Show Macron – Le mensonge – Le faux prophète humaniste aux sirènes capitalistes

@liberterradaily

Grand meeting – Emmanuel Macron – Le visage blessant l’humanisme et la paix, emprisonnant la liberté

Le discours d’Emmanuel Macron jusqu’à l’indécence, dans un absolu système d’inversion où le mensonge devient la vérité. Ces manipulateurs tirant le mal vers le haut, attisant la haine et portant l’extrême droite au bout de leurs mots lâchant l’humanisme dans l’arène aux loups servant un capitalisme portant à leur apogée les ravages des richesses en veau d’or.

La misère, la pauvreté étalant son linceul en ciel de désespoir au reflet de l’avenir s’offrant aux plus pauvres, dans sa dissertation récitée, Emmanuel Macron lâche quelques citations, quelques cultures rappelant les lumières qui écrivaient pendant que le peuple mourait de faim et le laissant à ce pain maigre des jours de peine.

@liberterradaily

Le latin en langage politique, à l’art des manipulations, Macron en mauvais artiste, l’oreille collée aux murs reprenait les mots des anticapitalistes, « des milliards aux milliards », « de la pauvreté à la pauvreté », lui appauvrissant les plus vulnérables, ne logeant pas son peuple, trahissant les mères seules avec leurs enfants et surmontant chaque jour les douleurs, lui faisant de sa fable, cette supercherie politique avec aux premiers rangs les marionnettes de son théâtre, remerciant une certaine Brigitte, ses proches, dans cet art de l’apparence que les cours monarchiques avançaient au brio des récitals enfermant les riches mondains dans leur spirale infernale, les laissant sous cloche, à l’ignorance, à leurs bavardages et corruptions.

« La crise alimentaire mondiale qui est en train de commencer à cause de la guerre », a lancé Emmanuel Macron et son discours peut s’arrêter à cette phrase qui transperce le cœur des millions d’enfants souffrant de la faim depuis des décennies, depuis cette ombre capitaliste avançant en siècle des miracles qui porteront les empires au sommet et blessant toujours plus les plus fragiles abandonnés au sang de l’esclavage s’écoulant dans leurs veines , cette naissance volée , leur vie volée par les plus riches, les princes politiques faisant giser à terre la liberté, notre humanité, la fraternité rompue et le pain tente de relever notre monde de cette fracture en se rompant pour se faire la signature du partage.

Ce partage qu’Emmanuel Macron trahit, encore. Cette trahison et l’enfant aux larmes de peine à la souffrance infligée par la pauvreté, vient par son innocence nous offrir cette pluie féconde, la générosité, rappelant à nos consciences la vérité, celle en couleur de ces matins, de cette aurore sombrant à l’eau des fleuves, des mers pour ne verser que ce sel de notre humanité aux couleurs chantantes.

Les mots de l’art, de la création, de notre imaginaire, que cite Emmanuel Macron, s’opposeront toujours à ses mensonges, à ces faux prophètes promettant fortune par l’œuvre de la guerre, ce chemin qu’ils empruntent par leur voix se pliant sous le vent capitaliste ravageant les cultures d’aimer, de partager, ce champs aux grâces de la nature et s’offrant à nous et à l’oiseau chantant.

@liberterradaily

Le combat est lancé, le peuple devra s’opposer à ces vendeurs d’armes chantant la paix, l’universalité qu’ils brisent sous le poids des canons, de ces bombardements faisant rages et il ne reste plus rien que le désastre, le non-sens, la plaie, la blessure. Notre humanité pleure sa renaissance s’éloignant dans ce bouleversement s’accélérant à la mesure de ce capitalisme grandissant et la nature malade laisse l’oiseau mourir sur ce champs de bataille dont les soldats de l’ombre sont ces décennies de polluants contaminants l’eau et par ces veines de notre Terre, notre air.

La Terre qui supplie en vain, comme cette femme supplie la paix de sauver sa vie détruite par ces hommes de violences et ces autres femmes se pliant comme le roseau aux marécages, ceux des contes et devenant la source tarie, l’alliée de l’obscur en brume noyant la lumière.

@liberterradaily

Macron – Un soviétisme capitaliste en sauveur de l’empire européen dont il se nomme le Chef

Fuir le vote donné à Emmanuel Macron à cette extrême droite se muant dans un long soviétisme capitaliste de startups aux désordres d’une économie virtuelle, d’une robotique intelligente, d’une IA, à la mémoire Big data, et d’un monde acheté par les publicitaires dirigeant la campagne, et les mots d’Emmanuel Macron, en se baptisant les directeurs des émotions humaines en manipulateurs se voulant redoutables, mais que la volonté, la force de la vie effondrent.

Le capitalisme est né de l’effondrement, il est l’effondrement. Il se mue selon les différentes idéologies, séduit tous les régimes politiques, gouvernements, et ne possède que cette vocation, détruire. Il est issu de mental d’autodestruction qui par l’orgueil, la cupidité, cette sensation de pouvoir, avancer coûte que coûte, comme Emmanuel Macron scande sa volonté de ne céder à rien , d’être cette machine de guerre, non pour l’universalité qu’il clame, mais pour ce monde perdu qui nous attend si nous prenons ce chemin de pierre, sans retour possible et aux prix de morts par les crises humanitaires, la guerre de la faim et l’accélération de la crise climatique qui a déjà donnée la mesure de la sécheresse de la terre, à la mesure de la sécheresse des cœurs.

@liberterradaily

Aimer, c’est cela la solution. Les droits humains bafoués seront le déclenchement de la troisième guerre mondiale qui se tient dans l’ombre et attaque par la guerre économique qui s’active et fait des places Boursières la messe de notre enterrement.

Que les peuples se lèvent, qu’ils pensent à leurs enfants, qu’ils renversent ces gouvernements avant ce trop tard qui sonne déjà le glas, mais avant peut-on espérer cette révolution pacifique, cette marche sans le vol des mots, opéré par Emmanuel Macron baptisant la République de son nom, quand elle ne peut porter que celui du peuple.

Ne rien donner, pas une miette pour nourrir ce capitalisme appauvrissant le blé, cette manne et la Bible en récite les richesses en symbole de notre survie. Un bouleversement, nous mettant face à cet investissement humain, notre intelligence, notre création, notre imagination, et par cette énergie voulant percer de lumière l’obscurité, trouver le sens de vivre. L’amour, seule liberté possible, cet âge d’or qui n’est pas et la science nous fait la promesse de l’atteindre, nous prévient d’une révolution climatique qui est le nouveau « La » de nos décisions, choix, l’urgence de survivre. Par ce mouvement de vie, l’amour est la seule voie possible.

La réconciliation, nous avons besoin de paix, d’une économie vertueuse et non de perdre ce temps qui nous a déjà échappé, en donnant une once de nous à ce capitalisme, cette esprit cultivé par Emmanuel Macron, par l’extrême droite, par un archaïsme en conservatisme sous les apparences des mots « innovation », « technologie », qui par la surveillance imposée, l’homme surveillant l’homme, ne conduira qu’à l’échec. Cet échec que l’on subit et la guerre en Ukraine le rend visible, en montre les graves conséquences, qui seront dramatiques pour toute notre humanité.

La Chine, et la Russie quittant l’Europe à laquelle elle appartient par cette vérité des continents, qui aujourd’hui s’opposent en empires constitués de celui de l’Union européenne dépendante des États-Unis, de sa force militaire et économique, et celui se constituant par l’Asie. Le Moyen-Orient et l’Afrique seront à cette dualité, cette division profonde et les alliances par les ventes d’armes sont ces traités de paix brisés, et faisant de la paix, cet intervalle suspendu aux bruits des guerres et la famine en bombe à retardement qui mine notre monde.

La solution n’est pas par cette Europe capitaliste qu’Emmanuel Macron veut porter au sommet, elle n’est pas par cet homme établissant un résultat de profits de 30 milliards d’euros par les ventes d’armes pour apport financier en 2022, par Total usant des territoires russes à l’énergie en promesses de profits dans cet absurde et prônant lutter contre le réchauffement climatique par cette voix des manipulations en show.

photo / @liberterradaily

Emmanuel Macron à Pau, un représentant Total présent et ce faisant la voix vertueuse d’investissement pour le climat, et la ministre Emmanuelle Wargon félicitant ces dialogues de flatteries écologistes, et qui aujourd’hui, alors que le froid est présent, qu’il neige en Normandie par intermittence, qu’il est une augmentation catastrophique des prix de l’alimentaire, de l’énergie, et les droits humains fondamentaux toujours plus en souffrance, il est la non-prolongation de la trêve hivernale. (Climat – article : Pau – Emmanuel Macron charme les Centristes en logique écologique électoraliste et capitaliste).

Les droits humains toujours plus bafoués et ce révoltant discours contre les personnes au RSA. Discours à cette logique de l’effondrement par le capitalisme que des petits bourgeois crient à tue-tête du haut de leurs ignorances en voix de son maître et accrochant leur titre de député d’Emmanuel Macron, en show système de démocratie affaiblie par ce triste spectacle politique.

Une banderole est ouverte « Criminel Climatik », cet appel, cette urgence, et le capitalisme effondre à chaque seconde les chances de ralentir la révolution climatique qui est en constante accélération. Plus le capitalisme sera à son sommet et servi par le système d’inversion que cultive Emmanuel Macron en show, plus le bouleversement climatique sera cette accélération inévitable mettant en souffrance la vie.

Il ne suffit pas de se servir des mots humanistes, il faut les vivre en sincérité, être à l’écoute de la liberté, être au cœur de son propre cœur, être à dévoiler la lumière, être en survie par la force de la paix, cette universalité, qui signifie la réconciliation de notre humanité avec l’humain uni par toute la richesse de ses différences, par la multitudes des cultures, car ne pouvant être une culture, un langue, mais l’abondance en laquelle l’amour reconnaît son nom écrit.

Exilé sur Terre, nous sommes tous ces orphelins, ces clandestins et notre sens, c’est d’être des citoyens du monde et Emmanuel Macron revêt son masque fermé, en disant fermer les frontières aux clandestins. L’urgence du départ, partir pour sauver sa vie en ne possédant que son corps, nous sommes ces clandestins dans notre propre patrie, ces femmes fuyant la violence sans rien que leur courage, que cette souffrance intense, dramatique et sans larmes, tenir le coup à l’hiver dans l’isolement de ces sociétés de pierres que les politiques ont créé.

Clandestin, mon cœur est cet exilé sur Terre où trop de peines effondrent des vies innocentes et la guerre de la faim n’est pas en train d’arriver à cause de la guerre, comme le dit Emmanuel Macron, elle est là depuis tant d’années, tuant des vies à chaque matin se levant, pendant que les places Boursières réalisent la virtualité de la vie devenant cette infernale machine, ce calvaire, cette charge, tenter de survivre.

Et, les naufragés à leur cimetière en méditerranée, les trafics humains en constante augmentation en fruit de l’effondrement capitaliste qui renverse notre monde comme ce canot au milieu de l’océan. Nos sociétés en brindille perdues dans l’immensité de la liberté dont elles s’éloignent, nous comprenons combien le choix de la paix est l’unique rivage pouvant nous accueillir.

Accueillir, le verbe que le capitalisme fuit, le verbe que noie Emmanuel Macron accueillant les uns sans les autres. Lui-même clandestin sur Terre, mais oubliant son exil par les mensonges, ce déni et sa famille qu’il flatte en auréole de circonstances, oubliant ces familles pauvres qui n’entendent pas son discours, la peine a pris la place de tous les mots et leur force de survivre se consacre à tenir le coup.

Emmanuel Macron et sa funeste cour abandonnant la vérité sur le bord de la route où se trouvent les vulnérables, ce peuple en survie, celui privé des opéras de fortune qu’Emmanuel Macron applaudit depuis son balcon présidentiel. Quel récital, et il contait hier cette éloge aux mensonges qui part les masques en comédien prenait les traits des farces de la commedia dell’arte, où les bouffons se rient des rois, à la perversité politique gagne aux titres et apparences, jusqu’à l’indécence, la paix morte au grand final, tombé de rideau.

La jeunesse sera celle sauvant notre monde, où celle résignée, celle enfermée et récitant l’archaïsme politique d’une extrême droite en fleuron d’un 19ème siècle traînant sa malédiction, cette commune tuée dans un bain de sang s’écoulant dans les égouts de Paris, cette blessure au corps de la France.

L’internationalisme chanté par Macron en faux prophète au terme d’universalité, au terme de culture libre, de celle des arts nous donnant cet espace de liberté, et dessinant sur les murs les colombes aux traits des mots, des notes, de nos émotions, d’une France aux violences politiques et économiques, d’une France d’indifférence quand tant de femmes et d’enfants ont leur vie détruite par ce système prédateur générant ceux en bourreau forts de leur puissance par l’impunité. Une justice accablant les victimes de prédateurs, oubliant les droits humains des femmes, et se faisant alors l’injustice, et ainsi ces palais prennent ce nom pour baptême. Les sirènes chantant lors de la cause du quinquennat disant lutter contre les violences faites aux femmes et ces violences en augmentation, ces victimes dont la vie est traumatisée et à qui la justice tourne le dos et sur traumatise les victimes de prédateurs. Emmanuel Macron n’a pas eu la volonté de dire aux magistrats.es ce mal que certains d’entre eux font, sans jamais être face à leurs responsabilités quand il laisse un homme de violences détruire une vie.

@liberterradaily

Ce charme des manipulations et la convocation d’Emmanuel Macron adressée aux citoyens et établissant les États Généraux de la justice, qui malgré l’engagement des citoyennes et citoyens, de leur travail durant ces journées invitant à parler de justice, laissera celle-ci à son drame d’abandonner la justice, la vérité. Et, elle se pare aujourd’hui au show des mensonges organisés en message publicitaire, hypnotisant par ce son de l’argent accroché en bijou au poignet des soutiens d’Emmanuel Macron.

Quand un homme politique charme par les mots, il faut alors regarder les larmes qu’un enfant verse. Un enfant subissant les violences économiques, cet enfant du monde, et regardez par-dessus les frontières. Un enfant ayant peur car un homme de violences maltraite sa mère sous ses yeux, et que la justice se fait la terrible absente. La justice pour certains, en fortune par l’argent et le pouvoir, et laissant d’autres sans rien. Une justice qui déshumanise en oubliant la vie de femmes et d’enfants en survivance. Leur mémoire à ce visible des souffrances qui pavent le sol de France qui a fini ce siècle des lumières, et qui laisse tant de tristesse au cœur, tant de souffrances.

Les corruptions, l’omerta dominent et rien ne change, mais tout s’aggrave et la guerre en Ukraine, celle à notre porte, nous appelle à profondément changer, à donner une chance à la paix – comme la Syrie, le Yémen par cette étoile brillante, nous appelle à établir une économie de partage, une alliance pour fonder la réconciliation de notre humanité avec notre cœur humain. Être au cœur de notre humanité, un élan plein d’espoir, un printemps à cueillir pour accueillir une renaissance.  

photo / @liberterradaily

Une culture gratuite pour tous, un droit de vivre pour tous et Emmanuel Macron ose dire vouloir pour l’avenir une retraite paisible pour les futurs retraités, qui par l’infernal capitalisme arriveront épuisés à plus de 65 ans pour se poser en fin. Emmanuel Macron tirant vers le haut la cupidité, l’arrivisme, l’orgueil l’entourant et cet égocentrisme le soutenant par ceux n’existant que par les titres, les apparences, leur enrichissement, leur corruption, qu’ils pensent être la réussite. Mais, elle est celle sans sens, cette violence, quand la fraternité, elle, porte une paix véritable.

L’image du serpent charmant est reprise dans des commentaires, alors il est d’écrire que le charme est ce sourire de la vie qui écoute la liberté, et de l’oiseau en cage, voit par la fenêtre celui volant dans le ciel.

© Fédora Hélène 

@liberterradaily

Copyright © LiberTerra 2022 – Tous droits réservés – Tous droits de production et de diffusion réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s