Main Violette – Un mouvement solidaire étudiant innove à Caen pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes

Changer le monde – Tout commence par la solidarité – Main Violette – l’association qui fait bouger les choses à Caen

Le 27 septembre dernier l’Onu a organisé l’événement dévoilant la promotion 2022 des Jeunes leaders pour les objectifs de développement durable, et soulignant leurs efforts pour faire « un monde meilleur » ainsi que Emmanuel Ganse, âgé de 24 ans, définit son engagement au Bénin pour l’égalité Femme-Homme.

Lors de son entretien, il a déclaré « Faites confiance à la jeunesse et vous ne serez pas déçu ». Promesse tenue par un mouvement jeune militant contre les violences sexuelles et sexistes et semant à travers la France une Main Violette qui imprime des tee-shirts blancs manifestant un engagement répondant à une urgence : éliminer la violence faite aux femmes d’ici 2030.

Des jeunes n’hésitant pas à relever des défis très importants et difficiles, à faire preuve d’ingéniosité, d’enthousiasme pour défendre les droits humains des femmes et des filles, pour permettre de réaliser un monde en paix, en harmonie par une impulsion : leur générosité.

Main Violette, une association féministe fondée en septembre 2019 au lycée d’Orthez (Pyrénées -Atlantiques), marque le début d’une grande aventure qui s’est invitée le 25 janvier 2022, à Caen (Calvados).

Main violette, main de l’espoir

« Créer un mouvement solidaire », ainsi que l’exprime Alma, étudiante à Caen, œuvrant au sein de l’ association féministe caennaise, Main Violette. Fédérer les initiatives, projets pour militer contre les violences sexuelles et sexistes, pour informer les jeunes, pour transmettre, être ce lien des uns aux autres, pour passer «du désespoir à l’espoir et à l’action », ainsi que l’ONU et ses partenaires l’ont déclaré au Sommet Mondial de l’alimentation 2022 .

Lumière sur : Main Violette – Caen

Main Violette – Caen

L’association étudiante et féministe caennaise, les jeunes lui donnant vie, sont cette voix qui rejoint une solidarité internationale pour réaliser un changement et ouvrir les portes d’un monde juste et équitable.

En cohérence avec les messages délivrés lors du Sommet mondial de l’alimentation et du Sommet mondial de la santé se déroulant cette semaine, l’association étudiante « Main Violette » à Caen s’inscrit pleinement dans cette volonté « de donner de l’espoir, d’agir pour ne pas rester dans le désespoir, et pour être heureux d’être ensemble », ainsi que l’exprime à LiberTerra, Alma, étudiante en psychologie à l’université de Caen.

Un mouvement étudiant, féministe et militant innove à Caen pour répondre à une attente, à un besoin de communiquer, de libérer la parole, d’agir contre les violences sexuelles et sexistes.

Les initiatives militantes organisées par l’association féministe caennaise engagent de nombreuses possibilités pour que chacun puisse agir selon sa sensibilité, ses disponibilités. Régulièrement une réunion de l’association a lieu et près d’une vingtaine de jeunes y participent, échangent, émettent des projets, y exposent les initiatives qui peuvent être  mises en place pour faire avancer les choses, mettre fin à la culture des violences faites aux femmes.

C’est une équipe de jeunes qui offrent leur générosité, dont Alma Menager-Flores, Anne-Solène Pépin, Jason Marquant, Laurie Dienis, Agathe constituent le cœur de l’association par leur investissement. Ce sont près d’une cinquantaine de jeunes qui ont adhéré à l’association depuis sa création à Caen.

Une association autonome qui ne perçoit actuellement aucune subvention, et consacre son énergie à « donner du sens », souligne Alma, à ne pas laisser à l’oubli la mémoire des victimes et leurs témoignages.

Témoigner – Libérer la parole 

Mettre des mots sur ce qui est injuste, sur une violence vécue, et que certaines victimes peuvent intérioriser, et ne pas savoir identifier. 

Le patriarcat étouffe la liberté, le droit de penser, de dire à quel point sa violence brise l’esprit humain, la liberté  d’expression, les possibilités de réfléchir ensemble pour en finir avec la culture des violences faites aux femmes, avec la culture du viol. 

Puis, il est l’agresseur, sa violence inouïe, celui qui vole un temps de vie, impose une mémoire traumatique, celui qui nie la victime. Un système  d’impunité, une éducation patriarcale qui enferme, qui infériorise les femmes et les filles, les adolescents.es, et qui se perpétue en imposant une brutalité, l’intolérance et l’ insensibilité.

Briser le silence

Les femmes victimes de violences sexuelles et sexistes, de violences conjugales multidimensionnelles, dont les viols conjugaux – ils sont un viol, et le viol est un crime – sont souvent contraintes de se taire par la pression sociétale. Elles subissent en silence. C’est cette main sur la bouche qui interdit de parler. 

La Main Violette vient briser l’omerta, vient aider les femmes à s’exprimer, à se libérer d’une souffrance par aussi le fait de pouvoir l’extérioriser, de pouvoir parler. C’est retrouver la liberté d’ expression, le droit de dire les choses. 

Il est difficile de « poser le mot viol sur soi« , souligne Alma. Des victimes peuvent avoir du mal à parler. « Les grandes souffrances se font silence« , confiait l’Abbé Pierre. 

Libérer la parole, c’est traverser le douloureux chemin de la mémoire traumatique, c’est mettre des mots sur ce qui a blessé. Des mots difficiles, que parfois les victimes ne peuvent prononcer tant la culture du patriarcat a interdit le droit de témoigner, le droit à la reconnaissance, le droit au respect des droits humains des femmes et des filles, comme cela a été pour les droits humains LGBTQIA+.

Comment dire les choses quand durant des décennies, ce droit humain d’exprimer ce que l’on vit, ce que l’on subit, ce que l’on ressent, analyse a été ôté. 

Interdit de s’exprimer durant des années, la justice  absente, c’est l’injustice. La vie de victimes est effacée, les féminicides rendus invisibles, la violence maîtresse d’une société, qui aujourd’hui a elle-aussi besoin de se libérer de ce fardeau du patriarcat.

Main Violette – Un engagement fort , celui qui a un sens, celui de la liberté 

On mesure l’engagement de jeunes étudiants-es caennais, des efforts faits pour relever ce défi important : mettre fin aux violences sexuelles et sexistes. Une entreprise de grande ampleur, c’est l’action mise en place par  Main Violette à Caen, qui devient une association conventionnée au sein de l’université.

Des actions militantes pour avancer sur le chemin de l’élimination des violences sexuelles et sexistes sont proposées aux jeunes étudiants-es et non étudiants-es.

L’association féministe caennaise a organisé de nombreuses initiatives, comme la création d’un questionnaire qui répertorie les victimes de violences sexuelles et sexistes, et qui a déjà enregistré près de 500 réponses depuis sa circulation au sein de l’université de Caen.  

Elle propose également des interventions dans les lycées pour des missions de prévention et de sensibilisation au comportement – informant sur le consentement sexuel.

En finir avec les violences sexuelles, c’est aussi pouvoir en parler, dialoguer, échanger et les jeunes militants.es  ont participé au ciné-débat autour du documentaire « Briser le silence des amphis ».

Mettre à l’honneur les témoignages de violences sexistes et sexuelles subies par des femmes sur les lieux de l’université. Ce sont des étudiantes, des enseignantes, des personnels, des chercheuses à l’université, des doctorantes qui peuvent être victimes et l’omerta. Briser l’omerta, ce sont les violences qui doivent être anéanties et non des vies.

Libérer la parole, donner une reconnaissance aux victimes en les écoutant avec empathie, en transmettant leur parole, leur courage de témoigner, être toujours ce lien solidaire.

Main Violette a créé #metooviolconjugal

C’est la création de l’hashtag #metooviolconjugal par les jeunes militants.es  de la Main Violette à Caen, ainsi que l’ouverture de la cellule d’écoute composée de jeunes étudiants-es, dont il est à souligner l’engagement fort par l’aide apportée aux victimes, par l’écoute respectueuse qui est faite, par ce don de soi que ces jeunes bénévoles offrent aux victimes.

#metooviolconjugal – c’est la création d’un hashtag car il permet aussi d’être démultiplié, d’être partagé à l’infini, de rendre visible « la parole des femmes », qui ne compte pas de la même façon dans la société, dans les médias, rappelle Alma. 

La solidarité est essentielle pour que la voix des femmes victimes de viol conjugal soit entendue. Agir ensemble constitue une solution concrète. « Pour se faire une place, il faut être plusieurs« , exprime Alma, ajoutant, « pour se faire entendre, dire oui, c’est grave, [les violences sexuelles] il faut être en masse« . 

#metooviolconjugal, c’est écouter les témoignages de violences sexuelles, les partager sous forme de post sur la page Instagram au nom de l’hashtag dédié à la lutte pour l’élimination des violences sexuelles et sexistes. Il est également l’analyse des témoignages reçus pour mettre en évidence certains mécanismes de violences sexuelles qui reviennent de manière récurrente comme les violences psychologiques, souligne Alma.

« #metooviolconjugal est important car il permet de poser des mots sur une réalité que beaucoup de femmes vivent », a ajouté Alma. La violence du patriarcat véhicule la culture du viol, la banalisation des violences sexuelles, et certaines femmes victimes « ne se rendent pas comptent de ce qu’elles subissent, ne savent pas que c’est mal. Elles sont traumatisées mais ne sachant pas identifier ce qu’elles ont subi, elles l’enterrent« , explique Alma.

« En lisant des témoignages, il y a des personnes qui se sont rendues compte qu’elles aussi avaient vécu ça », précise-t-elle.

Lutter contre un fléau : le viol conjugal

Le fléau des viols conjugaux touchent des femmes à travers le monde et un rapport de l’OMS et de l’ONU a estimé qu’il était environ 641 millions de femmes victimes de violences sexuelles commises par leur partenaire intime. (Article – le chiffre glaçant – 641 millions de femmes victimes de violences sexuelles exercées par leur partenaire – LiberTerra). Le Directeur de l’OMS avait alors déclaré, « La violence à l’égard des femmes est endémique dans tous les pays et toutes les cultures, causant des dommages à des millions de femmes et à leurs familles ». «L’incompréhensible cruauté des violences sexuelles » a exprimé l’ONU.

L’espoir – le leadership des jeunes

Les jeunes engagés dans la lutte pour éliminer les violences sexuelles et sexistes entreprennent par des actes, par leur courage, un incroyable travail que des décideurs politiques n’ont pas fait durant des décennies. On peut rappeler à ceux qui l’ont oublié leur conscience, et dire « Faites confiance à la jeunesse, vous ne serez pas déçus ». 

Publier les témoignages est force de justice et de reconnaissance. Témoigner, marcher sur les chemins de la résilience, du droit au bien-être, être heureuse et savoir « je ne suis pas la seule, c’est injuste et on peut lutter ensemble », souligne Alma.

S’entraider pour apaiser les traumatismes, pour redonner le souffle, la joie de vivre, et être cette force de témoigner présente pour ne pas oublier, pour que soit, « plus jamais ça », pour bâtir des sociétés fraternelles progressant pour vivre en paix, pour que les enfants aient cet avenir radieux, où chacun est aimé et respecté.

Les jeunes militants.es  agissent pour passer d’un rêve à une réalité à venir, et la solidarité est l’espoir réalisé. Une chance extraordinaire s’offre à nos futurs possibles grâce à une jeunesse militante, engagée pour la paix, pour vivre ensemble, pour mettre l’amour au cœur de la société, et non plus une pierre.

Main Violette à Caen constitue un moteur pour réaliser des changements efficaces. L’association participe pleinement pour relever des défis importants au moment de crises mondiales majeures. Le mouvement de l’association étudiante ne peut que grandir par le soutien, par un élan de solidarité. Elle invite celles et ceux portant des initiatives, des projets pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes à rencontrer les jeunes de l’association, à faire lien.

Main Violette – Innover, manifester, agir !

Une nouvelle initiative est déjà lancée pour le mois de novembre, la création d’un groupe de parole. C’était aussi en octobre la première d’un live sur la page #metooviolconjugal sur Instagram.

Des actions de hautes importances quand à travers le monde, la violence faite aux femmes est en augmentation, quand l’extrême pauvreté dans le monde touche en premier des femmes, quand des femmes d’Ukraine ont subi des violences sexuelles qui constituent un crime contre l’humanité, quand les femmes d’Afghanistan, d’Iran luttent pour la liberté.

Main Violette à Caen, c’est la parole unie, c’est un mouvement solidaire qui dépasse les frontières, c’est ce rayon des uns aux autres.

Partager – Mouvement solidaire

LiberTerra va partager sur sa page Instagram des posts #metooviolconjugal. La parole des victimes est précieuse. Puis, nous savons que la mémoire écrit le futur, alors donnons à notre mémoire collective les actes pour bâtir un monde juste, équitable, réconcilié – un monde d’égalité où les violences sexuelles et sexistes sont anéanties, où les objectifs de développement durable sont réalisés. Nous avons besoin d’un monde nouveau gravant ces mots : Tous Humains, Tous Égaux. 

Fédora Hélène

Main Violette – soutenir

Adhérer, participer, agir ensemble – Il est également possible d’acquérir des tee-shirts, sacs : Main Violette

Main Violette – On en parle

Copyright ©️ LiberTerra 2022 – Tous droits réservés – Tous droits de production et de diffusion réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s