Il ne s’appelle pas PPDA ni Hulot – Philippe Palat, ce journaliste barbouze

On pourrait mettre une page vide cela suffirait. Aux journalistes connaissant bien Philippe Palat et sa violence inouïe. Ceux ayant oublié et effacé les victimes de Philippe Palat. Puis, la journaliste soutenant un tel prédateur.

Les victimes espèrent que les « scoops » qu’il a fourni ont été profitables à certains journaux . Leurs grandes enquêtes d’investigation. Élise Lucet demeure peut-être la seule digne de confiance.

Philippe Palat se lève le matin pour détruire une vie. La France tient entre ses mains des gens capables de soutenir la cruauté, la méchanceté gratuite, lâche et qui furent et sont les complices d’un ignoble médiocre brisant une femme enceinte.

Il n’y a aucune humanité en Philippe Palat. Puis, est-ce un hasard s’il a toujours rebondi dans un milieu politique, journalistique embourgeoisé ! – « Un pourri qui a toujours fréquenté des pourris et qui adore les pourris ». Un jeune adulte victime

Même devant l’évidence des malades soutiennent un tel pervers ! Butés, ils alimentent la folie consciente de la méchanceté. Un système prédateur qui protège un des leurs ! Quelqu’un de sensible, d’humain ne peut pas accepter la cruauté à l’égard d’une femme enceinte.

Témoigner à 8 mois de grossesse, une grossesse à risque, depuis les urgences où arrivée en pleine nuit suite aux violences commises par Philippe Palat, il n’y eut que la paix, cette force de vivre, ce calme en moi pour protéger mon enfant.

Témoigner également auprès du cabinet d’avocats où traînait Philippe Palat fréquentant journalistes, politiques, policiers et tout ce petit monde ne pouvait pas ignorer l’appel d’une femme enceinte que Philippe Palat avait l’ habitude d’agresser, de maltraiter, lui trinquant au bar avec ces chères relations .

Le drôle des journalistes de gauche le courtisant depuis des années et déclarant « Il a toujours été dit que c’était une barbouze d’extrême droite« , puis «  Je ne veux pas avoir mon nom dans une affaire comme ça de viols« . Non pour qu’ils écrivent un article, mais pour qu’ils aient uniquement la dignité de témoigner. Par contre, pour écouter les infos que leur donnait Philippe Palat, cela ne les dérangeaient pas de s’ afficher à ses côtés.

Cet épouvantable homme de violences, cet homme en machine de haines traumatisant ses enfants, maltraitant leur mère sous leurs yeux, m’a lancée de l’alcool dans les yeux devant mes enfants
Soutenir un tel prédateur c’est grave, scandaleux. C’est effacer une femme, une mère, lui dire que sa mémoire est morte.

Garder la poésie de l’art en lumière loin de ces milieux politiques et journalistiques. Écrire loin d’eux, loin de ceux capables d’être fascinés par un criminel , celles dans leur narcissisme flattant la cruauté. Un des leurs , Philippe Palat. Bien évidemment comme pour Hulot, PPDA et les autres, les politiques et journalistes n’étaient au courant de rien ! Heureusement, ils ont leur système d’impunité que cultive leur justice brisant La force du témoignage sans laquelle la justice ne peut exister.

Survivante, seule face à un prédateur expérimenté me menaçant de mort avec un couteau devant mes enfants, entre autres dégâts qu’il fait detruisant une vie . La justice absente quand seule, je protégeais mon enfant en moi . Quand il était de sourire à la vie pour arme faisant de l’amour ce vainqueur qui sauve face à la terrifiante haine d’un homme terrorisant une femme enceinte.

Je ne regarderai que ce calme secourant, que cet amour pour la vie qu’ un homme a mis en grave danger. Se dire  » Si , je n’ai plus la force, j’ouvre la fenêtre et c’est fini ».

Horrible injustice française et son cortège de politiques et on ne compte même plus le nombre de prédateurs dans ces milieux de pouvoir comme celui de la presse.

Sa mère qu’il a également oublié n’a pas eu la chance d’être sur le profil de cet unique fils qui l’a aussi brisée, ni d’avoir ses qualificatifs en flatteries vulgaires s’ affichant publiquement en commentaires. Il n’est jamais venu lui dire au revoir , ni à son enterrement. C’est ma main qui caressait son visage dans cette dernier fois, ce souffle disparaissant . Tout mon profond écœurement à l’égard de celles et ceux tirant leur sulfureux pour justifier leur soutien à celui ayant détruit une vie .

©️ Fédora Hélène

Copyright ©️ LiberTerra 2021 – Tous droits réservés.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s