Ventes d’armes – les révélations de Disclose – le Chaos des guerres

@liberterradaily

Ventes d’armes – la guerre en chaos

Les négociations entreprises par Emmanuel Macron auprès de Vladimir Poutine pour établir une désescalade, ne sont pas les négociations pour la paix dans sa dimension d’universalité, ce que nous pouvions analyser avant les révélations faites par Disclose à la suite de son enquête concernant des ventes d’armes qui ont été effectuées par la France en direction de la Russie entre 2015 et 2020, alors qu’il est un embargo depuis le 1er aout 2014 prononcé par l’Union européenne.

Depuis mars 2014, l’Union européenne a prononcé une série de sanctions envers la Russie après l’annexion illégale de la Crimée. Ensuite, la reconnaissance de l’indépendance des zones de Donetsk et de Louhansk par la Russie en 2022, l’agression contre l’Ukraine, ont engagé de nouvelles sanctions multidimensionnelles contre la Russie.

En 2014, est donc prise la mesure d’imposer un embargo sur les exportations et les importations d’armes, en Russie. De la même manière, des restrictions seront dans le domaine des technologies dites sensibles, comme la production et les exportations pétrolières et celles intervenant dans le domaine spatial, et des transports. La Russie bloquée dans des secteurs de pouvoirs politiques, économiques et internationaux majeurs, se trouvait déjà lourdement sanctionnée par l’Europe. L’Union européenne qui a récemment pris des sanctions très contraignantes contre la Russie, comme le feront les Alliés, ainsi que diverses sociétés, institutions sportives et culturelles.

Il est donc un contexte international très particulier qui s’inscrit dans le drame sans précédent que vit l’Ukraine par les bombardements blessant et tuant des civils. Des combats sans relâche forcent la population à fuir. L’Onu annonce qu’actuellement, il y a au moins 1, 9 million de personnes déplacées à l’intérieur de l’Ukraine et plus de 2,8 millions de personnes ayant trouvé refuge dans un autre pays.

Face à une telle tragédie, ce qui est considéré comme étant le fleuron de l’industrie, l’armement, ce pouvoir des armées que seuls les États possèdent, nous apparaît à tous dans cette ambiguïté d’une armée forte qui protège un pays, et les conséquences dévastatrices de la guerre pour des millions de civils. En 2022, ce sont plus de 50 millions de civils qui subissent tous les dangers de la guerre en zone urbaine, a alerté l’ONU. Il nous apparaît alors que le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, adopté en 2017,  et qui n’est pas entré en vigueur,  est primordial pour établir non plus l’espérance de la paix, mais la paix. Le Chef de l’ONU a rappelé lors de l’ouverture de la Réunion à haut niveau célébrant la Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires, que les États-Unis et la Fédération de la Russie se partagent la majorité des quelque 14 000 têtes nucléaires de tous types déployées à ce jour.  

Le nucléaire, un point particulièrement mis en évidence dans les menaces qui pèsent sur l’Ukraine et que le Kremlin n’hésite pas à dresser en bouclier contre l’Europe et l’OTAN, en arme redoutable pesant dans la balance des négociations pour la désescalade. Une arme nucléaire, ce que deviennent les centrales nucléaires, et les tirs provoquant un incendie sur une centrale nucléaire en Ukraine, rappelle cet avertissement poussant à son paroxysme le bluff politique. Un bluff surfant sur la vague de tous les dangers, et démontrant la fragilité de nos systèmes de sécurité. Nous avons en face de nous un monstre, l’armement nucléaire, les centrales nucléaires qui par des mauvaises intentions se transforment en menace géante pour les populations et bien au-delà de l’Ukraine, et face à cela, il demeure le risque que tout nous échappe de manière extrêmement dramatique. Une problématique fondamentale évoquée par l’ONU notamment lors de la Déclaration P5, signée également par la Russie, et qui est consciente de ce danger que représente la dimension nucléaire pour la sécurité de toute l’humanité et de l’environnement.

L‘humanité et la nature défigurées par la guerre de manière irréversible pour de nombreuses décennies, c’est la menace que le nucléaire fait porter à notre monde, dont l’instabilité, établit le doute et le danger permanent. Ce qui signifie que les mouvements générés par les guerres pouvant durer pendant des années, sont issus de la pensée humaine, de l’élaboration ancestrale de nos sociétés. La technologie ne fait que placer cet esprit d’autodestruction à un niveau très élevé.

L’atroce de la guerre se déroulant sous nos yeux en Europe identifie les ventes d’armes comme quelque chose de particulièrement dangereux et qui se retourne contre nous tous. L’armée russe utilise certains équipements militaires vendus par la France. Et, ce que révèle Disclose au grand public, c’est ce choquant, cet absurde de nos systèmes mondialistes. Un système économique mettant en danger toute notre humanité par ricochet.

Emmanuel Macron intervient directement pour négocier la désescalade et dans ce même temps, il sait que l’armée russe a acquis du matériel militaire via la France qui s’impose comme étant le troisième plus grand pays exportateurs d’armes entre 2016 et 2020, selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI). Les États-Unis, la France et l’Allemagne, ont bénéficié des restrictions imposées à la Russie, ainsi que de la baisse des exportations d’armes chinoises.

Le SIPRI souligne que durant la période de 2016-2020, le niveau des  transferts internationaux d’armes n’ont jamais été aussi élevés que depuis la fin de la guerre froide. Un niveau qui s’est maintenu durant la pandémie par la signature de contrats. Pieter D. Wezeman, chercheur principal au sein du SIPRI Arms and Military Expenditure Programme, a indiqué que « Même au plus fort de la pandémie en 2020, plusieurs pays ont signé d’importants contrats d’armement majeur ».

De son côté, la France a augmenté ses exportations d’armes de 44 % et a représenté 8,2 % des exportations d’armes en 2016-2020.  On se souvient de la vente de 80 Rafale aux Émirats arabes unis, valeur estimée à 16 milliards de dollars. Ce qui représente le plus gros contrat de Rafale depuis sa création, et portant désormais le nombre de Rafale vendu depuis 2015 à 242 avions.

Emmanuel Macron devient donc le président qui investit sa confiance dans l’industrie de l’armement et veut faire de l’Europe une place forte des acquis militaires pouvant former une armée commune indépendante et pouvant s’imposer face aux États-Unis, à la Chine et à la Russie. Si, l’Europe devient un commandement militaire fort et ayant des possibilités d’actions de défense, elle pourrait alors prendre place sur l’échiquier international face aux autres puissances. La fondation d’empires, comme Poutine veut bâtir la Grande Russie, des blocs structurés, indépendants, aux forces armées égales dans un contexte mondial de rapports de force constants. La première indépendance est par l’armée, et posséder une défense importante permet à un pays de s’imposer. Serait-ce la triste perspective de notre avenir, cet enfermement dans la guerre ? Les nouveaux territoires que l’homme veut conquérir dans l’espace , se jouent en premier sur Terre et les dominants ici seront les Chefs dans cette autre dimension. L’espace est entré dans l’univers de la guerre et les menaces russes pesant sur la Station spatiale internationale (ISS). La collaboration spatiale qui doit être axée sur la solidarité internationale et dessiner le futur de la paix universelle, devient le théâtre de menaces. Dmitri Rogozine, patron de l’Agence spatiale russe, évoque la menace planant sur l’IIS en déclarant sur Twitter, « Si vous bloquez la coopération avec nous, qui sauvera l’ISS d’une désorbitation incontrôlée, qui la fera tomber aux États-UNis ou en Europe ? » 

Dans ce terrifiant jeu de guerre, la paix universelle disparaît car elle est de facto trahie par le fait que les armes tuent. Notre humanité est en échec permanent face à l’objectif de mettre fin aux guerres. Tuer, apprendre à tuer, produire des armes toujours plus performantes et dévastatrices. Tuer un être humain, tuer la nature, l’homme avait déjà perdu en inventant ce verbe et en lui cédant.

À partir de ce drame, d’une production d’armes exportée sur tous les continents par différents pays, par le mondialiste –  on vend des armes que l’on retourne contre nous-même en réalité. Les conflits ne sont peut-être pas sur notre sol, mais ces guerres atteignent notre humanité tout entière. On produit dans ce cercle infernal de détruire. Les milliards gagnés par les ventes d’armes, et les 152 millions dénoncés par le site d’investigation Disclose, font partie de ce mécanisme mondial qui est par principe une faille puisque la paix ne peut y survivre.

L’embargo de 2014 contre la Russie et voulant bloquer l’expansion militaire de la Russie est un échec, non par la vente d’armes par la France, mais par toute cette stratégie mondiale de la guerre. Ce lait sur le feu peut à tout moment générer une catastrophe. Puis, les citoyens sont les derniers informés des situations de ventes d’armes, mais en réalité la vente d’armes à la Russie était un secret de Polichinelle, surtout depuis la montée en pression de l’escalade militaire, des heures de négociations éreintantes aboutissant à un échec, car Vladimir Poutine a élaboré une stratégie ferme depuis de nombreuses années.

L’armement est choquant, le système d’exportations d’armes participe aux drames humains, aux civils innocents tués et nous sommes dans cette dualité de notre humanité contre elle-même. Comment pouvons-nous croire bâtir des richesses, parler de croissance, de dettes, alors que cela est un non-sens irrémédiable, grave contre le sens de vivre.  Notre conscience, notre mémoire collective portent en elles la mémoire de ceux innocents morts sur les champs de bataille instaurés dans les villes, détruisant des hôpitaux, des écoles, des habitations, tuant des enfants. Quand c’est la guerre, il n’y a pas de gagnant, il y a un perdant, notre humanité.

Réponse du ministère des Armées face aux révélations faites par Disclose

LiberTerra a reçu les éléments de réponse demandés au ministère des Armées. 

Le Ministère des Armées souligne dans sa réponse que « La France a permis l’exécution de certains contrats passés avant 2014, au titre de la « clause grand-père ». Cette possibilité figurait clairement dans le règlement 833/2014 mettant en place le régime de sanctions contre la Russie » Ce qui signifie que le contrat a été passé antérieurement à 2014, et honoré de manière spécifique en restant dans les clous.  Le ministère des Armées répond: « Chaque licence est examinée au cas par cas, prenant en compte chacune des situations particulières en conformité avec nos engagements internationaux, dont la position commune et notre intérêt bien compris depuis 2014 de ne pas fournir des armements à la Russie ». Le ministère des Armées rappelle à cet effet, les Mistral qui en 2015, n’ont pas été exportés et affirme au sujet des ventes d’armes, « Nous faisons preuve de transparence », ajoutant « Et publions les informations pertinentes dans le rapport au Parlement accessible à tous ». D’autre part, le ministère des Armées exprime que « Le rapport de 2019 contient ainsi un encadré qui explicite les cas exceptionnels dans lesquels certaines licences vers la Russie ont été accordées ». Pour confirmer son propos, le ministère des Armées souligne qu’en réponse aux 152 millions de bénéfices, ces montants très importants, « diminuent avec les années, pour devenir proche de zéro en 2020, ce qui correspond à l’extinction progressive de ces contrats ».

Ce proche zéro qu’évoque le ministère des Armées, doit être recherché pour fonder un monde plus sûr, plus juste, sans guerres, sans pauvreté et l’élimination de la pauvreté s’accordera avec l’élimination des armes. Mais, ainsi que l’a déclaré le Chef de l’ONU, M. Guterres, lors de la Déclaration P5, nous avons besoin d’actes. Aujourd’hui, la Russie a effondré des années d’efforts pour la paix, la volonté d’aller vers l’élimination des armes nucléaires. Ce possible viendra par le respect du premier objectif du développement durable : Pas de pauvreté. Les négociations seront alors véritablement pour la paix universelle, car la désescalade doit être ce vital : un cessez-le-feu mondial immédiat. Nous avons cette volonté de paix par notre cœur, par celui qui bat pour nous donner vie, et ce sont ses larmes qui coulent aujourd’hui en une peine dramatique, sur le visage des enfants d’Ukraine. 

© Fédora Hélène

Copyright © LiberTerra 2022 – Tous droits réservés – Tous droits de production et de diffusion réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s