L’Est de l’Ukraine au bord de la catastrophe humanitaire – 874 000 réfugiés ont fui l’Ukraine – discriminations aux frontières ukrainiennes – Les droits humains fondamentaux sont les veines de la paix

HCR / Chris Melzer

L’ONU annonce mercredi 2 mars après-midi, au 7ème jour des attaques de la Russie contre l’Ukraine plus de 874 000 réfugiés fuyant la guerre depuis le début des hostilités.

Au 6ème jour du conflit, il est plus de 660 000 réfugiés a alerté le HCR. Une situation dramatique pour des femmes et des enfants contraints de partir sans rien. Des déplacements forcés, la population est confrontée aux bombardements de l’armée russe, aux tirs jour et nuit, à un couvre-feu militaire, aux dangers permanents, ainsi qu’à un manque de nourriture et d’eau potable.

L’ONU a alerté le 1 mars que l’Europe se prépare à accueillir un demi-million de réfugiés, dont plus de la moitié des réfugiés se dirigent vers la Pologne. Aujourd’hui, l’ONU annonce qu’il pourrait être dans les semaines et les mois à venir, au moins 4 millions de personnes déplacées fuyant l’Ukraine et trouvant refuge en Europe.

Une situation très préoccupante et les organismes humanitaires, dont la Croix-Rouge, l’ONU se mobilisent sur place. Ils sont en train d’œuvrer pour intensifier l’aide alimentaire, l’apport en eau potable. Une présence indispensable et les passages pour les humanitaires doivent être garantis et sécurisés pour permettre à l’aide humanitaire d’arriver auprès de la population, et secourir les plus vulnérables.

Convoi aide humanitaire HCR

Nombreuses personnes isolées, âgées, handicapées n’ont pas la possibilité de se déplacer, de trouver un abri sûr de manière durable et se trouvent perdues, en grande détresse. Ils peuvent parfois marcher sur de longues distances, tentant de rejoindre une gare, de chercher un moyen de transport. Des personnes en Ukraine, en Pologne se proposent pour conduire des réfugiés chez un proche, une fois la frontière passée.

HCR

« À ce rythme, la situation pourrait devenir la plus grande crise de réfugiés du siècle en Europe » a alerté le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Les frontières se sont ouvertes pour accueillir les réfugiés cherchant un refuge principalement en Pologne, en Hongrie, en Roumanie, en Moldavie et en Slovaquie. D’autres pays européens accueillent également des réfugiés d’Ukraine.

Le HCR constate également que nombre de réfugiés ont rejoint la Fédération de Russie et souligne que les autorités nationales assument la responsabilité de l’enregistrement, de l’accueil et de la protection de ces réfugiés.

Le HCR exhorte tous les gouvernements à poursuivre l’accueil des réfugiés fuyant l’Ukraine et insiste sur le fait qu’il ne doit être aucune discrimination envers toute personne ou groupe. Plusieurs témoignages de ressortissants de pays d’Afrique et d’Asie du Sud expliquent qu’ils ont été victimes de discriminations, qu’ils ont été bloqués aux frontières ukrainiennes. Le motif évoqué, pour laisser « la priorité aux Ukrainiens ».

Plusieurs pays africains, ainsi que l’Union d’Afrique (UA) ont réagi inquiets du sort de citoyens africains en Ukraine. Le Président de l’Union Africaine et le Président de la République du Sénégal, rappellent que « Toute personne a le droit de franchir les frontières internationales pendant un conflit ». Toutes les personnes ont le droit de se mettre à l’abri, « Quelque que soit sa nationalité ou son identité raciale » affirme l’UA. Des rapports indiquant que les Africains subissent un « traitement différent inacceptable seraient choquants et racistes et violeraient le droit international », a déclaré l’UA.

En France, Gérald Darmanin a transmis un courrier aux élus concernant l’accueil des réfugiés ukrainiens en mentionnant dans son message sur Twitter, « Objectif : construire ensemble un dispositif à la hauteur de l’engagement de la France ». Une volonté louable, qui révèle par ailleurs les discriminations envers des migrants et réfugiés fuyant également des conflits et crises humanitaires au Soudan, au Yémen, en Syrie, comme il est une urgence humanitaire sur tous les continents et l’Europe vit actuellement dans le risque majeur d’une guerre.

Chacun d’entre nous, nous pourrions être les réfugiés de demain, et l’accueil est l’objectif qui permet à notre monde de perdurer. N’oublions pas – Hier, la Pologne fermait ses frontières à des réfugiés et migrants de confession musulmane. Certains sont décédés dans ses forêts. L’Europe doit être garante du respect des droits humains pour tous, sans discrimination envers une personne.

Tous Humains, tous égaux, est-ce une notion acquise au sein de l’Europe quand des réfugiés, et jeunes mineurs fuyant les conflits et crises humanitaires en Syrie, au Soudan, entre autres,  subissent des conditions de vie éprouvantes, y compris durant la pandémie, y compris en France. Les barbelés se sont dressés en Hongrie en plein hiver, en pleine pandémie de Covid contre les migrants et réfugiés.

Le bouleversement ne cesse de nous révéler nos erreurs, et la guerre en Ukraine nous rappelle le devoir d’accueillir, de recevoir avec cœur toute personne cherchant un refuge pour survivre. Secourir, sauver des vies, accueillir, sont les armes de la paix. Sans elles, il ne reste que la force des bombes, que l’âme de la guerre pour avenir.

Par ailleurs, les services du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme (HCDH) indique suivre avec attention le respect du droit international et déclare qu’une telle discrimination serait « une erreur », et que tout le monde doit être protégé. Shabia Mantoo, porte-parole du HCR, a dit « Nous insistons sur le fait qu’il ne doit y avoir aucune discrimination à l’encontre de toute personne ou groupe ».

470 000 ressortissants d’autres pays bloqués en Ukraine

Ce sont des travailleurs migrants, des étudiants de différentes nationalités, soit 470 000 ressortissants de pays tiers, qui selon les estimations de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) sont bloqués pour beaucoup, quand d’autres, fuyant les hostilités en Ukraine, subissent un parcours éprouvant pour quitter l’Ukraine. Ainsi, « Plus de 50 ressortissants tunisiens qui ont traversé la Moldavie, ont été relocalisés en Roumanie dans un premier temps, avant de rentrer chez eux par un vol chater », a alerté Safa Msehli, porte-parole de l’OIM.

Plusieurs pays d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie sont particulièrement préoccupés et demandent que soit une assistance pour aider leurs ressortissants à quitter l’Ukraine dans le respect du droit international. Au 1er mars, au moins 6 000 d’entre eux sont arrivés en Moldavie et en Slovaquie.

 Une guerre au cœur des villes ukrainiennes – Une catastrophe humanitaire

Liz Throssell, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux droits de l’homme, indique qu’entre le 24 février et le 1er mars, il a été enregistré 536 victimes civiles en Ukraine. Des bombardements et des tirs dans des quartiers résidentiels ont tué 136 civils, dont 13 enfants et blessé 400 civils, dont 26 enfants. Une violence aveugle par l’utilisation d’armes explosives à large zone d’impact, y compris les bombardements d’artillerie lourde et de systèmes de lance-roquettes multiples., sans compter l’ampleur des frappes aériennes. Ce bilan dramatique est certainement en-dessous de la réalité, souligne le HCDH et est probablement plus élevé. Le HCDH demande une cessation immédiate des combats, une urgence.

Ukraine – une situation humanitaire critique

Une catastrophe humanitaire pourrait s’annoncer dans l’est de l’Ukraine où figurent les zones les plus touchées par le conflit. Les villes de Donetsk, Louhansk et Kharkivska, ainsi que des villages ont un besoin urgent d’aide humanitaire. Un manque de nourriture, d’eau potable, des infrastructures civils, immeubles, maisons ont été détruits, et laissent la population dans une grande détresse. De plus, selon l’OCHA, un bombardement a détruit un hôpital accueillant 400 patients.

L’ONU alerte sur les problèmes d’approvisionnement en eau, des infrastructures d’assainissement sont fortement endommagées. Concernant les établissements de santé, ils subissent des coupures de courant constantes. De plus, les personnels soignants et les ambulances ont un risque élevé d’être pris dans des tirs croisés.

L’OCHA dresse un bilan catastrophique de la situation s’imposant depuis 3 jours : une pénurie d’eau, de nourriture, de carburant et une très grande difficulté pour accéder aux soins pour les malades et certains blessés.

Sur le terrain, l’ONU alerte sur l’insécurité qui empêche l’aide humanitaire et aux personnels humanitaires d’accéder aux populations vulnérables. Tout reste extrêmement difficile d’accès et cette situation empêche également les évacuations, pourtant essentielles pour la sécurité des civils.

Point de passage à la frontière

Les personnes fuient vers l’ouest du pays, sans ressources, sans nourriture, ni eau, ni possibilités de trouver un abri durant leur périple. Les agences des Nations Unies, associations humanitaires, sociétés civiles locales, font tout pour continuer à apporter une aide vitale aux civils et pour accéder aux zones très difficiles.

Le Programme Alimentaire Mondial lance une opération d’urgence de trois mois en Ukraine. Une expédition de 400 tonnes de ration d’urgence est déjà en route en partant de la Turquie vers la Roumanie et la Pologne pour atteindre l’Ukraine. Une réponse humanitaire immédiate qui devrait arriver en fin de semaine en Ukraine.

HCR

Par ailleurs, le PAM est très préoccupé par les conséquences humanitaires du conflit au-delà de l’Ukraine et de la Russie. La Russie est le premier exportateur mondial de blé depuis 2016. La Russie fournit 20 à 23 % du total mondial. Le blé constitue un élément central de l’alimentation mondiale. L’Ukraine se situe sur le marché du blé à la cinquième place grâce à ces terres noires très fertiles.

Des enjeux économiques très importants et ils sont renforcés par l’agression de la Russie contre l’Ukraine, notamment par les sanctions économiques contre la Russie.  Une guerre du blé bien au-delà des frontières pourrait voir le jour. Les sanctions économiques prises contre la Russie, veulent effondrer ce pays, comme l’a indiqué Bruno le Maire, ministre de l’Économie française, mais elles pourraient nuire aussi aux populations de plusieurs pays, dont la Russie, y compris ceux de l’Union européenne.

Le PAM craint une importante perturbation des exportations, et une grave instabilité de la production entraînant une cascades de conséquences pour les populations, comme l’augmentation des prix et une aggravation de l’insécurité alimentaire pour des millions de personnes qui subissent déjà une pression très élevée sur les prix des produits alimentaires et un manque de moyens financiers pour pouvoir se nourrir. Aujourd’hui, 690 millions de personnes dans le monde souffrent de la faim. C’est une guerre contre notre humanité qui se déclare par un système économique suicidaire. 

Les droits humains mis toujours plus en souffrance pourraient provoquer une aggravation des conflits dans le monde, ainsi que les risques de guerre avec la Russie au-delà des frontières avec l’Ukraine. La paix dans le monde est menacée de manière importante et l’indépendance alimentaire ne peut être établie pour tous dans un système économique qui appauvrit constamment les plus fragiles, d’autant plus dans l’instabilité mondiale actuelle. 

Le contexte de la pandémie, la crise climatique risquent d’amplifier la souffrance des populations, l’inquiétude, le sentiment fort d’incertitude, d’injustice, et les fortes inégalités entre les pays riches et pauvres et à l’intérieur des pays riches, les populations mise en état de précarité, et subissant l’exclusion. Les violences économiques  pourraient atteindre en 2022 un point culminant et dangereux pour tous. 

Les jeux des marchés financiers et politiques enrichissent les puissants et appauvrissent toute notre humanité. Le chemin de la guerre est celui mettant notre monde en danger, aujourd’hui. 

© Fédora Hélène

Copyrigt © LiberTerra 2022 – Tous droits réservés – Tous droits de production et de diffusion réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s