Éthiopie – L’intensité du conflit bloque l’aide alimentaire et met en danger la vie de femmes et d’enfants, alerte le PAM

L’ONU a alerté récemment sur l’urgence d’apporter une aide humanitaire à 22 millions de personnes en Afghanistan, comme l’aggravation de la crise humanitaire au Yémen.

Aujourd’hui, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) lance une alerte sur la gravité du conflit sévissant en Éthiopie qui risque de provoquer la rupture de l’assistance alimentaire apportée par le PAM plus particulièrement dans le nord du pays.

Le porte-parole du Haut Commissaire des Nations Unies fait état des nombreux rapports inquiétants concernant les combats n’épargnant pas la population civile, et ce sont des victimes des frappes aériennes dans la région du Tigré en Éthiopie.

Le HCDH informe d’une frappe aérienne du 11 janvier a touché l’institut public d’enseignement et de formation techniques et professionnelles, et a tué trois hommes et blessé 21 personnes, dont la plupart des blessés sont des femmes.

Le camp de personnes déplacées de Dedebit a été violemment touché par une frappe aérienne le 7 janvier faisant au moins 56 morts et 30 blessés. Trois personnes grièvement blessées sont décédées à la suite de leurs blessures à l’hôpital quelques jours après cette attaque meurtrière portant le nombre de décès à au moins 59 morts.

Depuis le début de l’année, au moins 108 civils auraient été tués et 75 personnes seraient blessées, alerte le HCDH.

Des combats incessants bloquant les ressources en carburant et le passage de l’aide alimentaire. Plus aucun convoi humanitaire passe, alerte le Programme Alimentaire Mondial et laisse donc en détresse depuis la mi-décembre des populations dans la région du Tigré et de Merkelle.

Des femmes et des enfants souffrent de la faim, et cette rupture de l’aide alimentaire met en danger leur vie. Ces populations vulnérables sont épuisées et isolées.

Le PAM alerte que les stocks d’aliments enrichis en valeur nutritionnelle pour les enfants et les femmes en situation de malnutrition, sont désormais épuisés. D’autre part, les dernières provisions de céréales, légumineuses et d’huile seront distribuées cette semaine, ce qui clôturera les rations disponibles.

La situation est catastrophique, humainement intenable, le PAM annonce que les conséquences dramatiques de la violence, seront d’être dans l’obligation de « Choisir qui a faim pour éviter qu’une personne ne meure de faim », s’est alarmé Michael Denford, Directeur régional du PAM pour l’Afrique de l’Est.

La situation dramatique des routes bloquées ne laissant aucuns couloirs humanitaires ouverts, appelle Michael Denford à demander des « garanties immédiates de toutes les parties du conflit pour des couloirs humanitaires sûrs et sécurisés, via toutes les routes, à travers le nord de l’Éthiopie », expliquant que « Les approvisionnements humanitaires n’arrivent tout simplement pas au rythme et avec l’ampleur nécessaires. Le manque de nourriture et de carburant signifie que nous n’avons pu atteindre que 20 % de ceux que nous devrions avoir lors de cette dernière distribution au Tigré ». Puis, il alerte sur le fait que le conflit place la région « au bord d’une catastrophe humanitaire ».

Un conflit qui persiste et qui place depuis un an 9,4 millions de personnes ayant besoin d’une aide alimentaire pour survivre. D’autre part, il est une augmentation significative en l’espace de quatre mois de 2,7 millions de personnes supplémentaires ayant besoin d’une aide alimentaire.

Le Programme Alimentaire Mondial apporte actuellement une aide alimentaire à 2,1 millions de personnes dans la région du Tigré, à 650 000 personnes dans la région d’Amhara, ainsi qu’à 534 000 personnes dans la région Afar.

Un conflit qui, en persistant, fait du temps un ennemi supplémentaire ; de sorte que le PAM estime que dès le mois prochain il pourrait manquer de vivres telles que les produits nutritionnels pour des millions de personnes, et cette fois-ci dans toute l’Éthiopie.

Le PAM lance un appel urgent pour soutenir le programme d’aide alimentaire dans le nord de l’Éthiopie, évalué à un besoin de 337 millions de dollars supplémentaires, ainsi que de 170 millions de dollars pour secourir les populations touchées par le bouleversement climatique imposant une sécheresse dans la région de Somali.

Un conflit violent touchant les civils

Le HCDH demande aux autorités éthiopiennes et à leurs alliés d’assurer « La protection des civils et des biens de caractère civil, conformément à leurs obligations en vertu du droit international ». Le HCDH est également particulièrement inquiet concernant des arrestations et détentions arbitraires dans le cadre de l’état d’urgence. Par ailleurs, malgré la libération de plusieurs personnalités d’opposition de premier plan, qui étaient détenues depuis plusieurs mois, il demeure au moins des centaines de personnes détenues dans des « conditions épouvantables » précise le HCDH. Des détentions sans qu’il soit de procédures examinant les motifs, « entre autres violations des garanties procédurales », s’alarme l’organisme onusien.

De plus, la gravité du conflit touchant des civils pourrait établir « le non-respect des principes de distinction et de proportionnalité », selon le HCDH, et pourrait alors « constituer des crimes de guerre », a-t-il déclaré.

© Fédora Hélène 

Copyright ©️ LiberTerra 2022 – Tous droits réservés – Tous droits de production et de diffusion réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s