Afghanistan – Des femmes Afghanes au courage de la paix : luttent, manisfestent, résistent pour la liberté

@liberterradaily

Afghanistan – Une année de souffrance pour les droits humains des femmes et des filles, une année de détresse, d’extrême pauvreté et les femmes en résilience luttent pour la liberté

Il s’est écoulé le temps, celui enfermant la liberté, la mettant en cage, les Talibans entrant dans Kaboul – la peur, la panique, fuir à tout prix l’ombre de la violence.

Tout abandonné, il était déjà ces femmes sur les routes, marchant seules durant de longs jours pour tenter de rejoindre une enceinte humanitaire, traverser la frontière, trouver un refuge. Un soleil de plomb, la sécheresse, peu d’eau, elles avancent le courage si puissant, toutes ces femmes à l’espérance grandissante à chaque pas. Des femmes enceintes marchent, des mères et leurs enfants, peu de nourriture, presque pas d’eau, les jours et le temps, nous sommes au 21ème siècle, notre humanité est profondément séparée.

Les femmes Afghanes privées de leurs droits humains – La violence et celle de la pauvreté volent leur vie 

La guerre de la faim se fait longue, catastrophique, et de l’autre côté, tout est ignoré. La faim devient invisible, nos civilisations se sont créées par les guerres, l’appauvrissement de populations, l’esclavage et les trafics humains qui perdurent, détruisent chaque jour des vies innocentes.

La paix nous attend seule sur le rivage. Des étoiles en lumière éclaire sa terre – les artisans de paix, des humanitaires, les organismes onusiens, des ONG, et tant d’efforts pour lutter contre la faim, pour soutenir les Traités de paix, être la générosité, le partage quand la guerre fait rage.

L’Ukraine, des femmes souffrant de la guerre, des viols et violences – Des femmes à travers le monde survivent, combattent chaque jour, sont là pour leurs enfants, les malades, les personnes âgées – elles sont le cœur de nos communautés – cette vie en résilience. La résilience : protéger leurs enfants, et le terrible chagrin de n’avoir rien à préparer pour manger, aucune eau potable – les rêves tués en plein vol.

Au soir, cet homme en ombre, comme il est au jour, passant comme s’il n’était pas un de nous, et regardant au sol, le corps d’une femme endormi dans ce toujours sous le long voile des douleurs.

Privées de tout, quand la liberté n’est plus. Ces femmes Afghanes au courage immense brandissent leur lutte dans les rues, et portent leur voix à l’écho – qu’elles soient la voix de toutes les femmes dans le monde.

Puis, l’endoctrinement lourd, le patriarcat poursuit son sordide : il tue, viole, maltraite, mutile, blesse, terrorise. Tout est si obscur, et l’Histoire de notre humanité porte ce fardeau. Puis, parmi les tourments de notre humanité, des femmes acceptent que d’autres femmes soient brisées. Elles ne se lèvent pas, ne prononcent aucun mot, ne secourent pas, laissent des vies innocentes prisonnières. Elles abandonnent des filles à la violence, leur corps en souffrance avant même de devenir une femme. 

Des élites à travers le monde ont oublié leur conscience et se taisent, et celles et ceux à l’extrême des religions qui ne voient pas qu’une femme est un être humain.

À l’extrême des politiques, de l’économie, des richissimes aveugles, ils ignorent que priver un être humain de sa liberté, c’est le détruire. Des femmes et des hommes dans leur autre monde de profits, ont fermé leurs yeux, n’aiment plus la vie, pensent que l’argent achète tout, jusqu’à leur fausse générosité, en faisant des dons aux pauvres avec ce qu’en réalité ils leur ont volé.

Des vies brisées, des femmes en souffrance sur tous les continents, y compris en Europe, nos sociétés n’ont pas acquis la paix. Nombreux gouvernements n’ont toujours pas fait de la lutte contre la violence faite aux femmes leur objectif, car il faudrait pour qu’ils soient sincères, qu’ils réalisent une économie nouvelle respectueuse des droits humains, de la nature, droits qui ne peuvent être séparés.

L’espoir pour une réalité : la liberté 

Comment des hommes de pouvoir, qui ont conçu un système tellement dangereux, qu’il met l’équilibre de la nature en danger, provoque un réchauffement climatique accéléré, pourraient-ils secourir des femmes et des enfants, victimes de ce monde de mensonges. Un monde qui prône l’homme surveillant l’homme, le principe qu’un homme très riche a réussi, qu’il est obligatoirement puissant par l’argent, qu’il influence certains Chefs d’État, lesquels conçoivent le développement de l’armement nucléaire, la pauvreté d’une partie de leur population, et l’accélération de la crise climatique.

Les religions en pouvoir politique – la foi oubliée, celle à l’intime, à l’esprit humain, à son intelligence et imagination, à sa créativité et respectueuse de la liberté de chacun.

La violence politique, économique, religieuse coule tout, aux révolutions complexes, des décennies de conflits, et la résistance pour sauver la liberté, partout dans le monde en lucioles fidèles pour éclairer le désert – que l’obscurité ne possède aucun univers. La paix gagnante pour que notre monde perdure. Espérer ce jour sans les extrémistes, leurs violences – ceux tentant de couper le souffle de la vie, que ne résonne le chant des femmes libres.

Femmes Afghanes, liberté !

Il s’est écrit sur le mur

La lueur d’une étoile

Surtout ne l’éteint pas

Veille sur elle

Elle est ton cœur que bat

Liberté, sans toi

Que la nuit noire

L’homme ennemi

Ternissant ma vie

Je veux te voir

Mon frère, mon ami

Afghanistan  – 15 août 2021 – La peur, la liberté en détresse – Les talibans prennent le pouvoir

Entraver la liberté, c’est mettre des chaines à notre humanité.  La peur, terroriser, semer l’effroi, la panique – des femmes, des enfants, des hommes s’échappent, la ville de Kaboul est cette foule qui court, qui veut rejoindre l’aéroport pour fuir le chaos.

La chance de partir, au 21ème siècle, il est toujours la chance de survivre à la violence, d’espérer un monde juste, en paix, où la cruauté sera le passé, et voir enfin les enfants grandir sans crainte. Des enfants qui ne verront que le sourire de leur mère et plus celui qui cache les yeux rougis par le chagrin.

Afghanistan, la belle terre, au rouge et à l’ocre des rayons du soleil, cette étoile flamboyante, les rivages verdoyants, la nature et sa générosité, avant que des hommes ne fassent basculer la paix dans la complexité de conflits, fassent basculer des vies dans l’extrême pauvreté.

Des filles subissent des mariages forcés – elles sont vendues pour que leur famille puisse survivre, posséder un peu plus de nourriture. À quelques pas de Paris, à quelques pas de pays riches, il y a la pauvreté, terrible, et notre bien commun : l’esprit humain en résistance qui part l’amour réalise la résilience.

Les talibans n’ont pas tenu leurs promesses – Les violations des droits humains des femmes sont en augmentation 

ONU Femmes souligne dans une déclaration, que depuis que les talibans contrôlent le pays, « les violations des droits humains des femmes et des filles n’ont cessé d’augmenter ».  Les promesses faites pour maintenir pour les femmes et les fille l’accès aux droits humains et libertés n’ont pas été tenues.

Des femmes Afghanes témoignent de la violence subie

@liberterradaily

En décembre 2021, ONU Femmes a édité « Women’s rights in Afghanistan : where are we now ? ». Cette étude explore les domaines clés où une politique d’égalité entre les femmes et les hommes doit être mise en œuvre et les restrictions, discriminations qui prennent place dans les secteurs de la santé, de l’éducation, le travail, entre autres. Les libertés et les droits fondamentaux des filles et des femmes afghanes doivent être respectés.

Par ailleurs, ONU Femmes a informé que 87 % des femmes et des filles afghanes ont subi au moins une forme de violence commise par un partenaire intime. Une violence qui attaque le corps et l’esprit, qui peut marquer toute une vie. Grandir en comprenant que son corps humain est un problème car il est celui d’une femme, qu’il est nécessaire de le cacher, l’obligation de se couvrir le visage, qu’il peut être maltraité, blessé, et que dès l’âge de 9 ans, une fille peut être vendue du fait de la pauvreté.  

Mme Sima Bahous, Directrice exécutive d’ONU Femmes, a déclaré le 9 mai 2022, « Je suis gravement préoccupée par l’annonce des talibans selon laquelle toutes les femmes doivent se couvrir le visage en public, que les femmes ne doivent quitter leur domicile qu’en cas de nécessité et que les violations de cette directive entraîneront la punition de leurs proches masculins. La liberté de mouvement est un droit humain fondamental. C’est une condition sine qua non pour que les femmes puissent exercer l’ensemble de leurs droits et participer activement à la société. Là où les droits des femmes sont limités, tout le monde est diminué».

L’ONU Femmes souligne que les femmes ne peuvent participer à la vie politique, ne peuvent faire leur choix, se déplacer librement, exercer un métier. Elles ne peuvent travailler et sont privées de revenus. L’ONU Femmes fait également par de « représailles » envers des femmes politiques et fonctionnaires. Les filles et les femmes exclues de la vie, absentes dans le nouveau gouvernement des talibans, et le « Ministère de la Condition féminine », a été supprimé et remplacé par le « Ministère de la Propagation de la vertu et de la Prévention du vice. »  Chanter librement, danser, rire, est interdit, les femmes effacées par l’obscurité, la joie de vivre sombrant.

Tout est interdit aux femmes, jusqu’à l’accès à l’aide humanitaire qui est devenu « presque impossible », et l’accès aux services de santé est très difficile.

Les autorités afghanes imposent « une discrimination absolue entre les sexes », a alerté ONU Femmes. Aujourd’hui, les femmes sont représentées par des hommes à la Loya Jirga de Kaboul, assemblée d’érudits et de religieux.

D’autre part, l’ONU souligne que les mesures interdisant aux femmes d’exercer une profession a entraîné une perte économique de 1 milliard de dollars, soit jusqu’à 5 % du PIB de l’Afghanistan. L’absurde a fait basculer tout le pays dans la pauvreté, et plus de la moitié de la population a besoin d’une aide humanitaire pour survivre. Ce sont des enfants en insécurité alimentaire menacés de malnutrition, leur vie plongeant dans l’extrême pauvreté. Les conséquences risquent dêtre pour des générations, lesquelles pourraient être marquées par l’effondrement de la liberté. Notre vie est constituée de liberté, sans elle, sa respiration est menacée.

Des femmes Afghanes gardent l’espoir, manifestent, luttent sans relâche, prennent le risque de subir des représailles pour défendre la liberté. C’est leur combat pacifique qui est vertueux, et non les interdictions imposées par le régime des talibans.

Au mois de mai, ONU Femmes s’est unie à l’appel du Secrétaire général lancé aux talibans pour qu’ils respectent leurs promesses de ne pas entraver les droits humains des femmes et filles afghanes, ainsi que la déclaration de la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan.

Les mots de peur, de chagrin, de colère, d’espoir sont lâchés tels des ballons pour atteindre tous les continents, gouvernements, citoyens, que rien de la mémoire et vie des femmes Afghanes ne soit oublié. La résilience est une parole humaine, l’intelligence du corps surmontant les blessures, et par les mots, il témoigne. C’est l’esprit humain que la violence veut briser – être une femme, c’est être interdite de penser, d’imaginer, de vivre, de réaliser des projets. La vie achevée par les violences qu’elle subit : résiste au-delà des frontières, dépasse les impossibles.

La renaissance est cela : immédiate, chaque jour, jusqu’au dernier souffle.  Ces femmes en détresse, sont la vie courageuse, la vie qui improvise mille printemps pour ne jamais laisser place à un éternel hiver.

Chaque jour, ONU femmes est sur le terrain en Afghanistan, et soutient les femmes et les filles, les femmes survivantes de la violence, et soutient également les humanitaires. Chaque jour, des artisans de paix œuvrent pour la liberté. Chaque jour, chacun d’entre nous est important, car il peut être de mille façons une étoile de paix.

À chaque fois qu’une femme est blessée, la justice s’éteint dans le monde entier. 

Fédora Hélène

@liberterradaily

Copyright © LiberTerra 2022 – Tous droits réservés – Tous droits de production et de diffusion réservé

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s