Secourir une victime, c’est sauver une vie

La société de la manipulation

Faux diplômes, violences, manipulations et ça donne le virtuel, l’artificiel plus de 4 000 amis Facebook dont des avocats, des journalistes, des politiques sur le profil d’un prédateur .
La grande majorité d’entre eux ne le connaissent pas.
C’est uniquement aux apparences.

Se faire passer pour le journaliste de Midi libre qui porte le même nom ou pour un avocat, un conseiller juridique, ou autres inventions. Les personnages de Philippe Palat, prédateur psychopathe.

Il suffit de jouer la mascarade, d’être au théâtre des mensonges, des apparences, des masques.

Inutile de travailler, de vouloir grandir, s’améliorer, avoir réellement des diplômes.
Il suffit d’user de tricheries, d’être beau parleur, de jouer avec les gens, la flatterie, toucher leur affect et ne ressentir aucune volonté d’être humain, respectueux.

Il suffit d’accepter d’être cruel, d’en faire le choix.

Aujourd’hui, une victime de ce prédateur est en souffrance. Elle a fait le deuil de toute justice, de toute reconnaissance, de droit à la résilience.
Pourtant la Convention d’Istanbul a bien été écrite, l’Onu a bien affirmé, confirmé ses engagements pour lutter contre toutes les violences faites aux femmes et aux enfants.
Mais la justice française est à ses dysfonctionnements.

Sèche tes larmes victimes. Ne pleure pas. La reconnaissance, ce sont tes larmes. Elles signifient que l’amour est en toi, que tu sais ce qui est juste, que tu n’acceptes pas la cruauté.
Tu verras toujours le ciel bleu même quand il sera gris car tu connais la valeur de la vie. Tu sais voir le bonheur d’une simple fleur, la paix d’un chant d’un oiseau.

Tu sais le précieux du sourire d’un enfant, de la vie.
Tu sais que tout ce secret est toi, t’appartient, qu’il est ta liberté profonde, ton droit de rêver et de réaliser tes rêves.

Le traumatisme est lourd, douloureux mais cette lumière qui est dans ton cœur, elle est infinie.

Des milliers de victimes oubliées qui ne recevront aucune justice.

Il faut comprendre la réalité d’un pays. Il faut continuer à l’aimer et penser que les enfants d’aujourd’hui, les fillettes ne vivront pas la souffrance des violences conjugales, des viols conjugaux, des violences sexuelles et sexistes.

Ce sont les victimes qui luttent pour la justice et non la justice qui lutte pour les victimes.

Il faut poursuivre la route et savoir que témoigner n’ôte pas la souffrance, n’efface pas les larmes.

Un homme cruel qui le restera, qui cultive le froid, le vide, qui ne ressent aucune émotion pour un être humain, une femme, un enfant.

C’est extrêmement difficile de réaliser qu’un homme peut avoir choisi d’être cela.
Qu’il est conscient et responsable. Qu’il s’agit de son choix.
Il faut réaliser qu’il ne reconnaîtra jamais ses victimes.
Il les a vu souffrir, avoir leur visage déchiré par les larmes. Il a vu la peur dans leurs yeux. Il a vu le corps de cette femme trembler de peur, de douleur. Il a vu cette femme fuir sa violence en pleine nuit avec ses enfants.
Sans argent sans affaire.
Le courage de croire que la liberté serait enfin là.
Pas de refuge, brisée par toute la violence subie, les hurlements inhumains, les flots d’insultes et de menaces de mort que ce prédateur se plaisait à lui faire subir.

Toujours, toujours responsable de ses actes.

Sèche tes larmes victime, respire, dessine, écrit, parle, témoigne, danse, rit, fait ce qui te donne vie, ce qui te permet de dépasser.

La liberté, pouvoir vivre sans avoir à dépasser une souffrance, un stress post traumatique, ne sera peut-être pas avant longtemps, mais je sais que tu as en toi toute cette incroyable force de vivre, de sourire.

C’est le confinement, des moments difficiles, alors on va ouvrir la fenêtre, respirer, regarder le ciel et faire comme quand on était gamin, on va imaginer des formes aux nuages, on va voyager par dessus les toits , on va se donner la main, aller se balader sur cette plage, aller sur cette place où demain nous irons tous ensemble.

Victime, tu n’es pas seule, plus jamais seule.

Si vous connaissez une victime, passez lui un bonjour, une blague, une attention, de l’amour, un temps fraternel, solidaire.

Si vous savez une victime en détresse, aidez, alertez.

Secourir, c’est sauver une vie.

#VIOLENCESCONJUGALES

#VIOLENCESSEXUELLES

Derrière ces hashtags, des êtres humains, des femmes et des enfants.

Tout notre cœur pour vous ❤️

© LiberTerra

Article lié :
https://liberterrajournal.com/2020/03/07/un-predateur-en-vadrouille-et-faux-diplomes/

Copyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s