Enfants oubliés par une justice perdue, grandissent si beaux si généreux leur peine au coeur

@liberterradaily
@liberterradaily

Ce texte a été écrit suite aux violences terrifiantes commises par Philippe Palat. Journaliste barbouze qui restera impuni et flatté par toute l’horreur de la méchanceté gratuite, la médiocrité d’un système corrompu où l’humain comme la nature n’ont aucune valeur. Il faut être le système, un de ses prédateurs. Philippe Palat est très fier d’avoir détruit une vie , d’avoir traumatisé ses propres enfants, d’avoir violé sa conjointe enceinte et alitée. En vacances à vie, il occupe sa criminalité en manipulant avec la religion. Ça marche très bien et cette odieuse Christine Goguet n’en peut plus de le flatter.

Les enfants que Philippe Palat a traumatisé, agressé avant même leur naissance sont effacés. Leurs témoignages bouleversants, la justice s’en fout. 80 % des plaintes oubliées et les 20 % restantes perdues. Les femmes et les enfants victimes de prédateurs n’ont aucune importance en France. Un pays au cœur de pierre derrière ses belles apparences. Une justice cruelle qui n’est que pour protéger l’ État. Philippe Palat, c’est le fils de la justice française, il détruit.

Philippe Palat se prélasse dans un bar de petits voyous et se balade tranquillement. Ce texte est force de vie et de justice.

©
Po aime en liberté 
Sans père

Sauve-moi ma terre
Je n’ai plus de père
Sauve-moi ma terre
J’ai besoin de rêves
D’avenir, je veux vivre

Sauve-moi ma terre
Sans elle p’tit abeille
Sans miel, solitaire
Je n’ai plus de Terre

Je n’aurai jamais sa main
Dans la mienne, il est parti
Si loin que mon regard l’oubli
Entre les miroirs la lumière
Passe et autrefois
Je pense à un père
Une étoile sur cette Terre
Avant que la nuit effondre
Les mirages et les rivages
Sans Terre n’accostent les rêves

Sauve-moi ma Terre
Je n’ai plus de père
Sauve-moi ma Terre
J’ai besoin de rêves
D’avenir, je veux vivre

Sauve-moi ma Terre
Sans elle p’tit abeille
Sans miel, solitaire
Je n’ai plus de Terre

Mon père, ce chevalier
Il est de violence, de chagrin
Ne voit pas le sourire
Celui que je lance à ma Terre
En ricochet je garde au cœur
L’ange qu’il abandonne
Un soleil gravé, son enfant

Mon père, cette non-vie
Celui qui martyrise ma mère
Enceinte, elle porte
Mes jours liberté

Me protégeant de celui
Sans cœur ni espoir
Il erre à la nuit
Sur des sentiers perdus
À la lune en chagrin
Pleure la lueur qui éclaire
Ma fenêtre quand s’endort
L’or de la vie

Sauve-moi ma Terre
Je n’ai plus de père
Sauve-moi ma Terre
J’ai besoin de rêves
D’avenir, je veux vivre

Sauve-moi ma Terre
Sans elle p’tit abeille
Sans miel, solitaire
Je n’ai plus de Terre

Sauve-moi ma Terre

© Fédora Hélène


Merci à Anaïs - Jeune talentueuse, protectrice de la nature - Les enfants seront les décideurs de demain, leur paix, leur bonheur, leur liberté !



©LiberTerra 2021 Vidéos- Photos

Copyright © LiberTerra 2021, Tous droits réservés, Tous droits de production et de diffusion réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s