ce prédateur. Il ne donnera de bonheur à aucun de « ses » enfants. Et, il ose toujours utiliser leur nom pour manipuler. Il les appelait « les chiards » et il leur hurlait dessus qu’ils n’avaient pas de père , tout en agressant leur mère sous leurs yeux.

Il n’a jamais payé de pension alimentaire, et bien évidemment, il ne se soucie pas des victimes et de la force qu’il faut pour dépasser et vivre chaque jour en reconstruisant une vie.

La haine fait partie intégrante de notre système, elle le tient

Philippe Palat ne fera aucune Une pour avoir martyrisé des êtres humains. Par contre, quand il a fabriqué un faux contre Hervé Bourges, là c’était important. Mais la vie d’une femme et d’enfants , tout le monde s’en moque , c’est l’indifférence !

C’est très bien que des ex-collaborateurs de Laetitia Avia aient eu la force de témoigner. Ils démontrent que la haine est un socle du système et qu’il suffit de jouer un personnage, d’être une apparence.

Philippe Palat a très bien réussi à manipuler dans les milieux de la politique, du journalisme et la vie d’une femme et d’enfants, on devrait lui décerner une médaile de la «  haine ». Il a tout compris au système.

Le sens de la vie, dire qu’elle est précieuse, que la liberté est primordiale pour que notre humanité perdure, ça ne sert à rien. L’incohérence, le mensonge, les jalousies, les manipulations dirigent, dominent.

On lance l’espérance en SOS, une bouteille à la mer qui voudrait bien être délivrée de la pollution mais les lobbies seront plus puissants que la Terre.

Les prédateurs et leur orgueil , identique au prédateur philippe palat, très hautain, suffisant, orgueilleux, se faisant passer pour un officiel auprès des autorités et ses victimes sont à ces yeux que de stupides choses. La souffrance de la femme qu’il a martyrisé n’a aucune valeur, elle est ridicule et se débat comme un poisson hors de l’eau aux yeux du prédateur ! Les « amis » du prédateur l’applaudissent et dans la virtualité, il affiche près de 4 000 amis sur son profil Facebook. Certains pensent qu’il s’agit de Philipe Palat, journaliste à Midi Libre. Il a toujours usé du fait qu’il porte le même patronyme. D’autres le pensent avocat et d’autres savent très bien qui il est . Mais être un prédateur est une qualité dans notre société. On se dit qu’on est vraiment stupide de passer des heures à travailler avec honnèteté, sincérité et qu’il suffit de jouer un personnage, de manipuler les gens , de les haïr et de se jouer d’eux.

Une autre victime de philippe palat, nous a appris qu’il écrivait des mots sur un carnet, des phrases qu’il recopiait et des bouts de poèmes, notamment et il adressait ainsi des messages d’ « amour » à ses victimes. Son expression « papillon bleu » qu’il ressortait en boucle à toutes ses victimes. Il joue aussi les « croyants » , fidèles à ses « engagements » disait-il . Tout son être n’est que mensonges, manipulations, tricheries, hypocrisies.

Il sait que les plaintes n’aboutiront jamais et il s’amuse à contempler la détresse et la pauvreté qu’il a fondé. Le culte patriarcal sera jusqu’au bout malgré les annonces politiques. Les victimes n’ont qu’à oublier , faire le deuil de toute reconnaissance et se dire tant pis ! Pas de chance ! La haine a tué des rêves, brisé, attaqué une femme enceinte. Des victimes fortes, qui savent dépasser, sourire, aimer la vie, croire en sa beauté.

Novembre 2021 – 26 mois d’une plainte pour viols et violences contre Philippe Palat qui se balade tranquillement !

Une rose pour les innocentes victimes de Philippe Palat qu’il a maltraitées pendant 20 ans de terrible « mariage ».

Pendant que Philippe trinque très fier de lui en s’alcoolisant avec son public , ce qui a sauvé les victimes de ce prédateur, c’est la force de vivre et d’aimer. La joie de voir une simple fleur, d’entendre le chant d’un oiseau, de comprendre ce précieux et vrai de la vie. Cette force de sourire, d’être heureux, de dépasser chaque jour une intense souffrance, des traumatismes imposés par la terrible violence de Philippe Palat.

© LiberTerra

⚠️ Attention messages violents de Philippe Palat

Philippe Palat vole sans aucun scrupule et en est fier. Il vole sa propre famille, ses enfants, dans des magasins et quand les victimes disent quelque chose, expriment leur colère légitime, il les fait passer pour des moins que rien. Il insulte en permanence ses victimes, les diffame, salit .
Quand la victime est en larmes, à bout de souffrance, il l’a fait passer pour folle auprès de ses amis qui l’hébergent, lui donnent de l’argent, le flatte d’être un prédateur et le rire odieux de sa copine qui pense que Philippe Palat lui fera faire la Une de la presse ! Le ridicule des sordides.
Philippe Palat a tellement menacé son ex compagne de mort et dont avec un couteau !
La violence honteuse de Philippe palat et ses propos sexistes , homophobes . La suite du message est tellement obscène, sordide que nous l’avons masqué.
©LiberTerra
Voilà comme philippe Palat appelle sa popre fille. Et, il ose se servir des enfants pour se faire passer pour un père ! Et, il diffame leur maman ! Il sait très bien ce qu’il fait. Il est conscient et responsable et il prend un malin plaisir à manipuler la détresse, l’immense chagrin de sa proie .

Philippe Palat ironise ! Puisque encore une fois, il sait que les victimes souffrent énormément de ne recevoir aucune justice ni reconnaissance ni droit à la résilience ni réparation

Copyright © LiberTerra 2020 Tous droits réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s