France – Fondement nouveau – La liberté doit être ce qui porte

Un très grave problème de violences policières en France est depuis des années

Un très grave dysfonctionnement de la justice est également en France et va de paire.

Un climat malsain de dénonciations, de violences, de prédateurs et la France apparaît comme n’ayant pas fait son histoire et perdant alors son avenir.

Elle s’enterre injustement car il est un courant précieux de mobilisations qui se démontre depuis des années pour la lutte pour l’hôpital public, pour les droits humains, pour la préservation des acquis du Conseil National de la Résistance, pour les droits des femmes qui sont en maltraitance car la Convention d’Istanbul est ignorée comme le sont les engagements forts et affirmés de l’Onu, du Conseil de l’Europe pour la lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants, et pour Zéro violence conjugales et sexuelles pour 2030.

C’est par ces obligations que la France prend tardivement des mesures pour protéger les victimes de violences mais en gardant les dysfonctionnements graves de sa justice, qu’elle fait porter aux victimes en les abandonnant et en les humiliant comme Maître Bourguignon, l’affirme en s’inspirant de la ligue des droits de l’homme.

Le déni doit cesser

Les alertes faites plusieurs fois par les rapports du Défenseur des droits, par la Commission des droits de l’homme de l’Europe ne parviennent pas à raisonner un pouvoir politique en France qui vit aussi de manipulations, de brutalités, de campagne de communication, de publicitaires se remplissant les poches et se disant « Émotion Director », c’est à dire la direction des manipulations des émotions humaines notamment pour les élections présidentielles et en lien avec les recherches menées en neurosciences par l’Institut Pasteur, selon le publicitaire s’étant attribué ce titre et se vantant d’avoir fait le campagne publicitaire de Nicolas Sarkozy et d’Emmanuel Macron .

Des millions d’euros d’investissement pour imposer un pouvoir politique – Où est la liberté ?

Un fascisme culturel qui s’attache à être en temps de crises difficiles et les dénonciations actuelles rappellent l’ enlisement de la liberté, et attire un pouvoir totalitaire.

En startup à la ressemblance de celle s’appelant La République Emmanuel Macron, qui est invraissemblable, car la République n’est pas une marque mais appartenant à un système démocratique pour le respect des droits de l’homme et du citoyen.

La pandémie révèle une constitution frappée par des ordonnances, ce qui n’est non négligeable dans une démocratie, et là encore, le Défenseur des droits demande un débat public sur les libertés sans être entendu.
Un débat que demandait Didier Raoult dès 2003 quand il alertait les politiques par faits scientifiques qu’il était urgent et nécessaire de faire un débat public profond sur la liberté lors des périodes de contagions comme nous le vivons actuellement.

Une application de surveillance, le déploiement de drones, et autres outils de surveillance, des verbalisations  parfois arbitraires et dommageables, comme celle interdisant à un homme de dire au revoir à son père mourant d’un cancer à son domicile, les violences policières récurrentes, montre la nécessité imperative d’un débat public sur la liberté.

Puis, les mesures qui perdureront après le confinement, l’effondrement de l’économie, la crise politique majeure et la crise sanitaire, qui implique le déclenchement de Conseils de Défense, sans par principe que la population ne puisse maîtriser quoique ce soit, la possibilité d’une vaccination obligatoire qui soulève polémique sur les composants de ce futur vaccin, la réalité des puces implantées, que certains êtres humains possèdent déjà, demandent la création d’une démocratie forte respectant les droits humains, et non plus un parti-startup au pouvoir qui pourrait gérer seul en une sorte de coup d’État fondé par la pandémie.

Il faudrait la création d’un Conseil National de Résilience.

Comme il faut l’annulation du premier tour des élections municipales alors que des citoyens étaient par la pandémie, par la maladie, empêchés d’aller voter et que le contexte particulier de l’organisation de ces élections était indécent car nombreux morts du Covid-19 étaient déjà, impliquant alors une émotion forte et des familles endeuillées.

Confirmer ce premier tour des élections est indigne

La droite bourgeoisie et ronflante de flatteries à la Gérard Larcher, après 40 ans dans le monde de la « sale politique » pour citer Sœur Emmanuelle, cette droite et Centre droite catholique se vantant d’avoir sauvé la République en aidant Emmanuel Macron et son incompétence, donc il est influençable et manipulable, c’est la fable de l’arroseur arrosé, des manipulateurs manipulés, charmante politique, durant la crise des Gilets jaunes, semble s’imposer en décisionnaires aux côtés d’un président en dissonance cognitive entre fraternité et capitalisme destructeur.

Une droite disant lors de la rentrée politique d’Hervé Morin en automne 2019, que Emmanuel Macron ne pouvait pas oublier le soutien de la droite et des Centristes.

Rapprochement tellement sincère avec Bayrou !

Les théâtres politiques sont toujours à servir leurs intérêts et pouvoirs et s’appuie sur une population bourgeoise qui sans des repères d’endoctrinement semble bien incapable de toute évolution, progression, acceptant les apparences, le son de cloche qui leur fait entendre ce qu’ils veulent entendre et qui surtout ne les dérange pas.

C’est ainsi que le culte patriarcal qui blesse, mutile, tue des femmes persiste.

Il ne faut pas qu’une voix de liberté veuille se faire entendre, veuille vivre.

On donne un peu aux entreprises locales et à l’écologie capitaliste sans réellement s’engager, juste pour correspondre à un but électoraliste, juste pour au futur imposer les Smarts Cities, mais en étant prudent de ne pas apparaître comme militant.
Ainsi, on garde la puissance des lobbies et industries stratégiques et polluantes, assurant l’hydre capitaliste, pouvant garder la valeur de chevaux de course, notamment.

Les milliardaires sont dominants et le peuple abasourdi par les mensonges, manipulations se jouant des émotions humaines, de la mort, sa peur et son angoisse, et appauvri par la crise, n’a plus de résilience et donne sa liberté aux politiques qui font croire à la Terre promise.

Souhaitons fortement un débat sur la liberté et la construction d’ un Conseil National de la Résilience impliquant une liberté qui seule garantira la vie, sa sérénité, sa pérennité.

Nous Tous Ensemble – Conseil National de la Résilience ©

@Fedora Hélène

@Liberterrajournal

Copyright © LiberTerra 2020, Tous droits réservés

Une réflexion sur “France – Fondement nouveau – La liberté doit être ce qui porte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s