2021, l’année la plus chaude jamais enregistrée, alerte l’OMM – Quand le réchauffement climatique poursuit sa route

@liberterradaily

« Prends soin de la Terre, la magie est partout« , Coralie 21 ans

La magie, nous avons une chance extraordinaire

Le climat a changé. Nous pouvons le ressentir en nous, ce bouleversement planétaire qui vibre en nous. Cette onde qui nous parcourt, qui nous dit que plus rien ne sera jamais comme avant, et qu’il suffit aujourd’hui de trois verbes pour que soit un avenir serein. Un monde différent, mais que nous pouvons espérer en équilibre pour accueillir notre vie. Ce monde a besoin que nous portions : Aimer, partager, sauver pour protéger le précieux de la vie, cette eau qui coule de nos yeux, celle qui nous étonne, celle si puissante qui chaque jour nous donne la chance d’un nouveau jour.

Ce nouveau jour, nous attend patiemment, nous tous. Il nous demande cette condition, être ensemble. Il est temps d’être des citoyens du monde pour perdurer, de nous aimer en frère et sœur, ce demain nous devons le rêver aujourd’hui.

Nous donner la main, croire en notre humanité réconciliée pour bâtir le futur, un futur sans peine. Cette peine que notre humanité n’a jamais connue. Celle qui brise tout, fait de nous cette brindille au milieu de l’océan, lui, qui nous demande au chant de ses vagues, de nous unir pour sauver notre vie.

Les plus vulnérables prient chaque jour pour que nous fassions cette alliance, cette espérance. Dire pardon à notre terre, et à celles et ceux que nous avons abandonnés dans les souffrances qu’infligent les violences. La violence de nos systèmes économiques et  politiques. La justice en peine qui demande plus que tout que nous soyons cette ère nouvelle capable d’anéantir la pauvreté.

Combats pour qu’un enfant n’ait pas faim, c’est cela délivrer notre humanité, protéger le climat. La nature a besoin d’être libre et nous, on enchaîne la liberté, on déséquilibre, chute l’harmonie. Comment résoudre l’équation climatique quand un enfant meurt de faim ?

Aujourd’hui, partage. Écoute ton cœur, laisse les titres, le pouvoir, la richesse, laisse tomber ce qui abîme la vie. Ne fais pas de la chance une utopie.

L’utopie deviendra demain l’évidence quand sonnera ce trop tard pour notre humanité, quand le temps nous a déjà quitté. Choisis la vie !

Pour la première fois, on vit un bouleversement planétaire, notre guerre. Sans armes, que le feu des volcans, que le feu brûlant nos forêts, que nos villages sans eau, que la sécheresse, que le désert prenant place.

Je voudrais te dire, demain, cet enfant le regarde, donne-lui la chance de le vivre.

@liberterradaily ©Liberterra / photo

Nous sommes sur Terre pour vivre ! Anaïs, ces yeux bleu ciel, son sourire à l’immensité de la paix, la joie, les jours heureux en trésor, elle te donne sans conditions le verbe aimer.

Aimer, être là devant toi, à te conter sur cette page ce que je crois, croire en toi, croire en nous pour aller voir les aurores boréales, et se dire qu’on peut réussir, qu’on peut aimer la vie au-delà de nous et savoir qu’un jour. Aimer, avancer, sans question, sans pourquoi, juste aimer pour sauver.

Sauver les oiseaux qui tremblent de peur. Ce matin sans eux. Les dunes solitaires, leur chant a disparu, l’été a ce goût amer. Les fleurs sauvages ne colorient plus les chemins, les champs et le coquelicot en signe de résistance, sa fragilité au vent se balance.  Enivrante, ma Terre, mon corps, un sang coule dans nos veines, humanité.

Je ne te dis pas à demain, je te dis à aujourd’hui, agir.

« Ces sept dernières années ont été les plus chaudes », alerte l’Organisation Météorologique Mondiale

L’organisation Météorologique Mondiale alerte dans un communiqué inédit paru le 19 janvier, que les sept dernières années constituent les plus chaudes jamais enregistrées.

Une étude de haute qualité rassemble des données analysées par l’OMMS et indique que depuis 2015 jusqu’à sept années consécutives, soit de 2015 à 2021, la température mondiale a dépassé de plus de 1°C les niveaux enregistrés pendant la période préindustrielle. L’OMM fait remarquer que l’étude s’appuie sur des données de premier plan et mises à jour par l’Administration américaine pour les océans et l’atmosphère (NOAA), par le Goddard Institue for Space Studies (GISS) de la NASA, le Centre Hadley du Service météorologique du Royaume-Uni et la Section de recherche sur le climat de l’Université d’East Anglia et le groupe Berkeley Earth. Par les technologies Big Data et l’IA, la collecte de données est de hautes compétences et l’OMM tient à démontrer le sérieux de l’étude faite sur le réchauffement climatique pour que les actes concrets soient, ainsi qu’une prise de conscience.

Ce sont des millions de données d’observation météorologique et océanique, y compris satellitaires, qui sont collectées et analysées émanant également du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT), ainsi que du Service météorologique japonais (JMA).

L’année 2021 marque particulièrement une augmentation de la température moyenne sur Terre supérieure d’environ + 1,1°C en comparaison à sa valeur durant la période préindustrielle (1850-1900).

Nous nous souvenons des températures hors normes au Canada affichant 50°C durant l’été 2021, provoquant des décès, au moins 134 morts en l’espace de deux jours, des feux de forêts dévastateurs, comme nous constatons les effets catastrophiques des sécheresses provoquant des famines. C’est le cas à Madagascar où depuis 4 années consécutives les récoltes subissent les conséquences de la sécheresse, comme cela est en Afghanistan. L’Asie n’est pas épargnée, comme l’Afrique.

En Europe, la Belgique et l’Allemagne ont connu de fortes inondations durant l’été 2021, causant plus de 200 morts et des dégâts importants. Par ailleurs, des années seront nécessaires pour réaliser une reconstruction. Des années durant lesquelles le bouleversement climatique va poursuivre sa course par une multitude d’éléments comme la fonte des glaciers.

M. Taalas Petteri, Secrétaire général de l’OMM,  souligne que  « L’année 2021 restera dans les mémoires en raison d’un record de température de près de 50° C enregistré au Canada – soit une température comparable aux valeurs relevées dans le Sahara en Algérie – de précipitations exceptionnelles et d’inondations meurtrières en Asie et en Europe ainsi que d’épisodes de sécheresse dans certaines régions d’Afrique et d’Amérique du Sud. Les effets du changement climatique et les aléas liés aux conditions météorologiques ont eu des conséquences catastrophiques sur des populations de tous les continents».

De plus, l’OMM souligne que le changement climatique devrait se poursuivre pour une raison : la présence dans l’atmosphère de niveaux records de gaz à effet de serre. Il a été constaté que les années sont de plus en plus chaudes depuis 1980. Une croissance  des températures qui devrait se poursuivre à l’avenir. L’OMM note que dans ce processus climatique, l’année 2016 a subi une intensité « exceptionnelle » d’un épisode EL Ninõ qui a contribué à un réchauffement moyen record à l’échelle mondiale.

« En raison d’épisodes La Ninã consécutifs, le réchauffement des températures a été relativement moins prononcé en 2021 qu’au cours des dernières années. L’année 2021 a tout de même été plus chaude que celles qui ont subi l’influence de La Ninã dans un passé récent », informe M. Taalas Petteri, qui ajoute que, « Le réchauffement global à long terme dû à l’augmentation des gaz à effet de serre est désormais bien plus marqué que la variabilité annuelle de la moyenne des températures du globe causée par des facteurs climatiques naturels. »

Un bouleversement climatique maître de notre avenir 

Des conséquences climatiques influencent la société dans toutes ses dimensions et par les tensions, la pauvreté qu’elles aggravent, elles créent une violence qui se répercute dans les conflits. L’Éthiopie subit les répercussions de la crise climatique qui ne fait qu’aggraver des processus de violences.

La révolution climatique prend sa source dans l’ampleur d’un bouleversement planétaire qui demande à nos sociétés de changer profondément et de manière globale et non pas uniquement sur une valeur économique. Une valeur économique qui dans l’avenir reposera essentiellement sur les nouvelles technologiques que l’homme considère comme étant l’alliée la plus puissante pour affronter la révolution climatique et tenter de ralentir la hausse des températures.

Climat et stratégie quantique 

Une valeur en calcul quantique, et Emmanuel Macron mise sur le numérique  avec un investissement porté à 1,8 milliard d’euros, dont 1 milliard financé par l’État, notamment via le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) pour la stratégie quantique devant élaborer la société de 2030. Le calcul quantique qui permettrait à terme d’effectuer certains calculs jusqu’à 1 milliard de fois plus vite que les autres techniques. Le temps humain ne peut rivaliser avec la rapidité d’analyse, de calcul et de la mémorisation qu’opère l’IA. L’être humain ne peut maîtriser le temps, il lui échappe.  L’extension du temps qu’il s’offre par la technologie quantique est cette illusion de posséder une force contre le réchauffement climatique.

Posséder des millions de données ne signifie pas réaliser par des actes concrets et efficaces permettant le ralentissement du réchauffement climatique. Lequel ne se caractérise pas uniquement par la hausse des températures.

L’univers quantique est prometteur en acquisition de connaissances, et financièrement, il pourrait générer à partir de 2035 et sur les 30 années à venir, des bénéfices entre 480 et 850 milliards de dollars, évalue le rapport de Boston Consulting Group (BCG), intitulé : « What Happens When « If » Turns of to « When » in Quantum Computing ? » (Que se passe-t-il lorsque « si » devient « quand » en calcul quantique ? »)

Les progrès qui pourront être dans le domaine robotique sont aussi des données sur lesquelles comptent des scientifiques et certains décideurs politiques pour conquérir la solution contre le réchauffement climatique. Le tout pourrait unir la lutte climatique à des objectifs de profits inégalés.

Une solution quantique qu’ Emmanuel Macron préfère à celles proposées par des mouvements écologistes qu’il a surnommé les « Amish », le 14 septembre 2020, alors qu’il se trouvait à la « French Tech », et optait pour la défense de la 5G. La solution quantique  prend également pour allié le nucléaire. Lequel est appelé à devenir l’énergie phare, et notamment celle capable d’élaborer une civilisation interplanétaire que les puissants convoitent.

Un monde en danger, une Terre en pleine révolution climatique  – Et, ce sont des crises humanitaires liées à la crise climatique que notre civilisation doit résoudre, alors qu’elle demeure celle guerrière et marchande, et qui par ce système tient à coloniser une autre planète. Une autre planète, conçue comme étant pour notre survie, et dont les ressources pourront être exploitées. Mais, ne faudrait-il pas pour réaliser une telle conquête, rendre en premier notre survie sur Terre, possible  ? L’erreur serait peut-être de concevoir une vie ailleurs car on ne la conçoit plus possible sur Terre.

D’autre part, les bénéfices qui pourraient être engendrés par ce monde virtuel qui se matérialise par le système quantique et le nucléaire, pourraient également oublier le primordial, la vie sur Terre. Tout maîtriser, nous voulons dominer, et cela est certainement une capacité naturelle que nous possédons, mais celle-ci se heurte à la capacité d’autodestruction que l’humain peut posséder. Et, certainement plus puissante que des calculs quantiques et non visible par des chiffres. 

Il est donc par en première valeur de sauver la vie en protégeant la biodiversité, les populations les plus vulnérables. Commencer par le plus petit, ce que la violence des systèmes rend invisible, le plus fragile.  Nous pourrions ainsi penser rétablir un possible équilibre pour la survie de l’humanité. 

La montée des eaux ne sera pas arrêtée par un calcul quantique, ni forcément par une transition énergétique, car elle pourrait être cette valeur du temps de l’univers qui n’est pas la valeur du temps humain. Mais, si nous prenons la valeur humaine et non numérique par l’IA, nos actions émaneraient de cette liberté à la dimension de notre humanité, et non d’une virtualité, d’algorithmes. 

Nous appartenons comme la Terre, aussi bien à notre planète, comme nous dépendons également de l’univers qui nous entoure. Ce que l’on peut ressentir et c’est également pour cette raison que l’être humain est si curieux de découvrir l’espace. Notre humanité est en lien avec la Terre, comme elle l’est avec l’espace. Les données dont nous disposons sur l’immensité de l’univers  sont très limitées et par logique celles que nous possédons sur la Terre; surtout que nous les analysons en fonction de nos interprétations, surtout quand elles sont corrompues par la politique et l’économie en valeur de profits. Ainsi, 2050 paraît loin, alors qu’en réalité cela a déjà commencé. Nous donnons une date qui en réalité est instable. Ce que nous savons, c’est que nous devons protéger la nature et les populations vulnérables, maintenant. Des populations vulnérables sur tous les continents, y compris en Europe.

Climat – Politique et nucléaire 

 La Cop 26 est considérée par certains comme un échec, et Emmanuel Macron comme « le président de l’inaction climatique », selon le candidat EELV à la présidentielle, Yannick Jadot. Emmanuel Macron répond en premier que l’union est primordiale pour avancer pour le climat. Puis, Emmanuel Macron exprime qu’il comprend le nucléaire comme solution énergétique en faveur du climat, comme  l’ONU considère le nucléaire comme l’énergie solution.

C’est donc un investissement d’un milliard d’euros qui est dirigé vers le nucléaire et notamment pour les petits réacteurs modulables (SMR) qui pourraient être opérationnels en 2035 et qui forment un partenariat avec les États-Unis.

Une politique qui a l’ambition de faire également du gaz une énergie verte, au même titre que le nucléaire. Le tout encouragé par la taxonomie verte de l’Union européenne pour acquérir la neutralité carbone d’ici 2050. Laquelle taxonomie intègre le gaz et le nucléaire comme énergie verte, et provoque de ce fait de houleux débats et fortes critiques émanant de mouvements écologistes.

Comment fait-on en un temps qui devient urgent pour répondre à l’ampleur d’un bouleversement planétaire actif et accéléré en étant dans des confrontations politiques permanentes et envie de profits financiers ?

Le nucléaire va dominer et fortement diviser la population qui vivra, selon les rapports scientifiques, la continuité des conséquences du réchauffement climatique. Et, certains scientifiques soutiennent le nucléaire comme solution énergétique, comme les pays plus pauvres et sans nucléaire choisiront le gaz en énergie  dite « verte ». Par ailleurs, l’Allemagne sera ce pays riche optant pour le gaz et qui par la taxonomie pourrait obtenir les subventions européennes venant soutenir les pays  pour la transition, amélioration énergétique.

À l’avenir, le nucléaire civil va progresser et le nucléaire militaire est celui qui peut tout faire basculer, comme alerte l’ONU, ainsi que la Déclaration P5, dont la France fait partie.

Accord de Paris, tristesse

L’Accord de Paris visant à limiter la hausse des températures en dessous de 2°C se heurte à une absence de solidarité qui persiste, à des enjeux et intérêts politiques et économiques qui dominent, alors qu’au final, on est tous dans la même galère !

L’année 2021 a franchi une étape dans la hausse des températures qui va se poursuivre durant la décennie en cours. Les conceptions technologiques seront en majorité effectives en 2035, ce qui nous place après la nécessité de stabiliser la température.

Et, ainsi que l’OMM le souligne, il y a également les concentrations de gaz à effet de serre, le contenu thermique et le pH de l’océan, le niveau moyen de la mer à l’échelle du globe, la masse glaciaire et l’étendue de la banquise. De plus, les facteurs polluants sont la pandémie sévissant depuis des années et faisant au moins dans le monde, 9 millions de morts par an.

Le monde file, les populations sont prisonnières d’une économie destructrice par ces choix de profits, par également les puissants et décideurs politiques qui s’affrontent tout en s’unissant, puis faisant de l’union, l’absente.

Les patrons des industries ont déjà un pouvoir très important  et un rôle majeur à jouer dans la lutte pour le climat et par un fait, des milliards de personnes à travers le monde sont employées par les différentes industries, comme ces mêmes personnes consomment par l’industrie.

Puis, il est une chose que tous pourraient rejoindre, protéger la vie par trois verbes : aimer, partager, sauver.

Un enfant victime de la faim à cause de la sécheresse et par l’économie, souhaiterait certainement une chose : arrêter l’économie qui provoque et aggrave la sécheresse, les violences et conflits. Si nous pensions sans valeur en milliards de dollars, nous pourrions posséder suffisamment de clarté pour savoir quoi faire dans ce juste auquel l’humain peut accéder, même s’il ne peut résoudre l’ampleur du bouleversement climatique. 

© Fédora Hélène

Copyright © LiberTerra 2022 – Tous droits réservés – Tous droits de production et de diffusion réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s