EXCLUSIVITÉ – Caen – Armatis, un centre d’appel toujours ouvert malgré la pandémie

À Caen et sa région où le maître mot est également «confinement», certaines entreprises sont restées ouvertes.

C’est le cas d’Armatis L-C Normandie basée à Caen Côte de Nacre. Ce call-center a pour donneurs d’ordre Engie, Orange et Pacifica du groupe le Crédit Agricole. 

Nous avons contacté, vendredi 20 mars 2020, Mr Narasson Frédéric le Directeur de site. Celui-ci a accepté de répondre aux questions de LiberTerra.

LiberTerra , c’est également entretenu avec une salariée de l’entreprise que nous appellerons «Laure» afin de préserver son anonymat.

Entretien avec une salariée d’Armatis

Laure nous indique travailler pour le donneur d’ordre Engie, et qu’elle était en poste hier encore, soit le 20 mars 2020. Son travail est de répondre aux appels qui se font très rares et de traiter les factures en cours, celles bloquées et les index de consommation qui ne s’intègrent pas automatiquement, nous précise t-elle. Elle nous fait part, également, du fait que la production d’Orange et de Pacifica ont cessé. Seul Engie est toujours en place.

Elle nous rapporte travailler dans une ambiance «anxiogène» et que ses collègues et elle-même font actuellement tourner une pétition sur les réseaux sociaux afin d’obtenir la fermeture d’Armatis et ce pour rester chez eux. Les salariés tenant à répondre aux mesures de confinement pour leur sécurité et celle de leurs proches.

Le gouvernement, rappelant par la conférence de presse de ce samedi 21 mars, d’Olivier Véran, ministre de la Santé, la nécessité de respecter les règles du confinement pour ralentir le virus qui doit aggraver sa progression et atteindre son pic d’épidémie dans 5 à 8 jours. Le tout dans l’ambiguïté de devoir continuer à être sur son lieu de travail quand le télétravail ne peut être organisé. Les professions nécessaires à l’urgence sanitaire étant mobilisées pour garantir la sécurité de la population et pour permettre de soigner et de sauver des vies.

La société Armatis, quant à elle, semble avoir toutes possibilités de mettre son personnel en télétravail et peut avoir recours aux mesures de chômage partiel mises en place par l’état d’urgence sanitaire voté définitivement. Par conséquent, les salariés d’Armatis se posent de légitimes questions, soucieux de la priorité qui doit être portée à la santé en période de pandémie.

Les salariés estiment que leur travail n’est pas d’utilité publique et qu’ils travaillent également sur des retards de dossiers. Ils se sentent abandonnés et non reconnus alors que nous traversons l’épidémie du siècle. Pour faire entendre leur voix, ils se sont ralliés à la pétition sur le site Change.org, intitulée «Devant le KO sanitaire, fermeture de tous les centres d’appels non essentiels», et qui compte actuellement 1 449 signatures.

En outre, Laure* nous confie, ne pas comprendre les raisons qui poussent Armatis à ne pas mettre en place les mêmes mesures que certains de leurs concurrents. En effet, le call center Webhelp, basé à Caen dans le quartier de la Grâce de Dieu, a fermé ses locaux le 17 mars à 12h mettant en place le télétravail pour les salariés en ayant la possibilité et le chômage partiel pour les autres. Cela a eu lieu notamment suite à un refus de prendre les appels de la part des salariés car ils estimaient ne pas être en «sécurité», avait rapporté un employé de Webhelp.

Nous avons soulevé 3 points, notamment d’ordre sanitaire,  à Frédéric Narasson. Nous allons vous donner ses réponses et la réaction de Laure  vis-à-vis de celles-ci.

Pourquoi rester ouvert quand le gouvernement indique qu’il faut aller travailler seulement si le télétravail n’est pas réalisable ? 

Frédéric Narasson : En lien avec notre Plan de Continuité d’Activité – Pandémie, communiqué en date du 11 mars auprès de nos salariés, il est précisé que nous ferons appel en priorité au télétravail. Ce qui est en place actuellement au sein de notre entreprise. En revanche, il probable pour des raisons techniques (sécurité informatique) que le télétravail ne puisse se mettre en place sur certaines activités et/ou certains collaborateurs n’ayant pas de fournisseur d’accès à internet. Nous avons également arrêté des activités dites non essentielles et maintenues les activités essentielles telles que les services clients dans le secteur de l’Energie. Secteurs considérées « d’utilité publique ». De plus, nous ne faisons désormais appel qu’à du volontariat.

La salariée est quant à elle surprise.

Laure* : Je n’ai pas entendu parler de volontariat sauf pour les heures supplémentaires, et pourtant j’étais en poste le 20 mars.

Quelles sont les consignes de nettoyage mises en place, en plus du fait qu’il nous a été indiqué que vous disposez de gel hydroalcoolique et que vous respectez la distance sociale en vigueur ?

Frédéric Narasson :   Tout à fait, nous avons à disposition du gel hydroalcoolique (stock mini) et des lingettes sur le site et nous les mettons à disposition de nos collaborateurs en production, infirmières de la santé au travail ainsi que pour nos SST. Le renfort du nettoyage a été opéré dans le contexte actuelle.

Laure nous rapporte, avec le sourire : Il y a les mêmes équipes de nettoyage que d’habitude. Ils respectent plutôt bien les règles d’hygiène. Les locaux sont propres, en même temps, on est peu alors on salit peu.

En période de crise sanitaire grave où les hôpitaux appellent à l’aide les entreprises afin d’obtenir du matériel, pourquoi votre choix ne se porte pas sur le fait de faire don de vos stocks en gel hydroalcoolique pour le personnel soignant tout en les aidant à faire en sorte que les gens restent chez eux ? 

Frédéric Narasson : Pour aider le personnel soignant, nous faisons respecter les consignes communiquées par notre gouvernement, consignes similaires à celles communiquées dans notre PAC-PANDEMIE. À savoir,  un respect strict des consignes sur les gestes barrières et règles de distanciation pour nos salariés non éligibles au télétravail.

Conclusion

Face aux réponses de Laure et de Frédéric Narasson nous restons quelque peu dubitatifs en ce qui concerne la réalité du terrain à Armaris L-C Normandie. Bien que le Directeur de Production du site se veut rassurant, les salariés-es semblent inquiets de la situation. Nous verrons comment cela évolue dans les prochains jours, nous tâcherons de vous tenir informé du sort de ces salariés-es de call center pour Engie, et ceux en fonction des informations dont nous disposerons.

©Mélodie

©LiberTerra

*Prénom modifié

Article pour aller plus loin – urgence sanitaire : https://liberterrajournal.com/2020/03/21/conference-de-presse-dolivier-veran-le-conseil-scientique-rendra-lundi-ses-conclusions-concernant-le-confinement/

Copyright © Liberterra 2020, Tous droits réservés

3 réflexions sur “EXCLUSIVITÉ – Caen – Armatis, un centre d’appel toujours ouvert malgré la pandémie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s