Meurtre de Lola – Cyril Hanouna cité dans une mise en demeure adressée à C8 pour « Touche pas à mon poste »

Lola, notre mémoire collective portera le drame, la violence qui a pris la vie d’une enfant, et nous resterons bouleversés par sa disparition.

L’ARCOM notifie une mise en demeure à C8 dans le Dossier de « Lola »

Lors de différentes émissions de « Touche pas à mon poste », sur la chaîne C8, diffusées le 18,19 et 24 octobre 2022, l’animateur, Cyril Hanouna, a tenu des propos qui ont provoqué une vive émotion, suscité des réactions choquées, soulevé une polémique sur le système judiciaire, l’animateur donnant à plusieurs reprises « son opinion quant aux réponses pénales à apporter aux meurtres d’enfants » note l’ARCOM dans une décision du 16 novembre mettant en demeure la société C8.

La Décision de l’ARCOM reprend les déclarations de Cyril Hanouna lors de la diffusion des émissions, dont le propos demandant un procès « expéditif » a fait réagir le ministre de la Justice M. Dupont-Moretti qui dans l’émission « C à vous » a déclaré, « Monsieur Hanouna demande un procès expéditif pour la suspecte présumée du meurtre de Lola. C’est sa conception de l’État de droit que l’on a dans ce pays ? L’État de droit nous protège et le ballonier pour faire de l’audimat, je ne peux pas accepter ! »

« Lola », et nous pouvons également penser à la douleur des parents, à leur souffrance, à laquelle s’ajoutent de vives polémiques au sujet de la coupable présumée et de l’action de la justice. Il a été une diffusion répétée du nom de l’enfant, de son image. Puis, il a été d’exposer publiquement une surenchère quant à une problématique fondamentale : la justice et le procès à venir de la présumée coupable du meurtre. Les graves défaillances de l’institution judiciaire, que nombreuses personnes peuvent subir et en être traumatisées, ont été aussi au cœur du sujet.

Un sujet délicat, et exposer un jugement à répétition dans une émission de divertissement, de buzz, de top tweet, où l’on lève des OUI et NON sur des actualités concernant directement les droits humains, est-ce judicieux ?

Il est alors question par la mise en demeure faite par ARCOM, de l’honnêteté des propos et la recherche d’audimat. Quelle est la sincérité de Cyril Hanouna ? Le concept de l’émission ne met-il pas en porte à faux les dialogues de confiance qui se retrouvent prisonniers de stratégies de communication, de ciblage d’un public, de moyens pour faire le buzz, ainsi qu’une volonté d’exercer un pouvoir.

Un pouvoir que l’on retrouve dans la bouche de Cyril Hanouna quand il lance au député LFI, Louis Boyard, que d’une certaine manière « Touche pas à mon poste » aurait fait son élection. L’influence alors exercée par un pouvoir médiatique remet en cause la démocratie, et vient nous dire qu’elle attend toujours de naître.

Le pouvoir par le fait que Cyril Hanouna se vante de ses bonnes actions qui doivent absolument lui donner une légitimité car l’animateur ne s’exprimer pas dans sa cuisine , mais devant un public par une diffusion de « Touche pas à mon poste » , qui pourrait finir par devenir  » Touche pas à Cyril Hanouna « .

Puis, il est de rappeler, suite aux propos de Cyril Hanouna envers le député Louis Boyard, mettant en avant que lui a relogé des personnes, alors que le jeune député n’aurait rien fait de semblable, d’aussi vertueux, qu’ un logement est un droit humain, pas un objet politique, médiatique, que quelque puissants peut s’approprier.

La liberté d’expression est aussi posée sur la table face à la mise en demeure faite par ARCOM. Cyril Hanouna a la liberté de s’exprimer, et nous pourrions défendre ce droit de la liberté de parole, et plus loin voir l’évolution des médias en pouvoir autoritaire enfermant le public dans une sorte d’ autarcie, où seul l’avis de l’animateur fait société. La politique s’invite alors dans un théâtre qui se voudrait démocratique. La farce est jouée.

Il est également une liberté d’expression réservée exclusivement à la puissance médiatique, politique pouvant diffuser par le pouvoir de l’argent, et privant de cette liberté la majeure partie de la population et également les médias indépendants.

De plus, la Décision met en évidence la façon dont Cyril Hanouna a abordé un meurtre terrifiant qui a provoqué la mort d’une enfant, et faisant une analyse sur la personnalité de la présumée coupable, suivi d’un jugement porté en ces termes, « fou où pas fou, elle doit être en prison », ajoutant, « Pour moi il n’y a même pas de débat, […] c’est perpétuité ». Des points reprochés par l’ARCOM, « l’animateur s’est exprimé longuement, sans interruption, sur la question de la réponse pénale à apporter aux meurtres d’enfants, appelant à des procès expéditifs et à des condamnations à perpétuité automatiques dans ce type d’affaire ».

De plus, il est reproché à l’animateur de ne pas avoir pris soin qu’il soit « la présentation de différents points de vue ». Un seul invité, l’ancien magistrat, Georges Fenech que cite Cyril Hanouna dans son argumentation, « Le semaine dernière , on était avec Georges Fenech, ancien magistrat, et j’ai dit, j’ai dit que pour, […] , la présumée coupable, présumée innocente, heu présumée coupable on va dire« . Et cela , soulève par ailleurs , pour des crimes graves, violences graves sur les enfants et les femmes, quand il est des faits probants de pouvoir dire : présumé coupable. L’innocence étant la ligitimité, la dignité de la victime, le respect qu’il doit être de sa vie blessée ou assassinée.

Mais, cette question ne peut être pour servir une argumentation venant juger de l’état psychologique de la jeune femme accusée d’avoir commis le meurtre d’une enfant sans même connaître un minimum le dossier pénal, ni l’enquête. Par ailleurs, on ne punit pas l’ extrême d’un meurtre par un autre extrême. La justice n’est pas pour être cruelle et enfermer à perpétuité dans une prison, s’il est une personne malade et qu’il doit être un internement dans une infrastructure spécialisée. Et, il serait de réfléchir sur des infrastructures spécifiques pour des personnes ayant commis des crimes sur des enfants, des femmes, des personnes vulnérables.

La France est aussi membre de l’ ONU et il serait de concevoir différentes structures, et ne plus faire de la prison un lieu pour les indigents, y mettre ceux que la société ne veut pas.

Cyril Hanouna ne peut pas vouloir imposer une condamnation à perpétuité immédiate quelque soit l’état mental du coupable. Combattre le crime est bien plus complexe et ces solutions de justice expéditive, ne feront d’augmenter une violence toujours croissante et mettant en danger des enfants, les plus vulnérables car plus on s’éloigne du respect des droits humains, plus la violence inouïe grandit.

L’ARCOM a mentionné dans les motivations de sa décision, l’article 2-3-8 de la convention du 29 mai 2019, ainsi que l’article 1er et 3 du Conseil supérieur de l’audiovisuel relatif à l’honnêteté et à l’indépendance de l’information et des programmes. 

© LiberTerra

Copyright © LiberTerra 2022 – Tous droits réservés – Tous droits de diffusion et de production réservés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s