Desmond Tutu – Un homme de lumière nous laisse le précieux héritage de la paix

@liberterradaily

Desmond Tutu est né le 7 octobre 1931 et c’est ce 26 décembre 2021, qu’il s’est éteint à l’âge de 90 ans .

Cet homme de paix, ce sourire à la vie, sa force luttant pour les opprimés du monde entier et par la paix dressant la lumière face aux oppresseurs .

Une lumière puisque le combat était pour le triomphe de l’ amour et cherchant en lui ses amis , comme son frère spirituel, le Dalaï-lama.

La joie s’unissant contre les oppresseurs, contre les puissants semant la guerre et sachant que la tâche est inachevée. À nous de reprendre le flambeau, ne jamais laisser s’éteindre la flamme . Nul besoin d’ être connu pour agir pour la paix. L’innocence d’un enfant le fait, est cette lutte pour la paix. Nous tous, anonymes, nous sommes le peuple de la paix par notre humanité. Il ne suffit que de cela pour donner naissance à la paix universelle.

Partager, encore et toujours et en ce temps de Covid où la pandémie de souffrances poursuit sa route, où les plus vulnérables sont touchés par la pauvreté s’aggravant, par les fortes inégalités augmentant , par les discriminations avançant au pas de la haine, il est plus que nécessaire d’être ces artisans de paix, ces semeurs d’espérance en contrariant les fortunés, les oppresseurs par la force de l’union contre la violence.

La violence économique qui se révèle durant la pandémie qui n’a réveillé la conscience de nombreux décideurs politiques, financiers, lobbies qui poursuivent coûte que coûte leur course vers la croissance des profits, vers la compétitivité, vers ce qui écroule le bien être, la nature.

Cette accélération de l’économie effondre les droits de l’homme et pourtant la machine continue de s’emballer et les ventes d’armes contre lesquelles luttait Desmond Tutu, se poursuivent .

Les hommes politiques récitent la paix en se félicitant des ventes d’armes qu’ils ont effectuées dans ce chaos où la paix résonne à l’écho des rapports de force maintenant notre monde dans l’instable.

Tout peu basculer et la lutte pour la paix universelle ne doit être une page de notre Histoire, mais cette continuité, cette poursuite pour faire d’elle notre futur, le sens de notre civilisation.

Protéger les plus vulnérables, protéger et aimer l’enfant, une mère démunie, celles et ceux en détresse, c’est le but de notre vie, notre force de réconciliation avec notre humanité pour qu’elle puisse vivre.

Le pardon si difficile et que souvent les victimes donnent à leur bourreau pour que l’amour vive, que sa lumière parcourt notre mémoire – elle si nécessaire pour bâtir demain. Elle a besoin d’être peuplée par les actes de paix, par le possible de la liberté pour réaliser un futur serein .

Elle déploie ses ailes une à une et chacune d’elle est importante. Chacun d’entre nous est important et peut être une œuvre de paix. La solidarité commence par les petites choses qui s’accomplissent au quotidien. Partager est le vrai sens de nos communautés. Nous avons inventé des systèmes économiques nous éloignant les uns des autres, alors que la réconciliation est essentielle.

Nombreux décideurs politiques rendant hommage à Desmond Tutu, auront demain pour but : la conquête politique et économique, dominer l’autre . Ils oublient leur parole et placeront leurs actes à augmenter le poids du fardeau que notre humanité porte en s’opposant contre elle-même.

Le chemin est encore long, mais pas impossible à parcourir. L’orgueil et la cupidité sont les ennemis de la paix et nous devons nous rappeler également les paroles de l’Abbé Pierre pour que nous donnions les clés aux plus vulnérables.

Nous devons nous rappeler des mots de Mandela prêt à donner sa vie pour la liberté. Notre vie ne peut être sans elle, notre vie n’est pas neutre, pour souligner les mots de Desmond Tutu et nous ne pouvons pas ignorer le combat pour la liberté.

Les crises humanitaires sont de plus en plus graves et l’ Afghanistan est cette terre assoiffée, ces récoltes mortes, ces conflits entre les hommes, et se sont des femmes enceintes, des enfants subissant les conséquences des actions des Talibans et de tout un système destructeur qui fait toujours resurgir les blessures des guerres que l’on nomme par des titres différents, comme celle économique, politique, mais leur violence tue irrémédiablement qu’elles usent de bombes ou non, elles seront toujours celles à retardement piégeant les plus pauvres , les contraignant à survivre et non à vivre.

La pauvreté sur tous les continents, les violences faites aux femmes, les discriminations, le racisme perpétuent cet esprit d’autodestrution des hommes de violences et aucun État à encore voulu à ce jour anéantir ce qui détruit par une arme majeure, la paix .

La révolte pacifique manque à notre monde et nous restons figés à ne servir que l’enrichissement de quelques uns. Assommés par le pouvoir donné à l’argent, on demeure dans cet état de conscience perdue, immobile sans plus aucun courage que celui de faire de chaque jour cette peine, la pauvreté. La pauvreté si puissante et l’enfant tombe. Il avait pourtant recherché l’ arc-en-ciel.

Desmond Tutu demadait la paix pour la Palestine et pourtant les mots de division se prononçaient et tout resta à une terre déchirée. En pleine pandémie de Covid, en mai 2021, un conflit Israëlo-palestinien éclata et dévasta la lumière de la paix . C’est un épais brouillard de poussière qui recouvrit des enfants tués par les frappes israeliennes aériennes sur Gaza.

La désolation, une crise humanitaire se fit plus grave en conséquence de la guerre et c’est l’innocence d’enfants, de mères , de femmes enceintes, de familles démunies qui en paient le prix.

Le 15 mai, après des bombardements sans relâche nuit et jour par les frappes israeliennes aériennes , il est au moins 126 morts, dont 31 enfants, plus de 950 blessés et plus de 10 000 déplacés.

La paix à terre et ce n’est qu’elle qui aura la force de relever ce que la guerre a détruit. Oubliant que les armes tuent, que les ventes d’armes ne peuvent servir la paix, certains puissants considèrent cette industrie comme lien de paix par le rapport de force dangereux qu’ elle établit. Les blessures de guerre ne cicatrisant pas et tout peut très vite basculer. Considérer les ventes d’armes, l’armement nucléaire comme sans danger, c’est continuer à l’ armer en le plaçant au bord de la falaise en pensant que nous sommes en sécurité.

La miniaturisation du nucléaire rend tout toujours plus dangereux, renforce les risques pour notre humanité et en pensant échapper au fléau de la pollution, nous risquons d’aggraver la séparation de notre humanité.

Cette division apparaissant fortement en pleine pandémie de Covid où l’argent a augmenté sa puissance comme jamais et laissant en Afghanistan, au Yémen, au Soudan du Sud, à Madagascar, au Nigeria, en Éthiopie, en Syrie, en RDC, ainsi que dans d’autres pays, sur tous les continents, y compris en Europe, la faim , l’extrême pauvreté s’étendre par cet infernal conflit que s’impose notre humanité.

C’est avec elle qu’il faut se réconcilier et si les hommes savent construire une technologie puissante, ils laissent de côté la volonté de fonder la paix universelle.

Notre monde avance vers une croissance économique toujours plus forte pour les pays riches, alors qu’elle n’est que virtualité et n’existant que par l’appauvrissement imposé aux populations vulnérables.

En France, c’est la force des opprimés qui a gagné une justice sociale et c’est la puissance des oppresseurs qui tente de l’ affaiblir. Ce n’est pas hier, mais aujourd’hui. Emmanuel Macron est à cet échec et c’est la violence qui a le plus marqué son quinquennat. Celle qu’il ne pourra ôter, comme toute la droite ne pourra le faire, ni une gauche désunie, car tous ont voulu le pouvoir et par lui, par cette Olympe qu’il crée, ils perdent leur bonté.

Sans elle au cœur, un pays ne saura que mettre toujours plus de souffrances, de détresse au cœur des plus vulnérables. La pauvreté abîme, peut marquer toute une vie. Les puissants abîment le cœur de ceux qui ne leur ont rien demandé et qui subissent la folie consciente du pouvoir qui enlace les politiques.

Pardonner à notre Histoire pendant que la machine économique poursuit sa route lancée à vive allure par différents gouvernements avides de fortune, de puissance.

Tous les efforts de la paix sont là, les pardons ont été donnés et c’est grâce à cela que notre monde perdure. C’est aux puissants de prendre conscience et d’arrêter d’entretenir la peur, la soumission et d’accepter de redevenir cet anonyme capable d’ œuvrer pour la paix.

©️ Fédora Hélène

Copyright ©️ LiberTerra 2021 – Tous droits réservés – Tous droits de production et de diffusion réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s